Le Vrai Discours Actuel de Hermann Cebert

J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti

Le Président de Haïti, Michel Joseph Martelly a été piqué par un virus extrêmement mortel: des experts de la CIA auraient en leur possession l’antidote

Poster un commentaire


Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

 

 

Après les festivités carnavalèsques qui ont duré trois jours, le président Joseph Michele Martelly a eu une rencontre extrêmement explosive avec son Premier Ministre Gary Conille que le président de la république aurait traité de Sousou, de Reste-avec vu que ce dernier ait pu réclamer de la part du chef de l’État une certaine distance vis-à-vis des régimes de Gauche de l’Amérique Latine compte tenu que de tels rapprochements inquietteraient terriblement les intérêts de La Maison Blanche. De plus, il semblerait même que l’ex-Premier Ministre aurait reçu pour mission de desabiliser la fragile popularité dont jouit le Président de la république et de ce fait, l’ex premier Ministre aurait trouvé des appuis auprès de la Maison Blanche pour faire campagne afin de se préparer à devenir le principal représentant de l’extrême-droite haïtienne.

 Il est que tout le monde savait déjà de Gary Conille un commandeur choisi par Bill Clinton et imposé par l’ONU sous la gouverne de Ban Ki Moon cependant à constater qu’il n’avait pas non plus de Caractère pour dire aux Américains et à ses Patrons que s’ils ne voulaient pas voir le Président Michel Martelly s’accrocher le regard aux mains de Raoul Castro et de Hugo Chavez, il faut bien que les États-Unis commence à accorder une aide massive à Haïti.

S’il est vrai, selon semble-t-il ce qui aurait été dit entre le Président Michel Martelly et l’ex Premier Ministre Gary Conille, que le Président aurait été piqué par un Virus Extrêmement Mortel du Gauchisme et du Socialisme de Chavez et de Castro, du fait que le président aurait délibérément  affirmé à son ex Premier Ministre que si la Maison Blanche ne décaisse aucun fonds, il n’hésiterait pas à pencher vers la gauche pour en faire d’haïti Un Autre Cuba dans les Caraïbes.

Comment comprendre une telle hypothèse de l’origine de la vériable nature du conflit qui aurait sans compromis pousser ces deux hommes à mettre fin à leur collaboration? L’ex Premier Ministre Gary Conille aurait-il vraiment une chance de se faire un nom sur la scène politique nationale haïtienne? Le Président Martelly aurait-il véritablement des tendances de Gauche pour imposer aux yeux des américains un régime socialiste avec seulement l’aide de Castro et de Chavez?

Avant d’engager notre analyse, nous devons nous rappeler de plusieurs mandats qu’avaient plusieurs hommes de mains des administrations américaines comme par exemple ceux qu’avait Marc Louis Bazin et de Lesly Delatour qui consistaient à liquider les biens publics et la libéralisation de l’économie haïtienne. Ces deux individus avaient beaucoup de suppoorts bien que ni l’un ni l’autre n’était parvenu à se faire accepter ni non plus à devenir président du pays. Il y a eu également Gérard Latortue et Bellerive qui en tant que commandeurs délégués par la maison blanche ne se sont pas véritablement imposés sur la scène politique bien que, d’un autre côté ont pu à eux-seuls transformer le consommateur et le ménage haïtien en de véritables consommateurs nord-américains grâce à leurs politiques inflationnistes.

De ce qui précède, il convient d’admettre que depuis l’occupation américaine de 1915 que nous allons tristement commémorer dans trois ans, les américains plus précisément, les administrations américaines ont toujours imposés leur volonté sur les hommes et les femmes qui ont et qui doivent diriger le pays. Ils ont supporté les différents coup d’État survenus et orchestrés dans le pays, ils ont supporté et imposé l’exil de nos chefs d’État, ils ont choisi et imposé des Premiers Ministres et des Ministres, bref tout cela montre clairement qu’il ne serait pas non plus impossible que l’ex premier ministre Gary Conille n’en pouvait pas être lui non plus un autre pion de l’admistration de Barak Obama sous la vigilance de Bill Clinton Le Commandeur-Gouverneur.

