Le Vrai Discours Actuel de Hermann Cebert

J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti

La diaspora haïtienne doit arracher et sauver l’indépendance de Haïti

Poster un commentaire


Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

J’ai déjà abordé la nécessité pour les Haïtiens vivant à l’étranger de s’organiser en Créant un Organisme International Haïtien qui serait responsable de défendre les intérêts d’Haïti et des Haïtiens dans le monde et que cet organisme pourrait être le Congrès des Haïtiens (C.H) et serait composé de tous les haïtiens qui vivent en dehors du territoire de Haïti.

Pour sa structure, on trouverait des congrès locaux par pays et par villes où vivent les haïtiens dans le monde et chaque région ou congrès local pourrait envoyer leurs délégués et leurs représentants siéger au conseil central et entre eux pourraient être élus les responsables de cet organisme de défense des intérêts haïtiens.

De façon sommaire le Congrès s’occuperait par exemple du financement des élections dans le pays, du financement de la science, de la langue créole, de la culture et des lieux historiques tout en encourageant le tourisme dans le pays.  Pour libérer Haiti de toutes les formes de dépendances qui bloquent et paralysent notre beau pays.

à suivre …. 

Hermann Cebert

Publicités

This gallery contains 0 photos

Qui a le monopole de consulter les acteurs politiques pour de vraies solutions à la crise électorale en Haïti: La passivité chronique du président du Sénat Haïtien et du Président de la chambre des Députés Haïtiens

Poster un commentaire


Tandis que plusieurs flatteurs et plusieurs jobbeurs se défilent à la queue leu leu devant le chef des macoutes roses au Palais National, le Président Joseph Michel Martelly, les groupes de l’opposition se laissent détourner par les comérages et les exécutions sommaires un peu partout dans le pays.

Pire encore, même le Président du Sénat se laisse plonger également dans une attente comatique des  bonnes volontés du président de la République qui de son côté n’a véritablement aucun intérêt et aucune volonté que les problèmes qu’il a créés soient réglés.

Entre temps, comme on peut le constater à partir de leurs actes et de leurs messages discours et publicités inclus, Joseph Michel Martelly et Laurent Salvador Lamothe pousuivent leurs campagnes électorales à travers tout le pays, en liquidant par-ci et en profitant par-là des richesses du pays.

Pourquoi personne ne s’impatiente à trouver des solutions à la crise poloitique actuelle de Haïti? Qui d’autres à part de Martelly est capable de trouver des solutions et de faire des consultations publiques?

Évidemment, les premières grandes consultations ont été menées par les ambassades accréditées dans le pays et ces consultations n’en étaient pas de vraies et ne visaient pas à solutionner la crise nationale ni non plus ne se préoccupaient pas des urgences du pays.

Ce que les ambassadeurs faisaient, c’était de dicter aux acteurs politiques et aux acteurs sociaux leurs directives dans le but de les faire accepter et de contribuer à la mise en place de la dictature que le Gouverneur Bill Clinton est en train de mettre en place en Haïti.

Si on fait un simple arrêt sur les différentes prises de positions de divers représentants étrangers à la cause du développement et du progrès de Haïti, on pourra constater que tous ces gesn qui formulent des critiques le font dans un seul sens, contre les groupes de l’Opposition plus particulièrement le Club des Cinq Sénateurs de Haïti et jamais contre le gouvernement Martelly-Lamothe qui a laissé pourrir et envenimer la situation.

Certainement, le président du Sénat, le sénateur Dieusseul Simon Desras aurait dû adopter une stratégie concurrente à celle du président Martelly en ce qui concerne les consultations que ce dernier a engagé auprès des soi-disants acteurs du pays, alors que tout le monde peut constater que le président rencontre surtout tous ceux qui partagent ses idées de se maintenair au pouvoir au-delà des échéanciers électoraux de janvier 2015.

Se faisant le président du sénat aurait pu ouvrir les consultations publiques en invitant tous les acteurs politiques et sociaux à venir au sénat présenter leurs arguments en direct à la radio et à la télévision  afin de casser la montée de la popularité du régime rose et pour également montrer dans quel direction que l’ensemble des acteurs veulent diriger le pays.  

