Le Vrai Discours Actuel de Hermann Cebert

J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti

la nouvelle armée de Joseph Michel Martelly et Le mouvement des Morenos et des Indios dominicains


Le philosophe éveillé

Je suis
Invisible
parmi vous

L’une des lois universelles de l’univers c’est que tout est en mouvement et qu’il n’y a rien qui soit stationnaire et figé dans un lieu fixe. Il en est de même pour toutes les idées, toutes les organisations, toutes les choses et tous les êtres.

Or le mouvement en tant que tel peut être une sorte d’évolution, une sorte d’adaptation, une sorte de transformation, une sorte de croissance, une sorte de destruction, une sorte de naissance, une sorte d’incarnation et de réincarnation.

Bref, la notion de mouvement s’adapte à la réalité de chaque chose, de chaque être, de chaque organisation et de chaque institution et tout ce qui ne suit pas cette loi du mouvement n’existe pas, est lui-même et en lui-même le mouvement même.

C’est à partir de cette réalité que je vais tenter de suivre l’évolution d’un mouvement qui est en train de prendre forme en République Dominicaine actuellement, c’est le mouvement des Morenos et des Indios de jeunes dominicains noirs et mulâtres.

Toutefois, je me demande si les jeunes Morenos et les jeunes Indios dominicains sont assez matures pour entreprendre une telle initiative et quels sont les risques qu’ils courent avec la progression d’un tel mouvement.

Qui les conseille, et qui peuvent véritablement les guider?

Je sais que Haïti n’a pas vraiment un service secret efficace et de contre espionnage qui aurait pu informer le peuple haïtien sur les initiatives de ces jeunes et de bien comprendre l’évolution que pourrait connaître un tel mouvement puisque les dirigeants haïtiens ne se sont jamais préoccupés à comprendre la république dominicaine et les divers mouvements politiques et militaires qui s’organisent dans ce pays.

Certainement, tout pays qui a des intérêts dans un autre cherche toujours à mettre le chaos dans un autre comme nous autres les haïtiens auraient pu le faire chez nos voisins qui ne cessent de créer des problèmes chez nous.

Voilà pourquoi, nous ne disposons rien comme information pour pouvoir suivre ces jeunes et leurs actions contre les expulsions et les déportations qu’ils disent et que nous reconnaissons qu’ils subissent présentement en république dominicaine.

Selon ce que j’ai recueilli jusqu’à présent, ce mouvement est un peu marginal mais tout semble indiquer qu’il pourra prendre un essor fulgurant dans les prochains jours et les prochains mois jusqu’à devenir un véritable mouvement révolutionnaire en république dominicaine.

D’ailleurs, plusieurs disent que ce mouvement serait financé par le président Joseph Michel Martelly lui-même qui serait très mécontent  de la façon que les dominicains le traitent dans les différents pourparlers sur le dossier des personnes noires que les autorités dominicaines sont en train d’expulser vers Haïti.

À vrai dire je veux même pas croire à ce revirement de Martelly qui serait devenu nationaliste alors que tout le monde sait que Martelly est un vrai affairiste et qu’il s’intéresse uniquement à ses propres profits.

Cependant, nous devons comprendre et penser que Martelly qui avait choisi de se calmer et de devenir plus un Homme d’État après le choix de Evans Paul comme premier ministre retrouve son naturel qui est d’être ridicule, grossier, pervers et irrespectueux peut se découvrir tortionnaire et criminel par conséquent, il peut nous emmener n’importe où il suffit que cela lui plaise et qu’il se sente heureux. C’est le malheur du pays.

Par conséquent, et si c’est vrai que martelly financerait le mouvement les morenos et les indios dominicains , ce que nous voulons douter avec force, la véritable intention de Martelly de revenir avec l’armée serait née de cette volonté  de placer sur le long de la frontière des militaires armés jusqu’aux dents soit pour contrer les forces armées dominicaines soit peut-être aussi  pour pouvoir venir en aide à ces jeunes dominicains.

Tout le monde sait que ce n’est pas dans la rage et dans la colère qu’un dirigeant doit se décider car il n’a pas de distance par rapport à ses propres décisions.

Pour ceux qui connaissent très bien martelly, un accident de l’histoire politique de Haïti mais également ils savent qu’il est incapable de penser par lui-même et pour lui-même mais pourtant, un vrai bouffon et un vrai comique qui joue magistralement bien son rôle d’amuseur public.

