Affaire Clifford Brandt: Quels secteurs mafieux s’agit-il? De qui aurait peur un Agent de la CIA en fonction? La vérité suit son cours…


L’ex-Chef de la PNH, Mario Andrésol, dénonce des menaces contre sa personne et des rumeurs sur une investigation dont il serait l’objet

Sa sécurité a été renforcée

Publié le mardi 13 novembre 2012

L’ex-Commandant en chef de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Mario Andrésol, est sorti mardi de son mutisme depuis son départ de la direction de l’institution policière pour dénoncer des menaces de mort contre sa personne et des rumeurs circulant sur Internet sur la décision qui aurait été prise de le placer en résidence surveillée.

Dans une interview accordée à Radio Kiskeya, M. Andrésol rejette d’un revers de main les allégations selon lesquelles il aurait été auditionné par la police fédérale américaine (FBI) dans le cadre de l’enquête ouverte autour de l’affaire Brandt.

Mario Andrésol précise que sa sécurité rapprochée a été renforcée exclusivement par la PNH en raison des menaces de mort dont il est l’objet depuis des semaines. Il dit avoir partagé les informations y relatives avec des autorités, dont le secrétaire d’état à la sécurité publique Reginald Delva et des responsables d’organismes de défense des droits humains.

Sans désigner qui que ce soit en particulier, l’ex-Chef de la police assimile à des manœuvres malhonnêtes les rumeurs selon lesquelles il serait impliqué dans des dossiers louches. A sa décharge, il rappelle avoir livré une lutte sans merci aux gangs et aux trafiquants de drogue pendant les 7 ans qu’il a passé à des postes de direction à la PNH. Il n’écarte pas l’éventualité que les menaces dont il est l’objet puissent provenir de ces secteurs mafieux.

Il décline toute responsabilité concernant le processus de vetting de la PNH et une liste de policiers exclus de l’institution qui a circulé la semaine dernière dans les médias.

Il salue d’autre part la mémoire de l’Inspecteur divisionnaire Yves Michel Bellefleur froidement assassiné vendredi dernier à Port-au-Prince, dans des circonstances non encore élucidées.

Mario Andrésol s’est gardé de commenter la présence d’éléments de la police fédérale américaine sur le terrain.

Interrogé sur ses occupations actuelles, M. Andrésol informe qu’il apporte sa collaboration à l’administration de la PNH, en tant qu’ancien responsable de l’institution policière. [BFF/jmd/RK]

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s