Évidemment, le président du sénat peut encore lancer sa propre consultation dès cette semaine afin de faire défiler au parlement tous les leaders régionaux, tous les partis politiques, toutes les organisations socio-professionnels, toutes les organisations de professeurs, d’étudiants, de chômeurs, des avocats, des psychologues, des économistes, des sociologues, des organisations des comités de quartiers etc.

Et vous imaginez quel impact cela pourrait avoir sur les positions de martelly et de la communauté internationale?

J’attends pour voir ce que décidera de faire le président du sénat au cours de cette semaine en matière de consultations plus démocratiques et plus ouvertes.

 

à suivre… 

Hermann Cebert

This gallery contains 0 photos

»Pourquoi le Gouvernement Américain veut réunir les familles haïtiennes: Les intérêts derrière cette politique américaine

Poster un commentaire


Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

Tous les haïtiens savent qu’en matière d’immigration et des relations internationales, les pays développés ne font pas de cadeau et chaque fois qu’un pays étranger accorde un visa de touriste ou de résidence à un Haïtien c’est pour leurs intérêts et non pour les intérêts de Haïti.

De plus, pour le nombre d’haïtiens qui vivent depuis plusieurs années aux États-Unis et qui n’ont pas encore leurs régularités, on peut se demander pourquoi maintenant cette nouvelle politique de réunification des familles haïtiennes en sol américains et surtout, en quoi une telle politique pourra s’avérer positive pour le développement de Haïti selon ce que laissent comprendre les autorités américaines?

En attendant des détails sur cette promesse de l’admionistration américaine, je veux croire que les groupes civiques des haïtiens vivant aux États-Unis n’hésiteront pas à se mobiliser pour réclamer plus clarté de cette politique d’appauvrissement des ressources humaines formées et prêtes à travailler.

Alors que tout le monde s’entendait pour dire que Haïti manque énormément de cadre puisque depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a emporté plusieurs cadres de l’administration publique, des spécialistes de tout genre, des étudiants finissants de plusieurs programmes et de plusieurs disciplines universitaires et techniques.

De même, on sait très bien que les émmigrés haïtiens sont sélectionnés au milimètre près en terme de leurs niveaux d’étude et de scolarisation qui contrairement aux jeunes américains noirs qui sont plongés dans l’enfer de la drogue et qui pilullent toutes les prisons américaines.

Autrement dit, la qualité et les valeurs que chérissent les jeunes haïtiens constituent de véritables ressources à bon marché que le gouvernement américain va pouvoir bénéficier en ouvrant un programme qui permet la réunification des familles haïtiennes qui vivent aux Étas-Unis.

Selon certaine statistiques, il y aurait plus de 2 millions d’Haïtiens présentement aux Étas-Unis, et compte tenu de l’exploitation systématique que la bourgeoisie exerce depuis plusieurs décennies en Haïti, la majeur partie des jeunes haïtiens souhaitent quitter le pays afin de fuire la misère et l’insécurité qui les guette à chaque instant.

Or, est-ce que les américains seraient prêts à les accorder tous un visa, soit dit en passant plus de 7 millions d’individus. Si l’administration américaine serait prête à faire une telle chose, on peut se demander si le projet plus global de cette politique ou ce programme ne vise tout simplement pas à annexer indirectement Haïti aux États-Unis, le vieux rêve américain pour Haïti depuis 1915 dont l’année 2015 va marquer les 100 ans de l’occupation de Haïti par les américains.

Dernièrement, nous avons vu le président joseph michel martelly et son gouvernement dirigé par laurent salvador lamothe procéder à la cession de la zone du nord-Est en zone franche agricole aux entreprises d’exploitation agricole américaine, ce que le gouvernement et le régime martelly-lamothe ne nous dit pas c’est que les produits agricoles qui seront récoltés ne se vendront pas sur le marché haïtien mais aux États-Unis.

Il y a donc de toute évidence un plan plus global qui vise à annexer Haïti aux États-Unis mais qui se fait le plus invisiblement possible mais définitivement très surement. Il s’agit donc de l’anéantissement programmé de Haïti et des Haïtiens. bientôt Haïti ne sera plus qu’une histoire passée, comme les atlantides.

Dans la mer des Caraïbes, ça faisait très très longtemps, il y avait un pays qui s’appelait Haïti, une ancienne terre où les premiers habitans étaient des amérindiens qui avaient été décimés par les espagnols, puis remplacés par des noirs venus d’Afrique qui eux aussi avaient été décimés par les blancs américains en complicité avec les blancs des autres puisances coloniales de l’amérique, de l’europe et de l’Océanie.