Par conséquent, ce n’est vraiment pas le moment pour Haïti de s’embarquer dans une logique de militarisation et donc pour créer sa nouvelle force armée. Évidemment le président martelly semble vouloir remettre sur pied son armée d’Haïti lorsqu’il a dit lors de sa visite électorale à Léogâne que bientôt en Octobre 2015 prochain il va lancer le recrutement des jeunes qui vont faire partie de cette armée.

Nous devons nous questionner sur les véritables intentions de martelly à vouloir reconstituer cette armée maintenant juste avant de laisser le pouvoir ou plutôt, juste au monment qu,il ne voudra plus laisser le pouvoir étant qu’il mène présentement tambour battant une grosse campagne partout dans le pays.

Est-ce pour supporter sa nouvelle campagne militaire dans l’Est contre ses amis dominicains ou pour appuyer les jeunes révoltés dominicains ou encore pour s’assurer de garder définitivement le pouvoir par le fait qu’il ne cédera pas vraiment le pouvoir le 7 février 2016 et en ce sens qu’il n’y aura pas vraiment des élections présidentielles?

Les paris sont donc ouverts en ce qui concerne l’issue définitive des diverses stratégies du régime des martelly et de Évans paul. Personne ne peut plus affirmer avec certitude si oui ou non le régime va céder le pouvoir tel que promis.

Cependant avec cette initiative de remettre sur pied l’armée tout semble indiquer un stratagème de la présidence haïtienne avec les dominicains pour créer une fausse crise militaire qui permettrait à martelly de garder le pouvoir en attendant la fin de la crise militaire.

Là encore de quelle crise qu’il s’agira lorsque nous pouvons clairement comprendre que ce sont les deux régimes qui l’auront créé et mise en scène.

Ainsi, cette stratégie et cette manipulation donnerait comme résultat deux situations: une première qui donnerait une certaine interprétation de la part des dominicains comme de la provocation et des menaces d’agressions de la part du régime de port-au-prince et une deuxième, celui de faire croire aux dominicains que le régime est en train de supporter la révolte à l’intérieur de la république dominicaine ce, si c’est vrai que des industriels et des commerçants haïtiens en république dominicaine sont véritablement en train de financer les jeunes morenos et les jeunes indios à l’intérieur de la république dominicaine.

De toute évidence, nous devons admettre que Haïti ne peut pas et ne doit pas présentement envisager de remettre sur pied son armée parce qu’il n’y a pas d’argent dans le pays pour financer cette grosse institution que l’on savait grugeait et absorbait plus de 60% du budget de l’État de Haïti.

D’un côté, le pays ne peut pas se permettre d’avoir une force armée de cinq à cinquante milles hommes et femmes parce que il n’y a pas l’argent nécessaire pour financer de telles dépenses;

Deuxièmement, dans le cadre du conflit diplomatique et administratif qu’il y a présentement entre Haïti et la république dominicaine cela serait mal vu et mal interprété par les puissances de la région qui verrait la mise en place d’un potentiel conflit armé pour toute la région caribéenne et latino-américaine;

troisièmement , en créant une nouvelle armée dans le pays, le Président Martelly  pencherai pour la réduction substantielle des effectifs de la police nationale de Haïti PNH ce qui aboutirait à la fâcheuse conclusion qu’il révoquera plusieurs policiers qui sont en train de faire carrière actuellement et par conséquent il pourrait créer toutes les conditions pour que ces anciens policiers se transforment en groupes de guérillas contre l’équipe de Martelly et plus particulièrement les bourgeois dans le pays.

Selon les nouvelles locales qui semblent nous parvenir concernant les personnes qui sont menacées par les dominicains et qui se réclament les Morenos et les Indios, plusieurs de ces jeunes décident de s’organiser à l’intérieur même de la République Dominicaine en vue de réclamer et de défendre leurs droits de sol à la naissance dans ce pays.

Il s’agit pour ces jeunes morenos et Indios de la Republique dominicaine le véritable moyen d’empêcher les abus et les violences qu’ils sont victimes par l’élite blanche et suprémaciste des autorités dominicaines.

Leur démarche semble répondre à une nécessité de lutter contre leurs expulsions vers Haïti, pays qu’ils disent ne pas connaître et n’avoir jamais visité depuis leur naissance.

