Le Vrai Discours Actuel de Hermann Cebert

J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti


Poster un commentaire

Étonner, Impressionner le peuple de Haïti: La mécanique du Changement et du Développement


J’avais déjà pulié un long texte au tout début de l’année sur la carte du ciel de Haïti au moment de sa proclamation de son indépendance et dans ce texte de croyance occidentale, tout indiquait le grand destin du peuple Haïtien et surtout en quoi nous allions apporter la civilisation au monde des blancs plus particulièrement contre la culture esclavagiste qui caractérisait l’ordre mondial de l’époque.

De même tout au long de ces derniers mois, j’ai pu publier d’autres textes décrivant nos réalités de peuple, de société et d’État tout en décortiquant les causes de nos réalités politiques, économiques, sociales et culturelles.

Sans être haineux ou encore contre le capitalisme ou les bourgeois haïtiens dont moins encore contre la personne physique des dirigeants actuels, j’ai essayé,  par la critique constructive mais incisive dans les propos, d’apporter une vue différente à la compréhension des choix et des non-choix qui sont en train de déterminer nos réalités futures.

Certainement, ils sont nombreux ceux qui me prennent pour leur ennemi et cherchent à m’abattre physiquement tant par leur commentaires que par les recherches qu’ils font pour me trouver. Seulement au cours de cette année deux personnes paisibles identifiées du même pseudonyme ont été lâchement abattu dans le pays comme si je ne connaissais pas la réalité politique du pays et l’esprit criminel qui habite certaines personnes fortunées dans le pays.

En effet, mon message à ceux qui continuent de me chercher et qui veulent à tout prix s’en prendre à moi, mon message est assez clair: « Je ne mourrai pas de mains d’homme » par conséquent, au lieu d’essayer de me faire taire, il vaut mieux mettre en pratique les idées et les conseils que je mets à leur disposition sur mon blog ainsi ils auront l’esprit tranquille et l’âme en paix.

Je tiens également à remercier les 5600 personnes qui continuent de lire quotidiennement mes textes et j’espère que ces lecteurs constants et réguliers utilisent mes écrits pour analyser et débattre entre amis et dans des clubs littéraires. Je suis heureux de partager avec eux toutes les idées réflechies qui me passent par la tête avec eux, merci pour leur appréciation.

Abordons maintenant le sujet principal de ce texte celui de la mécanique du changement en Haïti à partir de l’étonnement qui a été à la base de tout le progrès des pays développés. L’étonnement est la base du changement et du progrès et ce sont des esprits ouverts aptes à s’émerveiller qui peuvent saisir le fil conducteur du changement et du progrès à travers les moments de l’étonnement.

Parmi nos dirigeants, il y a eut Florvil Hyppolite qui nous a étonné avec le marché en fer du centre ville, il y a Dumarsais Estimé avec la fête du bicentaire de la ville de port-au-prince et il y a bien sûr Notre grand Roi Henry Christophe qui nous a légué le modèle géométrique de la ville du Cap-Haïtien, le Palais Sans-Souci et plus particulièrement la Citadelle la Ferrière.

Le grand Génie haïtien s’est exprimé à travers les grandes réalisations du Roi Henry Christophe car ce dernier avait saisi quelque chose que très peu d’hommes politiques peuvent comprendre, la capacité d’étonner son peuple. Le Roi savait pour engendrer le progrès et le changement, il faut que ses dirigeants étonnent son peuple car se faisant, le peuple dispose d’exemples vivants pour s’orienter et se guider.

La discipline, le courage, la bravoure, l’honnêteté, le respect, les lois, les règles, l’éthique, la volonté, l’autorité mais surtout, la grandeur d’âme et l’idéal était parmi les grandes capacités et caractéristiques du Précieux Roi Henry Christophe. Aujourd’hui encore, tout le monde s’étonne et s’émerveille devant les oeuvres visibles de ce bienheureux grand Homme d’État Haïtien.

Plus de deux cents ans après la proclamation de la liberté pour tous, comment sommes-nous réculés jusques là. Pourquoi avons-nous cessé de nous étonner nous-mêmes, entre-nous et tous les autres. Il nous a manqué ceux de notre sang, de notre race qui soient capables d’étonner et d’émerveiller. pourtant c’est bien notre culture et plus précisément dans notre nature et dans notre culture d’être étonné et d’étonner.

Voyons à présent ce qu’il faut pour recommencer à nous étonner et à étonner les autres car il y va de notre étonnement nos progrès, nos changements et nos grandes réalisations. Nous sommes un grand peuple et nous contemplons les merveilles que la nature nous présente à chaque instant.

Comme je l’ai dit tout au long de ce texte, nous avons besoins d’haitiens et d’haitiennes capables de faire rêver le peuple et pour y arriver nous devons nous élever au dessus de nos partisanneries et de nos intérêts personnels. D’ailleurs les exemples d’étonnements sont nombreux à la fois dans le pays et partout ailleurs sauf que la petitesse et l’étroitesse d’esprit de nos derniers dirigeants incluant nos actuels dirigeants n’ont pas cette capacité à émerveiller et à étonner d’où leur incapacité à enclencher un processus de changement et de progrès pour l’ensemble du peuple.