Cette de Haïti qui avait été découverte par CHristophe Colomb est donc redevenue la terre des blancs puisque c’Était des blancs qui l’avait découverte, elle est désormais et pour toujours une terre où seuls les blanc peuvent y vivent et y prospérer.

En attendant qu’on assiste ou que l’on soit victime de cette extermination programmée, il faut reconnaitre que le plan politique la machine de l’anantissement des haïtiens est déjà en marche et qu’elle a toujours été ainsi contre le peuple des Indigènes de Haïti.

En effet, on se rappellera des différentes vagues d’Haïtiens qui ont été forcé de quitter le pays dans les années 1960 sous la dictature des duvalier mais financés et supportés par les américains et les puissances coloniales, les vagues des années 1970 et 1980; les vagues des années 1990-2010. À chaque fois et à chaque occasion ce des milliers et des dizaines de milliers d’Haïtiens formés et éduqués qui quittent haïti pour aller pousser les boîtes, conduire des taxis et travailler dans des manifactures nord-américaines et européennes et ainsi déposseder haïti de ce qui liu est le plus précieux au monde ses cerveaux et ses intelligences.

Mais, plus proche de nous, on peut également se souvenir des principaux contextes où les puissances impérialistes encourageaient les haïtiens à quitter leur pays. En effet, depuis 1986, lorsque les pays étrangers voulaient ddéblayer le terrain politique des militans activistes politiques en faveur d’un régime corrompu en particulier, les puissances impérialistes ouvre les robinets de visas et de programmes de lottos visas. Ce fut le cas avec OIM en 1991 pour casser les mobilisations en faveur du retour de Jean-Bertrand Aristide, en 1997 et 1998 contre les jeunes militants pro lavalasse, en 2004 pour encourager le coup d’État contre Aristide.

Le philosophe éveillé

expérience de la solitude

De toute évidence, il est loin d’envisager ce programme comme un bienfait pour Haïti et je doute qu’il ne vise pas forcément en favoriser le régime martelly lamothe en dilapidant le secteur progressiste des jeunes qui se sont mobilisés contre l’avènement de cette dictature des martelly-lamothe, Entre autre, peut-être qu’il vise à éviter de vraies actions des jeunes policiers en rebélion présentement contre le favoritisme du régime martyelly-lamothe qui ne cesse d’accorder des grades et des privilèges aux amis du pouvoir en place. Je doute également d’un quelconque intérêt américain en faveur du développement de haïti car en encourageant les haïtiens formés à quitter le pays on ne saurait aider le pays.

à suivre… 

Hermann Cebert

This gallery contains 0 photos

Du pétrole en Haïti ! Oui ! : Jean Erich René

Poster un commentaire


Du pétrole en Haïti ! Oui !

Jean Erich René
 

Petrole

 

Le pétrole existe bien en Haïti et a été l’objet de deux explorations retraçables à deux périodes différentes de notre histoire sans aucune exploitation. Le Gouvernement de Dumarsais Estimé en 1949 a fait appel à la Atlantic Reffining Company ou ATRECO pour les recherches en hydrocarbure en Haiti.

En effet un puit de pétrole a été foré sur l’Habitation Caradeux dans la Plaine du Cul-de-sac non loin de l’Aéroport International. Jusqu’à présent la base en béton du derrick c’est à dire l’échafaudage devant supporter la foreuse peut être vue sur place. Il revenait à l’Agronome Jean David du Ministère de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural d’avoir la paternité de la question. Exilé dès les premiers moments du Gouvernement de François Duvalier, Jean David est parti sans laisser les dossiers y relatifs.

Sous le Gouvernement de Jean Claude Duvalier les recherches des nappes d’ hydrocarbures ont été confiées à la Crux Limited. Dès le départ on cherchait les traces du puit creusé par la ATRECO. Faute de continuité dans les affaires publiques haïtiennes, les données n’étaient pas disponibles.

L’INAREM ou Institut National des Ressources Minières dont le Coordinateur fut Henri P.Bayard a entamé des recherches pendant près de 6 mois de Port-au-Prince jusqu’à la frontière Dominicaine comme l’aire possible du forage entrepris par la ATRECO dans la Plaine du Cul-de-Sac.