Selon plusieurs d’entre eux, cette initiative serait encouragée par quelques industriels haïtiens, quelques commerçants haïtiens ainsi que d’autres personnes riches de santo domingo.

Et la manière qu’ils semblent s’organiser est de former des comités de cinq personnes afin de ne pas se faire identifier ou reconnaitre par des miliciens de l’armée dominicaine et, chaque membre d’un comité peut créer à son tour plusieurs autres comités de cinq membres.

Cependant, chaque comité décide lui-même quelle action mener à l’intérieur de la république dominicaine de façon indépendante les uns par rapport à l’autre.

Jusqu’à présent nous n’entendons parler d’aucune action menée par ces cellules de lutte par les morenos et les indios dominicains à l’intérieur de la république dominicaine.

Toutefois, il se pourrait que très bientôt, nous entendrons parler de ces groupes qui veulent mener des luttes et des combats à l’intérieur même de la république dominicaine en vue de défendre leurs droits qui sont bafoués et violés à l’intérieur de leur pays République Dominicaine.

Évidemment, en tant qu’analyste, nous savons que de tels mouvements d’insurection à l’intérieur de saint Domingue pourrait se déboucher sur la lutte armée avec des guérillas de Morenos et des Indios dominicains qui pourront s’attaquer aux divers intérêts de ce pays et peut-être même provoquer une certaine guerre civile à l’intérieur de la république dominicaine.

Je n’encourage aucun haïtien à aller s’impliquer dans ces luttes armées contre le racisme dominicain, ni les anciens militaires haïtiens, ni les anciens policiers ni les bandits et les jeunes qui veulent aller mettre le chaos à saint Domingue pour ne pas envenimer davantage les relations entre les deux pays dont les autorités dominicaines et haïtiennes refusent de régler en urgence le conflit qui existe actuellement.

Il est vrai que les jeunes du Movimiento de los Morenos y de los Indios dominicanos est un mouvement qui agit pour qui semble vouloir agir à l’intérieur de la république dominicaine néanmoins, l’État d’Haïti et les groupes de la société civile haïtienne doivent être beaucoup plus vigilants encore afin de mieux identifier ces jeunes révolutionnaires dominicains qui décident de faire respecter leurs droits à l’intérieur de la république dominicaine.

En fait, ce que les haïtiens doivent savoir et reconnaître c’est que tout mouvement à l’intérieur de la république dominicaine peut avoir des impacts sur Haïti et qu’il faut surveiller les différents points de passage au niveau de la frontière qui sépare les deux pays.

à suivre…

Hermann Cebert

Publicités

This gallery contains 0 photos

Grande marche des haïtiens de montréal : Lettre ouverte aux Haïtiens du monde


16/07/2015

j.e Pierre

 

 

 

 

 

 

 

Par Jean Ernest Pierre

Chers compatriotes

 Il y a cent ans depuis qu’il  existe une diaspora haïtienne à travers le monde.  Cette aventure a débuté avec l’occupation américaine en 1915.  C’est en effet à partir de cette année là qu’on retrouve les premiers Haïtiens dans les champs de canne à sucre en République Dominicaine et à Cuba. Cette émigration haïtienne va prendre de l’ampleur sous la dictature des Duvalier avec l’exil forcé des cerveaux du pays vers l’Amérique du Nord,  l’Afrique et  l’Europe.  

 Cette diaspora qui s’est toujours donnée pour devoir de supporter la famille restée en Haïti,  a représenté et représente encore la classe moyenne du pays, le bailleur de fonds le plus fidèle et le plus sûr d’Haïti. En effet, cette année encore le Fond Monétaire International vient de confirmer que la diaspora haïtienne a transféré au pays plus de deux milliards de dollars US.

 Toutefois  cette situation présente un inconvénient majeur: toute classe moyenne qu’elle est, la diaspora ne peut pas être en même temps en amont et en aval; elle n’a donc pas le pouvoir de retenir en Haïti les devises qu’elle y transfert. C’est qu’entre temps, Haïti  qui est devenu un pays essentiellement consommateur, ne produit plus pour satisfaire les besoins primaires de sa population.  Ainsi tout le fond que le pays  reçoit ne fait qu’y transiter pour se  retrouver dans l’économie de la République Dominicaine, de la Floride, du Panama etc.  