Que le Président de la République ait ou non traité l’ex premier ministre de Sousou des Américains ou encore de Reste-avec deux termes assez humiliants pour s’adresser à son Premier Ministre qui aurait tout aussi refusé de mettre en place des structures pour la création de l’aide sociale avec les argents promis par le Vénézuela et Cuba. Entre l’attentisme que réclamerait l’ex premier ministre concernant l’aide américaine et que l’administration d’Obama aurait été consternée par une approche socialiste du président de la république en ce qui concerne la gestion du fonds social proposé par les régimes de gauche de Castro et de Chavez et un virement vers la gauche de Martelly sous menace d’être liquidé par la maison Blanche, nous pensons que les deux protagonistes, Le président Michel Martelly et son ex Premier Ministre,  doivent ouvertement s’expliquer sur leurs véritables intérêts pour ce pays.

D’un autre côté il serait susceptible de comprendre les doutes de l’administration américaine ainsi que quelques hauts fonctionnaires de la CIA en ce qui concerne les glissements possibles du chef de l’état Haïtien, son Excellence Monsieur MIchel Joseph Martelly compte tenu de ses agissements et de ses comportements lors de ses rencontres et de ses visites et participations aux cotés des leaders de gauche comme Chavez et Castro par le fait que ses anthousiasmes étaient si visibles et qu’ils ne se cachait d’exprimer ses joies et ses contentements de pouoir serrer les mains de ces leaders qui continuent de tenir à plusieurs égards têtes aux américains lors de ses rencontres historiques régionales et internationales.  Le manque d’expérience du président pourrait dont être interprété comme signe que si les américains ne surveillent pas le président de près, Chavez et Castro pourraient avec ses carottes influencer le discours et les actions du président Martelly. Il est évident que si telle était le raisonnement de ces experts de la CIA et des conseillers de la maison Blanche on comprendrait pourquoi la Maison Blanche a toujours été si éloignée des réalités sociologiques et psychologieque du peuple Haïtien.

De même il faut constater les satisfactions du Président Martelly lorsqu’il arrive à annoncer une bonne nouvelle à la population. Qu’il s’agisse de l’ouverture de la Minoterie avec les PDG de banques privées, de l’aide du canada pour les populations sous les tentes, de la remise des maisons aux victimes de tremblement de terre, partout et à toutes ces actions sociales, le président était toujours très heureux de pouvoir faire quelque chose quand bien même qu’il avait une vision d’extrême droite du pays. Même les conseillers du président ne peuvent lui en vouloir d’être ce qu’il devait être compte tenu de ses origines sociales et populaires. Certains proches du président rapportent même que Sweet Micky aurait confié à eux qu’il croit avoir été choisi pour mettre le pays sur ses rails dès son premier mandat et de ce fait qu’il aurait même pensé à se faire acclamé et plébicité pour devenir Roi Joseph Michel Martelly Premier. Sachant qu’Haïti selon une vision  américaine du pays est un laboratoire où toutes les expériences sont possibles nous craignons simplement que de telles folies puissent s’emparer du chef de l’État. Toutefois comme nous essayons de l’analyser, il y a de véritables doutes chez les américains sur les objecifs réels du président compte tenu des conseillers comme Bill Clinton et de certains hauts fonctionnaires de la CIA auraient voulu que le président se méfie d’amener des projets sociaux dans le pays bien que cela soit une bonne chose pour atténuer la misère de la grande majorité de la populaion qui vit en de-ça de la pauvreté.

Le Président Joseph Michel Martelly ne peut d’aucune façon être reconnu comme un Socialiste voire partager certaines convictions de Gauche comme semble-il vouloir le faire croire des rumeurs proches de l’ex Premier Ministre Gary Conille probablement un membre actif de la CIA. Cette rumeur doit être prise avec des pincettes bien qu’elle puisse nous cacher davanage de choses beaucoup plus importantes à savoir par l’opinion publique nationale et internationale. En tant que Chef du gouvernement, Gary Conille aurait beaucoup plus intérêt à garder son poste s’il s’agissait véritablement de la cause véritable de son desaccord avec le chef de l’État. De même, s’il s’agissait également du séparation à cause des contrats de Bellerive aux entreprises de la République Dominicaine, là encore ce serait enfantin de la part du premier ministre et de tous les experts de la maison blanche puisque d’un côté nombreuses entreprises dominicaines qui ont bénéficié de ces projets appartiennent à certains haïtiens qui avaient expatrié leurs entreprises vers la république dominicaine en vue de punir les régimes lavassiens jugés trop à gauche sur le plan économique.