Toutes les Unités de l’INAREM furent mobilisées. Et l’honneur revenait à votre serviteur Jean Erich René, à partir d’une enquête sociale quadrillée de la Plaine du Cul de Sac d’identifier un dimanche matin 11 heures le puit de pétrole creusé par la ATRECO que cherchait la Crux Limited en 1975. Ce puit se trouve exactement sur la route vicinale qui sort de Caradeux pour aller à la chapelle Ste Marie de Pétion-ville. Jusqu’à présent je peux conduire n’importe qui sur les lieux. La bouche du puit est scellée avec une plaque en cuivre portant la date et le nom de la ATRECO.

La Crux Limited a entamé ses travaux de Forage à Grande Saline où le Bassin pétrolifère affleure. Ensuite la Crux Limited a préféré concentré ses travaux dans la Baie de Rochelois à la Gonave où le pétrole a été trouvé.

Le Président Jean Claude Duvalier et les officiels du Gouvernement au cours d’une cérémonie officielle ont sablé le champagne afin de procéder au tirage des premiers jets de l’or noir qui furent analysés au Laboratoire du Département des Mines.

Quelques jours plus trad, la Crux Limited fut dédommagée pour ses travaux de forage et l’ordre lui a été intimé de plier bagages et de laisser le territoire d’Haiti. Qui a donné cet ordre et pourquoi?

Comme en 1949 sous le Gouvernement de Dumarsais Estimé, Washington considère Haïti comme son backyard. Le pétrole étant une ressource naturelle épuisable, il préfère exploiter pour l’instant le pétrole du Moyen-Orient. Le pétrole haïtien fait partie de ses réserves en cas de guerre.

Vers les années 1980 ne voulant pas croire à cette vérité historique un Ministre des Mines d’Haïti a tenté de reprendre les travaux de forage. Etant un technicien bien imbu de l’importance du bassin de pétrole dans lequel nage l’Ile d’Haiti jusqu’à Caracas, ce Ministre des mines encore vivant, Ingénieur Géologue était parti pour le Vénézuéla afin d’entreprendre des pourparlers avec le Gouvernement vénézuélien pour l’exploitation du Pétrole dont le Vénézuéla partage le bassin avec Haïti.

Un commando criminel a été dépêché dans l’Hôtel au cours de son séjour pour l’abattre. N’était-ce la vigilance des Policiers vénézuéliens, on a failli tuer le Ministre des Mines qui a dû regagner immédiatement Haïti.

Le pétrole existe en Haïti. Les preuves et les témoignages sont convaincants.

Jean Erich René
mai 2005

Réactions

Tout dernièrement j’ai cru utile d’apporter mon opinion personnelle sur la question de  l’existence du pétrole en Haïti, à la suite d’un article publie par le Dr Georges Michel. Ce sujet ayant soulève trop de controverses, je me suis retire du forum de discussions. Voila qu’aujourd’hui la question vient d’être relancée avec certains arguments qui semblent sinon prouver du moins donner un certain poids a la thèse soutenue par le Dr Michel. Cela m’a encourage a continuer mes témoignages et a parler d’une expérience vécue a Hinche.

Entre 1961 et 1967 j’étais en service a Hinche et je m’adonnais beaucoup à la chasse, mon sport préfère. Un jour je vis arriver chez moi, aux Lattes un jeune homme qui se présenta comme gérant de 8 carreaux de terre qu’un colonel des Forces Armées alors en retraite avait obtenu en fermage de l’Etat Haïtien, et me demanda si je pouvais l’aider à se débarrasser d’une bande de pintades sauvages qui saccageaient sa plantation de mais. J’acceptai volontiers et pris rendez-vous avec lui pour le Samedi suivant. Au jour dit il vint me chercher et chemin faisant il me fit savoir que si cela ne me dérangeait pas, il comptait me montrer quelque chose sur le chemin du retour.

Après la partie de chasse qui fut très fatigante (chasse à la pintade!!!), mais fructueuse, il prit un chemin de traverse et après une 1/2 heure de marche arrivâmes sur un terrain semi sablonneux semi rocailleux et me dit que c’est la que se trouvait les terres dont il avait la charge. Sa maison était tout proche. Nous nous trouvions alors sur la route Hinche-Maissade. Malheureusement je ne me souviens pas du nom de l’endroit.