 Aussi la diaspora doit se poser la question: et si cette aide inconditionnelle à Haïti n’était pas la meilleure façon d’aider son pays? En effet aussi vrai qu’Haïti ne semble plus pouvoir se passer de  l’aide bilatérale internationale arrivée au tournant des années cinquante à la faveur du cyclone Hazel (avant 1954 Haïti était totalement autosuffisant), l’aide humanitaire de la diaspora semble  scléroser les plus jeunes et tels des quadraplégiques, les condamner à la dépendance la plus totale et à cette oisiveté, mère de tous les vices et de toutes les exactions. 

 Ainsi, de même que nous devons exiger que l’aide bilatérale soit repensée pour Haïti, de même, après avoir reconnu notre échec  à garder  la même façon d’aider le pays pendant si longtemps,  ne devrions nous pas aujourd’hui penser à changer de paradigme?

 N’est-ce pas le moment propice pour nous d’investir dans notre pays et faire en sorte que ses filles et fils en quête d’emploi, ne soient plus obligés d’aller subir l’humiliation en terre  étrangère?

 C’est donc un double rôle qui sera désormais dévolu aux Haïtiens de la diaspora: aider la famille à subvenir à ses besoins primaires et créer des emplois dans le pays. Pour jouer comme il se doit ce second  rôle,  nous devrons désormais apprendre à mimer  les investisseurs étrangers qui font flèche de tout bois.  Mais nous devons surtout arrêter d’exiger la réalisation de conditions maximales (sécurité et infrastructures) avant d’investir dans notre pays, surtout que les étrangers qui le font se disent que les fonds les plus risqués présentent un plus grand retour sur l’investissement.  Et, c’est la même recette en Haïti,  comme partout ailleurs.

 Aussi, pour passer de la parole aux actes, un groupe de nouveaux investisseurs Haïtiens s’est réuni le samedi 20 juin 2015 au local de la Radio CPAM, 3390 Crémazie Est, Montréal, Québec, Canada. Ils ont décidé ce qui suit:

 1. De réaliser  une marche en blanc dans toute la diaspora et en Haïti en solidarité avec les haïtiens victimes de mauvais traitements en dehors de leur pays, et ce, en collaboration avec toutes les organisations de la société civile qui se retrouvent dans un tel geste;

 2. D’entamer dès le lendemain  les démarches pour jeter les bases de son investissement dans les domaines de l’agriculture et autres avec des ambitions modestes au début.

 3. D’encourager les Haïtiens du monde entier  à suivre ce bel exemple d’entrepreneurship empreint de solidarité pour définitivement marquer la présence de la diaspora dans les questions économiques d’Haïti. 

 Par ce geste, nous n’avons pas la prétention de résoudre tous les problèmes du pays, mais disons que ce sera une sérieuse option sur des changements impérieux qu’on doit apporter dans la relation entre les Haïtiens du dedans et ceux du dehors. Pour une fois, on pourra parler d’une relation gagnant gagnant.

 Montréal, ce 30 juin 2015

 Pour le comité :

Me Jean Ernest Pierre

Avocat

Président directeur de CPAM

Contact direct : (514) 206-2726

par jnnuma

This gallery contains 0 photos

Appel à la Solidarité entre les Haïtiens: Création d’entreprises de capitalisation, de financement et d’investissement par la diaspora?


Le peuple haïtien s’est toujours montré solidaire au cours de son histoire et chaque famille haïtienne développe cette culture de solidarité à travers les problèmes quotidiens qu’elle résout ou qu’elle aide une autre famille à résoudre.

Au cours de notre histoire de peuple, nous savons nous montrer solidaires de nos semblables et ce fut le cas avec le peuple américain lorsque nos ancêtres avaient pris part à la guerre de l’indépendance plus partisulièrement à savannah.

Il en est de même pour le peuple vénézuélien lorsque nous leur avions apporté notre aide et assistance par l’entremise de Alexandre Pétion à Simon Bolivard. Et plus près de nous, on peut se rappeler de l’aide de françois duvalier au peuple de biafra dont une aide de un million de dollars.

Devant la situation actuelle où plusieurs de nos frères et soeurs sont menacés d’être massacrés par le peuple dominicain pour la seule raison qu’ils sont des noirs, nous devons nous montrer une fois de plus solidaires ave nos frères en leur apportant réconfort, aides et assistances.