Tout compte fait, nous devons attendre avant de savoir les véritables raisons qui ont poussé Gary Conille à démissionner de son Poste de Premier Ministre. Serait-il problable que la maison blanche anticipe l’après Joseph Michel Martelly en demandant au premier ministre Gary Conille de démissionner et tout en demandant au Chef de l’État d’ouvrir le pouoir immédiatement aux lavalassiens et à Aristide en particulier en leur proposant, ces lavalassiens de choisir eux-mêmes un Premier Ministre que Michel Martelly Accepterait avec un peu d’hésitation pour amuser la galerie dans le but Unique de les avilir et de les détruire comme le président l’avait fait avec Manno Chalmay lorsqu’il l’avait mis dehors à coup de pied au sein de son cabinet de conseillers.

Des de côtés des tendances idéologies que pourraient être les lavalassiens de Jean-Bertrand Aristide et de la droite de Joseph Michel Martelly, cela aurait été des gâchis énormes puisque ni l’un ni l’autre n’aurait été sorti gagnant de ce jeu politique qu’ils ne maitriseraient pas. Ils se seraient tous deux sous influence et sous contrôle des agents de la CIA et des fonctionnaires et conseillers de la Maison Blanche. Ce que le pays a véritablement besoin c’est deux ou trois Grands groupes ou Partis politiques forts qui se compétitionnenent pour la prise du pouvoir avec des projets d’institutionalisation du pays et du développement du pays. Que de petits agents de la CIA manipulent les acteurs politiques haïtiens doit être vus et compris par la population haïtienne comme des stratégies pour inviter les puissances impériales à venir Occuper le Pays.

Dans les prochains articles je présenterai quelques mesures à prendre pour dynamiser l’économie de Haïti sans engager de dépenses. De même je ferai une analyse du sentiment de culpabilité qui ronge l’homme haïtien et qui contamine ses croyances. Et également je poursuivrai avec mes analyses à la fois sur les sept péchés capitaux de l’ex président Jean-Bertrand Aristide puis conclure sur les machines de Communication des Juifs dans le monde.

Bonne lecture à tous et n’oubliez jamais de faire des échanges de liens quand vous utilisez mes textes. Merci à ceux qui m’encouragent à poursuivre ces écritures.

Hermann Cebert

Publicités

This gallery contains 0 photos

Les idéologies du régime de Joseph Michel Martelly

Poster un commentaire


Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

 

La présidence de Joseph Michel Joseph Martelly comme je l’ai présenté dans le dernier article n’était pas le fruit du hasard puisque les forces de gauche n’ont pas pu gérer leurs prises de pouvoir mais également parce que les puissances impérialises comme la France, les États-Unis pour ne citer que celles-là en complicité avec la bourgeoisie commerciale ne voulaient aucunément participer au démarrage et à la démocratisation du pays. Je faisais aussi remarquer que Martelly était un jeanclaudiste à savaoir qu’il opte pour un pouvoir dirigé uniquement par des mulâtres tandis que l’ex-premier Ministre Gary Conille quant à lui était issu du duvaliérisme noiriste doctrine que pratiquait l’ex dictaeur défunt François Duvalier.

Bien que Martelly et Conille aient pu s’entendre sur la destruction de l’ensemble des forces de l’opposition cependant du poin de vue identitaire et d’origine sociale, ces deux hommes avaient du mal à bien s’entendre sur un ensemble de compromis à faire en vue de faire marcher le pays.

 Si Marelly croyait dur comme une roche qu’il faut liquider même physiquement certaines figures possibles d’une potenielle opposiion, Conille pour sa part, à cause du support qu’il recevait du Gouverneur et représentant de la maison blanche son excellence M. Bill Clinton, voulait et tolérait une certaine présence de certaines figures dans le pays.

Dire que l’actuel président de Haïti, Joseph Michel Marelly est un Jeanclaudiste et qu’il portait les uniformes des Tontons Macoutes de François Duvalier et de Jean-Claude Duvalier voire saisir du Jeanclaudisme un régime politique dirigé par les Mulâtres et les gens de Peaux claires ne traduit pas dans sa totalité l’ensemble complet de l’idéologie du président de la république. Toutefois, il faut reconnaitre que le jeanclaudisme comme controle systématique du pouvoir par les blancs et les mulâtres de Haïti est sans nul doute un élément fondamental dans l’idéologie centrale du président.