Il s’excusa pour se rendre dans sa maisonnette toute proche et revint au bout de 5 minutes avec une pioche et une pelle. Il choisit un endroit et se mit a creuser. Arrivé à 6 pieds environ de profondeur il m’appela et me demanda de jeter un coup d’œil. J’aperçus alors une quantité énorme de cailloux noirâtres, légèrement plus grosses qu’un oeuf de canard. Il descendit dans la fosse  et me lança prudemment quelques unes de ces roches.

Elles étaient de consistance dure, glissant entre les doigts et à forte odeur de pétrole. J’etais perplexe et me demandais si je ne me trouvais pas en présence de charbon de terre ou coke, pour en avoir vu la description dans mes livres de chimie.

Apres un mouvement de rétablissement il remonta à la surface (il était de grande taille et cela ne fut pas trop difficile pour lui). Il prit une des pierres, s’éloigna un peu des lieux et choisit un endroit à découvert ou il n’y avait que de grosses roches, prit une allumette, l’ alluma et l’approcha de la pierre; celle-ci s’enflamma aussitôt en dégageant une épaisse fumée noirâtre d’odeur acre. Chose surprenante, il ne savait même pas ce que c’était. Il me dit alors que toute la zone était remplie de ces pierres. Il me fit signe de le suivre et il me montra un peu plus loin plusieurs dalles en béton avec l’inscription: « U.S. Geodesia ». Il me dit alors que si je voulais, il pourrait m’apporter  de temps à autre quelques sacs de ces pierres pour donner à la cuisinière pour préparer les repas et faire du cabri boucané. Je déclinai l’offre trouvant cette façon de cuire les aliments pas trop sains et  pas suffisamment propres.

J’ai compris alors que c’était réellement du coke. Je continuai à fréquenter la zone régulièrement, pour les pintades, pas pour les roches car je ne savais qu’en faire. Et voilà – Manuel Gilles.

Merci pour m’avoir envoyé ce message concernant les questions de la présence du pétrole en Haïti. Pour dire franchement je m’étais promis de ne plus répondre à des histoires farfelues que j’appellerais “exercices en futilité”, qui malheureusement ne manquent pas dans le cas d’Haïti. 

Tout ce que je dirais, malgré mon expérience étendue de la géologie d’Haïti, je ne saurais conclure aveuglément comme le dit ce message que “Le pétrole existe en Haïti. Les  preuves et les témoignages sont convaincants”

Ou sont les preuves? Où sont les témoignages convaincants?

Il y a souvent une différence entre l’historique d’une démarche, et les faits géologiques et scientifiques. Ces  derniers sont plutôt  du domaine qui se discute avec des professionnels qualifiés pour éviter des  interprétations erronées et  grossières, dont  leur mise en publique ne ferait pas la fierté du niveau professionnel requis. Cordialement, Florentin.

This gallery contains 0 photos

les Etats-Unis met en oeuvre un Programme d’exception pour le regroupement des familles haïtiennes: Ceux qui ont leur frères, leurs soeurs, leurs mères, leurs enfants aux États-Unis vont pouvoir aller aux États-Unis?

Poster un commentaire


Mise en œuvre aux Etats-Unis d’un Programme d’exception pour le regroupement des familles haïtiennes

Publié le dimanche 19 octobre 2014

 

17 octobre 2014

DHS s’apprête à mettre en œuvre un Programme d’exceptions pour le regroupement des familles haïtiennes

WASHINGTON—Dès le début de l’année 2015, le Ministère de la Sécurité intérieure (Department of Homeland Security ou DHS) mettra en œuvre un Programme d’exceptions pour le regroupement des familles haïtiennes (HFRP) afin de procurer l’opportunité d’une migration d’Haïti qui soit sûre, légale et dans l’ordre pour certains membres éligibles de la famille de citoyens américains et de résident permanent quisont légalesaux États-Unis.

Dans le cadre de ce programme, qui ne fonctionnera que sur invitation, les Services américains de la Citoyenneté et de l’Immigration (U.S. Citizenship and Immigration Services ou USCIS) offriront à certains bénéficiaires Haïtiens éligibles et ayant reçu l’approbation de leurs demandes de visa d’immigration basée sur leur situation familiale, une occasion de venir aux États-Unis jusqu’à deux ans en avance de la prise d’effet des dates de priorité de leur visa d’immigration.

