Coup de Théatre du régime martelly lamorthe ou allignement des forces contraires: rendez-vous 4è devan baron


NATIONAL
« Et vous, qu’avez-vous fait en 29 ans de régime ? »
Le Nouvelliste | Publié le :01 mars 2013
 Robenson Geffrard, rgeffrard@lenouvelliste.com Twitter: @robbygeff
Les déclarations de l’ex-dictateur Jean-Claude Duvalier à la cour d’appel, jeudi, laissant croire que le pays était meilleur sous son régime ont soulevé la colère et l’indignation de bien de gens, connus ou pas, dans la société haïtienne. Un débat à ligne ouverte sur le sujet à Radio Magik 9 vendredi matin a permis à plus d’un de faire valoir leur point de vue sur les 29 ans du régime des Duvalier.

Your page is in Quirks mode, Galleria may not render correctly. Please validate your HTML and add a correct doctype.
Fatal error: Theme CSS could not load after 20 sec. Your browser is in Quirks Mode, please add a correct doctype.
La réponse directe à l’ancien président à vie d’Haïti vient d’un auditeur inconnu qui n’a même pas laissé de traces. Avec des chiffres à l’appui, il a exprimé ses frustrations : « Le pays était-il meilleur avant 1986 avec 80% de la population analphabète, 70% dans le chômage ? Etait-il meilleur alors qu’il y avait des cadavres en putréfaction dans toutes les prisons du pays ? Etait-il meilleur alors que le sac de ciment se vendait à 2.5 gourdes et Duvalier n’a laissé que deux routes nationales après 29 ans ? Etait-il meilleur alors que des milliers d’Haïtiens fuyaient le pays par bateau? Etait-il meilleur pendant que des gens se faisaient arrêter et jeter en prison pour un rien ? »
 
Pour Marvel Dandin, journaliste expérimenté, analyste politique, directeur général de Radio Kiskeya, le duvaliérisme comme système n’avait pas disparu avec le départ des Duvalier. « Il allait y avoir le CNG qui avait essayé de reproduire le duvaliérisme sans Duvalier. Ensuite, il y avait Avril et la tentative de coup d’Etat de Lafontant. Les militaires duvaliéristes ont renversé Aristide après 7 mois au pouvoir avec un coup d’Etat qui a duré trois ans. Par la suite, ni Aristide ni Préval n’ont jamais attaqué la structure du duvaliérisme… », a-t-il expliqué. Le journaliste a estimé que le peuple haïtien est en droit aussi de demander à Duvalier ce qu’ils avaient, lui et son père, fait du pays pendant 29 ans. A cette époque, a rappelé Marvel Dandin, l’intelligentsia haïtienne était obligée de fuir le pays. Ceux qui ne pouvaient pas partir ont payé le prix de leur vie…
 
Me Osner Févry, qui n’a pas caché son amour pour François Duvalier, s’est, d’entrée de jeu, présenté comme un Jean-Claudiste avant de rappeler qu’il avait été secrétaire d’Etat de l’Intérieur du régime. Dans son intervention à l’émission Panel Magik, l’ancien journaliste, pour supporter les déclarations de son bienfaiteur, a indiqué que « la gauche narco-populiste qui a pris le pouvoir de 1986 jusqu’à l’arrivée de M. Martelly a non seulement détruit le pays, elle a également « cocoratisé »les institutions et livré le pays à l’étranger. « Aujourd’hui, j’ai honte quand on essaie de comparer avant 1986 à maintenant », a-t-il déclaré.
 
Sidérée par ces déclarations, Liliane Pierre-Paul, journaliste très connue, mais aussi une victime de la dictature de Duvalier, s’est demandée si le pays était effectivement meilleur avant 1986 pourquoi il y avait eu autant de braceros, autant de gens qui fuyaient le pays à bord de petites embarcations ? « Jean-Claude Duvalier était un jouisseur, il avait toutes les ressources du pays à sa disposition pour bambocher avec ses amis », s’est insurgée la journaliste. En revanche, elle a reconnu que la situation est extrêmement difficile de nos jours tant sur le plan social que sur le plan économique, « mais au moins nous avons toutes les libertés publiques qui sont des acquis, personne ne peut nous les enlever… »
 
 
Me Osner Févry a reconnu qu’il y avait eu des exactions sous le régime de Duvalier. Cependant, il a dit qu’il y a des gens qui se disent victimes alors qu’ils sont rentrés au pays avec des armes à feu pour combattre le régime et qu’ils ont été entraînés dans un pays étranger. Selon lui, ces gens ne devraient pas s’attendre à ce que le pouvoir en place les reçoive avec de petits bisous et des câlins. Selon Me Févry, Jean-Claude Duvalier ne se déplaçait jamais sans être accompagné de journalistes de renom à l’époque comme « Marcus Garcia et Jean Dominique qui allait avoir Radio Haïti grâce à l’assistance en tout point de vue de Jean-Claude Duvalier …En procès avec la veuve Ricardo Widmaer pour la station, le gouvernement était intervenu en faveur de Jean Dominique, a-t-il dit. »
 