Oui en effet, le président de Haïti est un blancomane convaincu bien que ses origines sociales sont loin de lui donner une part entière à cette idéologie. Sans nous éparpiller à la recherche de la vraie nature idéologique du président, il faut reconnaitre que le Président Martelly est ce que nous appelons habituellement dans le pays UN Parvenu c’est-à-dire quelqu’un qui a vécu dans les conditions de misères et qui arrive à acceder à une nouvelle classe sociale.

La région de Côte-de-Fer dont l’actuel président est originaire n’est pas connue pour être une zone riche et que la pêche qui est pratiqueée ne permet plus aux populations locales de bien vivre. Toutefois, étant une zone cotière toujours en contact avec la mer et l’une des portes d’entrée d’étrangers dans le pays, côte-de-fer  est reconnue pour avoir une grande concentration de mulâtres et de gens à peaux claires.

Le président a plutôt grandi dans l’un des quartiers les plus pauvres du pays soit le bas du fort national et d’ailleurs ce n’est pas un hasard que l’un des trois députés que son parti, Repons Peyizan, vient de cette zone. Fort National, Saint-Antoine et Avenue j. poupelard en particulier constitue le baromètre politique d’Haïti puisque cette grande zone de Port-au-Prince a toujours concentré de grands inellectuels de la classe moyenne.

C’est donc grâce à la musique et un petit voyage aux États-Unis que Michel Joseph Martelly a pu rencontre sa femme puis s’introduire dans le cercle des mulâtres qui lui donnaient de la publicité et du patronnage de ces concerts e de ses spectacles. Loin d’être celui qu’on essaye de l’étiquetter, Président Martelly est un élément des masses qui est parvenu à se faire accepter par opportunisme au sein de la grande bourgeoisie mulâtre du pays. Le discours et le verbe du président ne peuvent pas le trahir et son langage est en effet l’expression même de son éloignement avec les intérêts qu’il désire outrancièrement défendre.

Les mulâtres d’Haïti parlent aisément et couramment un bon français de maison, c’est-à-dire ils emploient des phrases simples avec sujet-verbe-complément: es-tu là ? Oui je suis là! comment a été l’école aujourd’hui? très bien maman. tu vas prendre ta douche maintenant. N’oublies pas de bien t’essuyer. La table est servie. Toutes ces phrases simples le président a de la difficulté à les utiliser parce qu’il n’avait jamais grandi dans une famille riche. Sa première vidéo musicale dont le titre de la musique s’intitulait Compas Forêt des pins, lequel titre a été tiré du nom du lieu de tournage montrait déjà clairement le besoin d’appartenir à la bourgeoisie mulâtre par le président Martelly. Dans cette vidéo où les belles mulâtresses exhibaient leurs beautés plaçaient l’actuel chef de l’État au centre de l’attention de ces belles créatures nationales.

Mais on pouvait également lire et comprendre certaines difficultés culturelles, sociales et identitaires du président. Bref, les besoins d’appartenance du président à la bourgeoisie mulâtre  sont si forts qu’il est même capable de se laisser contrôler systématiquement par les quelques mulâtres qui forme sont haut état major. Ces conseillers, fils et petits fils des fervants partisans du duvaliérisme et du jeanclaudisme, ont passé toutes leurs jeunesses à sniffer de la cocaïne, consommer de la marijuana, prendre de l’ecstasie n’avaient jamais pensé à s’interesser aux affaires de leur pays et aujourd’hui ils sont au pouvoir et ils ont autant de difficulté à concevoir un pays uni et fort capable de nourir tous les haïtiens tel un paradis pour tous.

Le président Joseph Michel Martelly ne saisi pas le sens et la signification de la mission que le peuple lui a confié. Il peut faire quelque chose s’il est capable de s’élever au dessus des préjugés qui l’entourent par ses conseillers. Il pourrait même entrer dans l’histoire s’il est capable de croire en lui-même en forçant ou en créant l’unité nationale à travers des alliances de gouvernance dans le but poser les fondemants pour une institutionalisation forte et démocratique du pays.

Le rôle des riches c’est de faire développer l’économie du pays, adapter les entreprises locales à la réalité du systeme économique et international. Que la bourgeoisie s’enrichisse avantageusement n’est pas le véritable problème actuel du pays mais qu’elle confisque les richesses du pays entre ses mains ou expatrier les entreprises vers la république dominicaine ou dans les grandes banques étrangères constitue de fait une sorte de trahison nationale. Le rôle de cette bourgeoisie c’est d’investire dans les infrastructures de transport de communication, de l’énergie et de la production industrielle e agricole du pays.