Ce qui se passe présentement en République Dominicaine c’est un véritable nettoyage ethnique et racial que font les dominicains cependant, malgré toute cette haine raciale que nous témoigne le peuple de la république dominicaine, nous devons choisir d’utiliser cette humiliation comme une force agissante.

Non seulement pour résoudre le problème de nos frères expulsés par les dominicains de leurs territoires mais également, pour nous affirmer en vue de mettre définitivement un terme à toutes nos humiliations à travers le monde.

Par ailleurs, nous devons faire preuve d’une plus grande intelligence afin de bien orienter et bien canaliser cette aide pour qu’elle ne serve pas à renforcer ce que nous semblons combattre, celui du racisme des dominicains contre nos frères.

Voilà pourquoi, malgré toutes les urgences de l’actualité des expulsions de nos frères dominicains d’origine haïtienne nous ne devons, ni nous précipiter, ni non plus, oublier de participer à la vie active politique, économique et sociale du pays puisque, c’est peut-être également le but poursuivi par ces crises, celui de nous détourner de notre vie politique et sociale.

À ce titre. je veux croire que les groupes de l’opposition doivent, tout en apportant de façon concertée leurs collaboration et leurs implications au gouvernement en place, maintenir les pressions sur le régime en place qui n’a pas su bien gérer ce dossier et cette crise.

Le moindre relâchement pourrait nous être fatale à tous compte tenu que c’est ce régime duvaliériste et bourgeois qui avait mal négocié et mal défendu les intérêts du pays et de nos frères dominicains d’origine haïtienne.

Le président Joseph Michel Martelly s’était fait corrompre par le Sénateur dominicain Felix Bautista, Evans Paul a toujours été aux soldes des gouvernements dominicains et que ces entreprises de commerces d’art avaient toujours été des paravents, des prétextes et des prêtes-noms pour masquer ses transactions avec les dominicains, voilà pourquoi nous devons garder les yeux bien ouverts sur tous les membres de ce régime au pouvoir en Haïti.

Comment donc nous devons organiser notre solidarité avec notre pays?

Il est vrai que présentement tout le monde s’affole pour dire qu’on veut aider et que l’on veut être solidaire avec les noirs et les dominicains noirs qui sont expulsés de la république dominicaine à cause du régime raciste et de xénophobe des dominicains et de la république dominicaine, pourtant très peu proposent de solutions définitives et alternatives au sous-développement du pays.

C’est dans ce contexte et compte tenu de ce manque, que je vais tenter d’offrir certaines propositions que n’importe qui pourrait utiliser si c’est pour les réaliser au profit de la patrie commune et de nos frères de l’intérieur du pays.

Ma première proposition et plusieurs autres seront des rappels pour certain d’entre mes lecteurs étant donné que je les ai déjà mentionné dans d’autres articles publiés sur ce site néanmoins je tiens quant bien même à les rappeler question de rafraichir la mémoire de ceux qui iront pas relire ces anciens articles.

Avant tout, nous les haïtiens qui vivons à l’étranger, avons besoin d’une grande organisation capable de défendre tous les intérêts des haïtiens dans le monde et au niveau local dans tous les pays que nous vivons c’est cette organisation que j’appelle le Congrès International des Haïtiens CIH.

Avec une telle organisation, dont la portée est internationale, il est sûr que les haïtiens et Haïti se feront entendre partout dans le monde. Il y aura des embranchements partout dans le monde et elle aura de plus grandes capacités d’actions sur les gouvernements étranger et également au niveau interne de Haïti.

Ma deuxième proposition c’est la création et la constitution d’entreprises haïtiennes de capitalisation c’est-à-dire, des entreprises qui pourront collecter des placements de chaque haïtien qui voudrait que son placement se dirige vers des entreprises haïtiennes à la fois dans les communautés où vivent les haïtiens, et disponibles pour les entrepreneurs haïtiens qui cherchent des prêts pour partir leurs entreprises dans ces communautés et, un fonds qui vise à financer les entreprises haïtiennes ou toutes les autres entreprises qui veulent s’ouvrir en Haïti.

Avec ce volet de capitalisation, c’est tout le pays qui profitera d’un instrument financier capable de rendre le pays compétitif avec les autres pays.

