L’ancien premier ministre du Québec Jacques Parizeau est mort lundi soir vers 20 h après un long combat contre la maladie. Il avait 84 ans


Jacques Parizeau... (PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Jacques Parizeau

Né à Montréal le 9 août 1930 au sein d’une famille de la « bourgeoisie canadienne-française », Jacques Parizeau a été l’un des architectes de la Révolution tranquille avant d’être nommé ministre des Finances par René Lévesque en 1976.

Chef du Parti québécois de 1988 à 1996, il a été élu premier ministre du Québec en 1994. Il a tenu, l’année suivante, un référendum sur la souveraineté. Cette soirée du 30 octobre 1995 est marquée par la victoire à l’arraché du non et par les propos controversés de son discours de défaite.

Il a ensuite démissionné de son poste, après avoir passé un an, quatre mois et deux jours au pouvoir.

La souveraineté comme unique motivation

Jacques Parizeau sera mort avant de voir le rêve qui a motivé son parcours politique se réaliser.

Dans sa dernière entrevue, accordée à Michel Lacombe en février et diffusée au début du mois d’avril, il n’excluait pas que le Québec puisse un jour atteindre sa souveraineté. Il regrettait toutefois de ne pas avoir réussi à l’y guider.

« C’est la seule raison pour laquelle je suis rentré en politique. J’ai raté mon coup, a-t-il constaté. J’aurais aimé être un premier ministre qui a du succès, qui réussit son objectif, qui l’atteint. »

Dans cette entrevue, l’animateur l’a questionné sur le sens de la fin de la vie. « C’est chercher la paix avec soi-même, avait répondu M. Parizeau. Après des années d’une vie bousculée, se retrouver soi-même et être en paix avec soi-même. »

Décès de Jacques Parizeau: nombreuses réactions sur les médias sociaux

Publicités