« La reconstruction et le développement d’une Haïti sûre et économiquement solide constitue une priorité pour les États-Unis. Ce programme fournira l’occasion à certains Haïtiens éligibles d’immigrer légalement et en toute sécurité aux États-Unis, favorisera l’unité familiale – un but fondamental et sous-jacent de notre système d’immigration – et soutiendra des objectifs américains plus vastes concernant la reconstruction et le développement au long terme d’Haïti », a déclaré le Secrétaire adjoint de la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas.

Le programme HFRP reçoit son autorité juridique dans la Loi sur l’Immigration et la Nationalité autorisant le Secrétaire de la Sécurité nationale à accorder l’entrée exceptionnelle aux États-Unis à certaines personnes, au cas par cas, pour des raisons humanitaires urgentes ou d’un avantage public important. Il s’agit de la même autorité juridique qui fut utilisée en 2007 pour établir le programme d’exceptions pour le regroupement des familles cubaines.

À l’heure actuelle, USCIS n’accepte pas de demandes basées sur le programme HFRP et les bénéficiaires éventuels ne doivent rien entreprendre pour l’instant. USCIS fournira tous les détails du programme d’ici la fin de cette année calendaire et les engagements des intervenants auront lieu peu de temps après. Au début de 2015, le Centre national de visa (NVC) du Département d’État (DOS) commencera à contacter certains citoyens américains ou résidents permanents légaux ayant reçu l’approbation de leurs demandes pour les membres de leur famille haïtienne, leur offrantla possibilitéde se porter candidats au programme et leur fournira des consignes sur comment en faire la demande. Seuls ceux qui recevront un avis écrit du NVC, signifiant leur éligibilité au programme, seront qualifiés pour s’y porter candidats.

Dans le contexte du Programme d’exceptions pour le regroupement des familles haïtiennes, les Haïtiens qui recevront cette exception auront le droit d’entrer aux États-Unis et de faire leur demande de permis de travail, mais l’état de résident permanent ne leur sera pas accordé plus tôt pour autant.Consulter www.uscis.gov/avoidscams pour des conseils sur comment remplir les formulaires, signaler les arnaques et trouver des services juridiques accrédités. Souvenez-vous, une assistance inappropriée peut porter préjudice !Unebrochured’information et un dépliantsont également disponibles à www.uscis.gov.

Pour un complément d’information sur USCIS et ses programmes, veuillez consulter www.uscis.gov ou nous suivre sur Twitter (@uscis), YouTube (/uscis), Facebook(/uscis), et sur le blog d’USCIS The Beacon [Source : Ambassade des Etats-Unis à Port-au-Prince]

This gallery contains 0 photos

CPAM, la Radio union.com : Une porte grande ouverte vers la zombification des Haïtiens vivant à montréal

Poster un commentaire


C’est volontairement que j’avais choisi de ne pas me pencher sur certains groupes d’haïtiens vivant à montréal car j’estimais qu’il y avait moins d’intérêt par rapport aux divers problèmes que vit Haïti et qui demandent plus d’attention.

Ce n’est pas que tout va bien et que je n’ai pas grand chose à partager avec mes lecteurs, mais j’avais fait le choix de me taire là-dessus.

Néanmoins, il faut reconnaitre qu’il y a tellement de sujets qui me passent souvent par la tête et qui m’ont donné envie de consacrer  quelques articles juste pour montrer à mes lecteurs du Québec et de montréal que je suis également conscient de leurs réalités et de leurs difficultés qui sont également les miennes puisque depuis plus de 16 ans je vis parmi eux.

Évidemment, si je décide de me justifier pour aborder le sujet que j’entends développer aujourd’hui c’est qu’il y a quelque chose qui m’a comme irrité ces jours-ci dont une émission qui était passée sur la station de radio CPAM que j’ai écouté vers 15h-16h et animée par des québécois qui se font passer pour des ignorants de l’histoire actuelle d’Haïti alors qu’ils faisaient de la propagande pour le régime néoduvaliériste macoutico-rose de Joseph Michel martelly.

Sur quoi je me base pour considérer cette émission à des heures de grandes écoutes de la radio CPAM, radiounion.com de faire la propagande, ou encore de la zombification des haïtiens vivant à Montréal?

Avant de répondre à cette question, permettez-moi, mes chers lecteurs, de faire un survol de la réalité de cette station de radio qui se veut être un média de la communauté haïtienne et l’expression ethnique francophone de Montréal.