Son rôle n’est pas de s’immisser dans une fonction qui lui est étrangère comme la politique. Et, c’est là que le Présiden Michel Joseph Martelly doit intervenir pour freiner la volonté de vengeance qui anime les néoduvaliéristes et jeanclaudistes qui l’entourent actuellement. S’il veut une place dans le livre d’or de la nation il faut qu’il parvienne à s’élever au dessus de la partisannerie qui l’anime actuellement. il peut être un président d’origine anbigüe à devenir président du pays, et il l’est déjà toutefois pour être un chef d’État comme le fut notre Roi Salomon, il lui faut une veste nationale avec des ouvertures qui lui permetent de saisir les différentes opportunités qui s’offrent au pays.

Les fils de macoutes et de jeanclaudistes qui entourent le président et qui veulent à tout prix venger leurs pères en faisant couler le sang de nos frères haïtiens doivent se tempérer et regarder les besoins réels du pays. Qu’ils profitent du pouvoir et du régime circonstantiel de Matelly pour se constituer en groupe politque et du coup forcer les classes moyennes de Haïti et les masses populaires à se constituer en un ou deux groupes alternatifs d’opposition réels et véritables pourrait être beaucoup plus profitable au pays.

Dans toutes l’histoire d’haïti, lorsque les mulâtres arrivent au pouvoir à part de quelques exceptions, ils avaient liquider les richesses du pays, démenteler l’unité nationale, offrir le pays aux envahisseurs étrangers, fermer les entreprises haïtiennes pour aller les ouvrir à l’étranger. Ils n’ont jamais été en mesure d’éviter les divisions de la classes dans le pays. D’ailleurs ils ne se sont jamais intéressés à répartir équitablement la richesse dans le pays. Ils ne sont donc pas fait pour la chose politique.

Le président Joseph Michel Martelly doit aujourd’hui reconsidérer sa conception de gouverner le pays et se doit de faire fi de la grande majorité des propositions de gouvernance qu’il reçoit en dicta de ses conseillers. De plus sa femme doit pour sa part s’engager à revaloriser et revivifier la vielle bourgeoisie raditionelle dont elle est issue.

Cette vieille bourgeoisie mulâtres était nationaliste et progressiste vue sur certains angles et c’est l’une des grandes contributions que la première Dame du pays pourrait apporter à l’histoire et à l’ensemble de la société. De même la Première Dame de Haïti doit s’appitoyer avec travers des actions réelles sur le sort des femmes dans le pays. La condition des femmes haïtienne doit s’améliorer et de nouvelles lois et de nouveaux avantages doivent être offerts à ces femmes qui portent toute une nation sur leurs dos et sur leurs épaules.

La femme d’affaire et de tête qui caractérise cette première Dame doit prendre forme dans ses engagements dans la défense des droits des femmes dans le pays. Elle se doit d’imposer sa vision tout en participant aux côtés du chef de l’Éat dans la préparation d’une Haïti déveoppée et démocratique. Elle ne doit pas se laisser écarter du pouvoir par les conseillers du président.  à suivre…..

Hermann Cébert

 

 

This gallery contains 0 photos

Les idéologies du Régime de Michel Joseph Martelly

Poster un commentaire


 

 

 

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

Je veux commencer ce texte avec cette idée que la différence entre un adulte et un enfant c’est que l’enfant abandonne facilement. Pour le lecteur puriste je tiens à faire remarquer que cette interférence se veut de répondre à l’impatience qui peut convoiter plus d’un.

L’arrivée du chanteur Sweet Micky dit Joseph Michel martelly n’était pas un hasard dans la politique haïtienne. En effet, il s’agit de l’aboutissement d’un ensemble d’évidences orchestrées tant par les grandes puissances internationales que par la bourgeoisie de Haïti ainsi que les faiblesses de la classe politique traditionnelle du pays. Tout le monde savait que l’actuel président était un jean-claudiste irréductible et qu’il avait l’habitude de porter les uniformes des tontons macoutes à chaque 29 juillet. Durant les régimes miliaires de Cédras et de Michel François il avait des laisser-passer pour entrer dans les bureaux de ces putchistes d’autant qu’il ne se gênait pas pour les supporter publiquement.