Me Févry a indiqué que l’ancien propriétaire de Radio Haïti avait pour avocat à l’époque Me Rouzier. Mais comme ce dernier, a-t-il ajouté, allait être nommé ministre de la Justice, « Jean Dominique avait délégué trois journalistes: Liliane Pierre-Paul, Konpè Filo, Sony ou bien Marvel, je ne me le rappelle pas, pour venir me demander de remplacer Me Rouzier… » Liliane Pierre-Paul et Marvel Dandin, deux responsables de Radio Kiskeya qui ont aussi travaillé à Radio Haïti, sont rapidement intervenus pour apporter un démenti formel à ces déclarations de Me Osner Févry.
 
« Est-ce que c’est l’amnésie ou le mensonge, l’art par excellence des Duvaliéristes ? s’est questionné Marvel Dandin en réaction aux déclarations de Me Osner Févry. La question que je pose publiquement à Me Févry, peut-il me dire quand je suis arrivé à Radio Haïti? ». Question à laquelle l’homme de loi ne pouvait répondre. M. Dandin a rappelé qu’il est arrivé à Radio Haïti en 1978 et jeune homme ait suivi le procès à travers la presse et écoutait les éditoriaux. De ce fait, chronologiquement, il était impossible que Jean Dominique l’eût envoyé voir Me Févry sur le dossier, a-t-il soutenu. « Quand je suis arrivé à la radio, le procès était déjà terminé, a ajouté le journaliste. Jean Dominique n’avait jamais impliqué son personnel dans ce dossier. A aucun moment, a insisté Marvel Dandin.
 
C’est extraordinaire que Me Févry ait inventé cette démarche que nous aurions faite auprès de lui. » « Je suis étonnée de découvrir en Me Févry un romancier ce matin, a réagi de son côté Liliane Pierre-Paul. Je vois qu’il a inventé un roman pour dire que Konpè Filo, et Sony ou Marvel et moi-même avons été le voir. Je n’ai jamais été au cabinet de Me Févry, je ne sais où il a été chercher ce qu’il a dit. Quand je suis arrivée à Radio Haïti, le procès était déjà terminé. De plus, Jean Dominique n’avait jamais mélangé ses affaires personnelles avec celles de la radio, a expliqué la présentatrice vedette du « jounal 4è ». » « Si Jean Dominique avait besoin de vous, il vous aurait appelé Me Févry, a avancé Liliane Pierre-Paul pour continuer avec son démenti formel. »
 
En réaction, Me Févry a maintenu dur comme fer ses déclarations. Pour Marvel Dandin, il avait des doutes entre ce dernier et le feu Sony Bastien. Mais Liliane Pierre-Paul et le journaliste Konpè Filo, le conseiller de Jean-Claude Duvalier est convaincu que ces deux personnalités étaient venues le voir pour lui proposer d’être l’avocat de Jean Dominique dans le procès mettant en cause sa station de radio. La veuve de Jean Dominique, qui intervenait à l’émission depuis l’étranger, a accepté de répondre aux questions des journalistes de la station alors qu’elle n’avait pas suivi le débat avant. Michèle Montas a rappelé que le 28 novembre 1980, la police politique s’était introduite à Radio Haïti et avait tout détruit sur son passage. « Les journalistes de la station avaient été soit emprisonnés ou forcés à l’exil. J’ai été emprisonnée avant d’avoir été forcée à l’exil, a-t-elle rappelé.
 
Aux casernes Dessalines, je les avais entendu torturer Richard Brisson, le directeur de programmation de la radio, a expliqué la journaliste avec amertume. » Pour ce qui est de Jean Dominique qui accompagnait Jean-Claude Duvalier dans ses sorties, Michèle Montas a estimé que son mari faisait son travail de journaliste tout simplement. Sur les déclarations laissant croire que Bady Doc aurait aidé Jean Dominique dans le procès de Radio Haïti… « je trouve cela extrêmement choquant, puisque celui qui avait le plus attaqué Jean Dominique c’était l’avocat de la partie adverse qui était un grand duvaliériste bien placé et qui avait utilisé toutes ses armes politiques pour détruire Jean Dominique… »
 
Michèle Montas indique n’avoir jamais rencontré Jean-Claude Duvalier qui a dit à la cour d’appel l’avoir connue à travers Jean Dominique. « Je ne suis pas au courant qu’il ait fait une intervention en faveur de Jean Dominique lors du procès de Radio Haïti. C’est absurde. La réalité c’est que Jean-Claude Duvalier avait donné l’ordre de détruire Radio Haïti », a-t-elle dit amère. Le débat pour ou contre l’ex-dictateur est loin de terminer. Jean-Claude Duvalier devra une fois de plus répondre aux questions des juges de la cour d’appel la semaine prochaine.
 
Robenson Geffrard, rgeffrard@lenouvelliste.com Twitter: @robbygeff
Publicités