Si vous écoutez cette station régulièrement comme moi, vous vous êtes déjà rendu compte qu’il y a depuis un certain temps une sorte de bouillie vidée qui se pratique au sein de cette station.

D’abord, plusieurs fois j’ai entendu des journalistes et des chroniqueurs qui veulent aborder certains sujets mais que le directeur de la station ne veut pas qu’ils abordent en leur imposant de facto la loi de l’omerta, bouche cousue, popint de débats là-dessus. C’est donc en direct que le directeur les oblige à se taire sur des sujets de discussion qui auraient pu éclairer davantage la communauté haïtienne de montréal, mais c’est le silence.

Deuxièment, pour une station que se veut une station d’expression ethnique de l’amérique du nord et de la communauté haïtienne qui engage plus de journalistes et de chroniqueurs québécois de fasçon plus que proportionnelle que la communauté haïtienne du Québec est représentée dans l’ensemble des médias du Québec.

Alors, on peut se demander, en quoi cette station de radio CPAM peut se vanter d’être une station d’expression ethnique lorsqu’elle se comporte comme n’importe quel autre média homophobe et québéco-centriste au québec. En plus de tout cela, la majorité des reportages qui sont présentés proviennent des médias français de france sans oublier que cette station n’a jamais ouvert ses portes aux jeunes étudiants haïtiens en communication du Québec.

En connaissez-vous un seul stagiaire qui a animé une émission d’été ou d’hiver sur les ondes de cette station? Moi, non.  Je dirais même, jamais. Pourtant, je ne sais de quelle forme d’Écclectisme alliénant que les responsables de cette station veulent nous offrir tandis qu’ils ne semblent pas être conscients.

Évidemment, ils ne se rendent pas compte de ce qu’ils sont en train de nous servir, les mêmes salades qui ont infestées nos livres d’histoire car ce sont toujours les étrangers qui veulent nous apprendre notre histoire.

Comment la radio CPAM, radion union point com, peut être aussi aveugle pour mettre ses ondes à la disposition du monde qui se disent ignorants de notre histoire, ils le prouvent par leurs dires, pour nous enseigner notre propre histoire, c’est vraiment aberrant et dépourvu de tout jugement et de responsabilité.

Admettons qu’il s’agissait d’une certaine ouverture d’esprit que veulent faire montre les responsables de cette station, cela ne devait pas être de la propagande de bas étage telle que cela se fait sur les ondes de cette station. Je trrouve ça honteux que ce soit des québécois qui ne connaissent même pas leur propre histoire et qui sont ignorants de notre histoire que l’on laissent nous faire la leçon de notre propre histoire. 

à suivre…. Hermann Cebert 

Hermann Cebert

This gallery contains 0 photos

Michèle Benett Duvalier

Poster un commentaire


                

Former Haiti dictator Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier’s ex-wife, Michelle, dancing with son Nicholas (Ti Nicholas or little Nicholas) recently in Paris – July 19, 2010

                                            

michell bennett 1

Nicholas Duvalier and mother Michelle Bennett dancing. (wehaitians.com/Photo)
                                        

michelle bennett 2

Michelle Bennett, with her three sons and daughter. (wehaitians.com/Photo)
                                     

michelle bennett 3

Michelle Bennett (C) with her oldest two sons from her first husband, Alix Pasquet jr.. His father, Alix « Sonson » Pasquet Sr., was a Haitian army lieutenant, who in July 1958 attempted to topple the older bestial, ferocious dictator, Francois « Papa Doc » Duvalier. Hours after they landed in Haiti’s capital city of Port-au-Prince, after a long voyage from Florida abroad a yacht called the Molly C, the senior Pasquet and his colleagues (some of them, state of Florida sheriffs) of fortune were all captured by the older bloodthirsty dictator Duvalier’s Tonton Macoutes (bogeyman). Their mutilated bodies were all subsequently put on display, not too far from the now destroyed Haiti national palace.
                                          
michelle bennett 4
Michelle Bennett (L) with former French president, Jacques Chirac. (wehaitians.com/Photo)
                                

michelle bennett 

Michelle Bennett (L) with Bernadette Chirac, wife of the former president. (wehaitians.com/Photo)
 

michelle bennett 6

Michelle Bennett (L) with former French Prime Dominique de Villepin.

This gallery contains 0 photos