Michel Martelly dit sweet micky avait profité énormement des gouvernements putchistes pour s’enrichir et s’en prendre ouvertement aux différents régimes des lavalasse. Si le président actuel de haïti portait l’uniforme des tontons macoutes ce n’était pas parce qu’il était duvaliériste mais jean-claudiste et ce jean-claudisme parce qu’il était une vision mulâtre du pouvoir de Jean-claude Duvalier dictateur d’alors qui dirigeait par la violence, la menace et le vol le pays. Le jeanclaudisme est l blanchissement du régime légué par François Duvalier et il est arrivé sur la scène politique à partir des années 1975 et qui se renforcera avec le Mariage de Baby Doc avec Michèle Bennett son ex femme. Autrement dit, François Duvalier avait imposé un régime dit noiriste avec une certaine haine contre quelques mulâtres du pays et son Fils Baby Doc pour pouvoir asseoir son pouvoir, a dû lâcher l’aile noiriste de son régime en faisant une double alliance, celle avec la bourgeoisie commerciale et blanco-Arabe et également avec la vielle bourgeoisie mulâtre de Haïti.

Bien que le Jeanclaudisme ne soit pas véritable idéologie écrite elle symbolise toutefois une vision blanco-judeo-Arabe des gestionnaires de l’État. En fait la meilleure façon de comprendre le jeanclaudisme c’est qu’il propose que ce sont les Mulâtres qui doivent seulement diriger et assurer la gouvernance de l’État de Haïti. C’est à ce point de vue qu’il faut saisir et comprendre la vision sectaire du Président actuel de Haïti Joseph michel martelly. Le président de Haïti croit qu’il doit diriger le pays uniquement avec des Mulâtres et dès sa prise de pouvoir, des sources proches du nouveau président annonçaient qu’il n’y aurait aucun compromis avec les oppositions puisqu’il n’y a pas eu un groupe majoritaire pour former un véritable groupe d’opposition et l’aboutissement à Conille Gary comme premier ministre était un dicta de la maison blanche sous le conseil de Bill Clinton.

évidemment, les preuves de ce choix rétrograde du Président Michel Martelly se confirme avec les premiers noms qu’il avait proposé comme premier ministre du pays. Les équipes antourant le régime de Michel Martelly s’opposent également à l’origine de la femme du Président et il éait bruit d’écarter cette femme qui a une emprise sur le Président. La femme du président est issue de la vielle classe mulâtre et ses liens avec l’ancienne bourgeoisie traditionnelle sont fortes et s’opposent à la bourgeoisie commerciale actuelle qui est triomphante avec le régime de Martelly. Peut-être que nous devons encore attendre cette séparation entre les hommes de Martelly au pouvoir et sa femme issue de la bourgeoisie traditionnelle mulâtre du pays.

contrairement à Martelly, l’ex premier ministre Gary Conille lui est un enfant du duvaliérisme noiriste et également de la mouvance impérialiste qui vise à occuper coûte que coûte le pays. Donc on peut déjà comprendre les difficulés d’avoir une certaine entente entre le premier ministre Conille et le président Martelly. Car si conille voit la nécessite d’une certaine alliance et de compromis avec l’ensemble de la société et de la classe moyenne, de son côté la vision blancomane et judeo-arabe des gestionnaires de l’État. Toutefois il faut bien tenir compte de quelques paramêtre sociologiques pour comprendre les renversement de régime ou encore certaine consommation de séparation, en effet, nous sommes juste à quelques jours de la fin des festivités carnavalesques   dans le pays, et le président tout comme bon musicien qui se respecte peut surestimer ses capacités suite à ses performances durant les trois jours gras compte tenu qu’il était le centre d’attention du public. Et c’est même devenue une tradition dans le pays qu’après les jours gras, les gouvernements procèdent souvent à des changements.

Pour arriver à des Changements majeurs au niveau de l’exécutif, seulement quelques mois après l’entrée en fonction du Premier Ministre Gary Conille qui n’aura rien laissé à la posérité en terme de réalisation et vu son écartement systématique par la couverture médiatique dont impose le président. Le changement de Premier ministre en Haïti semble annoncer une présence accrue des mulâtres à la tête du pays et du régime de Martelly. En tant qu’analphabete politique, le président Michele Joseph Martelly devra comprendre qu’il va engager le pays vers une véritable lutte de classe que tout le monde redoute déjà. Malgré tout peut-être qu’il va réaliser ce que d’autres ont déjà réalisé avant lui. Chez notre voisin et frère, car il y a plusieurs de nos compatriotes qui vivent encore là-bas, après la prise du pouvoir par la bourgeoisie, les masses se sont imposées. à suivre….

Hermann Cebert

This gallery contains 0 photos