Malgré cette lacune criante, je crois qu’il est de mon devoir d’apporter d’idées nouvelles afin d’éduquer la minorité appelée à diriger le pays même s’ils sont des profanes de la chose mystique et politique du pays, ma responsabilité citoyenne m’oblige à les offrir ce qu’ils n’ont jamais eu leur vie durant, le sens du devoir national, le patriotisme, la grandeur d’âme que tout dirigeant doit avoir avant de pênser à diriger ou à gouverner.

Pour changer les autres, il faut se changer soi-même. Pour se changer soi-même il faut se connaître soi-même tout en ayant la conscience de ce qu’on est soi-même. Or pour découvrir le mystère de ce qu’on est véritablement il faut comprendre et saisir les réalités immédiates afin de se rendre compte des contraintes naturelles ou artificielles qui conditionnent l’existence de ces réalités. Et c’est seulement par l’étonnement qu’on peut classer et catégoriser les natures en soi de chaque élément constituant les réalités existentielles des choses en soi, des animaux en soi et des êtres en soi.

Si le changement est le produit de l’étonnement, en revanche le développement ou le progrès est plutôt le fruit de la complexion c’est-à-dire, un processus de transformation permanente et continue de raffinement, d’adaptation ou tout simplement d’innovation constante et régulière.

Au niveau collectif le changement, le progrès et le développement sont transmis par des chaines d’exemples structurés par la mécanique des lois, des règles, des procédures et des institutions fortes et respectables adaptées et adaptables. Car pour faire profiter la collectivité à l’idée et au projet de changement et de développement, il faut lui donner des références, et des exemples vivants pour que cette collectivité puisse voir et mesurer sa nécessité et son besoin de changement et de développement.

À titre d’exemple, dans le royaume du Nord de Henry Christophe, lorsque le Roi parlait de la discipline il commençait par l’appliquer au sein de ses troupes. Il en est de même pour l’idéal de son altesse lorsqu’il offrait des services sociaux pour tous telle que éducation obligatoire pour tous les enfants. Et avec la construction du palais sans-souci ainsi que la citadelle la ferrière, le Roi montrait au peuple, ses sujets, les exemples de grandeur et fierté  qui lui donnent la légitimité de son règne. C’était donc par l’exemple que le Roi Henry étonnait le peuple en ce sens, le régime était efficace tant par son sens pratique de la gouverne de l’État que par son honnêteté, son rationalisme.

De nos jours, nous n’avons plus cet idéal christophien puisque nos dirigeants sont plutôt des rois de carnaval et de mardi gras. Ils ne peuvent rien offrir de grand et d’étonnant au peuple seulement du clairin, du rhum, de la musique, de la danse et de la réjouissance deux, trois ou peut-être quatre fois par année sans oublier les bâtons, les fusils, le gaz sans compter les assassinats gratuits qui sont commis directement ou indirectement tant par les supporteurs du régime, les financiers de la violence que par les miliciens et les sbires du régime en place. Si vous utilisez la violence contre le peuple, votre idéal c’est bien de la violence et par conséquent vous développer un modèle de violence que les plus pervers de la société utiliseront à leur tour car ils n’ont pas d’autres modèles.

À suivre

 

Hermann Cébert

 

Publicités


Poster un commentaire

La culture Isolationniste de la communauté Internationale


Depuis plus de deux milles ans dont deux cents ans en particulier on ne cesse de nous répéter que nous nous n’avons aucun sens du développement et par conséquent nous n’avons aucune chance de développer notre pays. Cependant, nous avions toujours été isolé et replié sur nous mêmes.

Évidemment, nous sommes toujours divisés et chacun de nous se comporte comme étant hostile l’un envers l’autre, les richesses et les savoirs  sont pôlarisés dans le camps d’une minorité qui ne cesse de s’identifier aux anciennes cultures des puissances coloniales alors que de l’autre, la misère continue de dévorer la grande majorité du peuple.

En deux siècles de préjugé et d’apartheid social et économique et, 99,99% des dirigeants qui ont reçu la commande et la gouvernance de la nation ont été à la merci de la minorité qui exploite de façon sanguinaire ce pays. Le discours international aidant, c’est la bourgeoisie locale qui a toujours fait appel aux puissances impériales de venir occuper le pays voire le mettre sous tutelles comme c’est le cas actuellement.

De partout en occident, des évangéliques et missionnaires dont ceux des états-unis en particulier continuent de radoter dans nos dos et même dans nos faces pour nous dire que notre situation actuelle est bien le produit d’un genre de pacte qui nous aurait lié avec le diable alors que ce sont eux les véritable démons de notre sous développement. Ces soi-disants pasteurs évangélique c’est lucifère sur terre car ils collaborent avec les pensées de notre sous développement.

Si donc d’un côté nous avions été conditionné à l’éloignement de par notre exemple de liberté contre un ordre modial esclavagiste et d’un autre côté écarté par tous loin des progrès et du développement, notre particularité linguistique nous confine également à être l’éternel absent.

De l’ensemble de ces conditions et de ces conditionnalités, voilà qu’entre nous, c’est la guerre permanente et incessante et chacun veut tout avoir pour soi-même ou pour une minorité. En ce sens, tout a été mis en place pour nous répugner les uns les autres et de ce fait laisser libre place aux envahisseurs et aux intérêts étrangers de nous traiter de bbêtes et de sauvage à qui il faut inculquer le savoir vivre ensemle voir les civiliser.

Hermann Cebert