à suivre …

Hermann Cebert

This gallery contains 0 photos


La fin de l’hégémonie de l’occident


Le philosophe éveillé

Je suis
Invisible
parmi vous

Nous sommes d’ici et d’ailleurs et nous vivons ici et maintenant

Nous nous débarquons comme vous le faisiez hier chez nous

Certains arrivent avec le Coran, d’autres avec la Tora

Il y en a aussi avec leur Lwa et leur Asson

N’ayez pas peur nous sommes ici en Amis

Nous ne sommes pas des ennemis

Nous vous apportons l’exotisme

D’autres manières de penser

D’autres croyances du monde

Hier vous nous apportiez la bible

La croix et les principes de liberté

Aujourd’hui vous vous baignez

Dans les rituels indous et chinois

Où sont passés le rationalisme et la logique

À force de rejeter vos croyances

Et vos superstitions naturelles

Vous êtes devenus errants et déboussolés

Vous n’avez plus ni dieux ni vision

Vous vous renfermez sur vous-même

L’occident s’autodétruit et se mettant à genoux

L’astrologie anime et guide vos décisions

Chaque matin vous vous répétez des mantras

Le soir arrive vous vous foirez dans la téléréalité

Moines tibétains et maîtres indous dans vos salons

Vous n’avez plus rien pour nous faire rêver

Vous vous réclamez autochtones et aborigènes

Des termes qu’autrefois pour nous traiter de barbares

Vous nous fermez toutes les portes chez vous

Pourtant certain d’entre nous sont bien d’ici

Deux logiques, deux visions ne signifie pas irrationnel

Mélanger croyances et science n’est pas illogique

Communiste, autoritarisme et capitalisme

Semblent bien s’harmoniser et de ce fait dominent

Vos règles du jeu vous reviennent en pleine face

Nous sommes d’ici et d’ailleurs, nous ne sommes pas vos ennemis

Nous n’avons que la Bible, le Coran, la Torah et les Assons

Nous vous apportons la vraie et la seule civilisation

Des humains doivent s’entendre, un bout de terre à chacun

Un verre d’eau et un morceau de pain il y en a toujours pour tous

Nous sommes d’ici et d’ailleurs, nous ne sommes pas vos ennemis

L’égalité et la dignité sont bien des principes universels

C’était la règle, bien que passés, dépassés et mal circonscrits

Aujourd’hui même la démocratie est dévoilée

Catholicisme et protestantisme sont pervertis depuis toujours

Ni Maître ni esclaves telle fut la règle du grand respect mutuel

Quoique maquillée sous les soutanes de l’universalisme

Le  voile islamique me paraît plus un masque qu’un envahissement

Ni minaret ni voile mais surtout pas d’emplois et d’intégration

Langue locale ou culture locale la mondialisation en a déjà tout avalé

L’esthétisme actuel est beaucoup plus un fourre-tout

Choquer, provoquer, exagérer pour témoigner le beau

L’art pour l’art est devenu médiocrité

Sensationnalisme et voyeurisme se jouent en spectacle

L’acteur devient le comédien qui lui est le réalisateur

Banquiers financiers syndicalistes et hommes d’affaires

Se partagent la cagnotte et les subprime, l’État arrive pour tout payer

Altermondialistes, indignés de Madrid et de wall-street, occupy wall-street

Les premiers disparaissent les autres arrivent et d’autres encore arriveront

Que peuvent-ils vraiment changer, demain ils se tairont comme à l’habitude

Pour l’instant comprenez ce qui va suivre, car il s’agit d’un tout compacté:

Baby-boomers, générations X, génération Y et pourquoi pas un apostrophe

Pour désigner la génération ni religion, ni idéologie,

Ni consommation et ni travail

Fontaine de jouvence, cocaïne, lsd, extasie,

Dessins animés, Nintendo, wii, blue ray

Survalorisation, sous valorisation, préjugés, ghetto, renferment identité

Prostitution, pédophilie, zoophilie, religion, consommation athéisme

Piller l’Afrique et  laisser périr les Amériques, s’endetter auprès de la Chine

Haïr et comploter contre le président mulâtre de la grande puissance,

Placer le pétrole sous le contrôle d’un Monarque arabe égoïste

Tuer  Saddam et Kadhafi, dégager Ben Ali, exiler Hosni Moubarak à l’intérieur

Changer Poutine par Medvedev et négocier avec Ali Saleh,

bombarder l’Iran et la Syrie, l’Afghanistan et l’Irak ce n’est pas assez

Les anarchistes font de la casse, les squatters occupent la place,

Dégager les hôpitaux des malades mentaux, laisser mourir les vieux

Abuser les enfants, étouffer les identités et renoncer à la

production

Opter pour la police de proximité, assassiner les innocents

Vous appelez tout cela de la civilisation,

Maintenant,  je peux comprendre l’art actuel

L’occident semble annoncer la fin de son hégémonie

Je veux pourtant croire et rêver, m’intégrer et m’adapter

Je suis déjà plus chinois et hindou que vous l’êtes plus encore

On vient au canada, on visite le Québec, et l’on vit en Ontario

Et puis, si Angela Meckel réalisait le vieux rêve du Führer…

Hermann Cebert


La Lumière parmi vous


Le philosophe éveillé

Je suis
Invisible
parmi vous

Je suis lumière

Je suis en vous

Je suis parmi vous

Je vous enveloppe

Je suis pour vous

Je suis la lumière Noire

Je suis la lumière Blanche

Je suis la lumière Rouge

Je suis la lumière Bleue

Je suis la lumière Verte

Je suis la lumière Jaune

Je suis la lumière Orange

Je suis la lumière violette

Je suis lumière

Je suis en vous

Je suis parmi vous

Je vous enveloppe

je suis pour Vous

Je suis toujours

Je suis visible

Je suis invisible

Je suis présent

Je suis passé

Je suis futur

Je suis temps

Je suis éternité

Hermann Cebert

Comment Comprendre le racisme du Système Américain: La perception de Racisme et la Brutalité Policière Aux Etats-Unis


Le philosophe éveillé
expérience de la solitude

Lorsque les Noirs sont arrivés aux États-Unis, c’était comme esclaves et cet esclavage a son histoire tout en laissant également ses traces et ses cicatrices tant sur les uns que sur les autres.

Malgré la suppression tardive de l’esclavage aux États-Unis, les mentalités et les comportements n’ont pas pour autant été changés puisque cette suppression a plutôt été des compromis de la classe politique américaine, les tenants et les partisans de ce régime inhumain construit à partir de l’idéologie de la supériorité de la race blanche ou caucasienne.

Avec la crise qui secoue présentement ce pays, cette super puissance, plusieurs sont ceux qui croient et qui traitent du coup les actes de brutalités policières comme étant du racisme avant même de les considérer pour ce qu’ils sont, de la brutalité policière.

Pourquoi la quasi totalité des gens qui analysent cette crise optent pour des interprétations de la brutalité policière, puisqu’il faut bien l’appeler par son nom, du racisme?

Pour bien comprendre cette erreur de jugement de plus, il faut se référer à l’histoire même de ce pays, plus particulièrement l’esclavage qui l’a si profondément marqué dont je mentionne ici les traces et les cicatrices.

Le philosophe éveillé

De même, il faut se référer à ce que l’on enseigne aux policiers sur le plan psychologique ainsi que les techniques d’intervention qu’on enseigne, dont les demandes de support et de soutien. Les policiers reçoivent des formations en groupe et non de façon individuelle. Ils constituent des cohortes et des promotions, ce qui signifie, il se développe entre eux une fraternité ou une camaraderie qui leur donne des habitudes de faire ensemble qui va constituer leur identité de policier.

Autrement, l’identité des policiers ou tout simplement, l’identité des policiers a servi, grâce aux différents rituels ( tels que baptême de feu, changement de vie civile a la vie policière) qui accompagnent à la fois la formation du policier que ses différences avec le reste de la population.

De-là à dire qu’une fois devenu policier, l’individu qui pouvait avoir été très pacifique peut facilement devenir très violent. Plus encore, il se considère comme une classe d’individus à part qui est différent des autres citoyens de la société. Or, ce changement de statut a des impacts directs sur le comportement et les attitudes de celui qui est devenu policier en ce sens qu’il y en a parmi eux et presque tous qui vont développer des distances vis-à-vis des autres citoyens parce que considérés comme des civils.

En ce qui concerne les techniques d’intervention, il y a de grandes malaises ressenties par les populations civiles puisque les policiers ont appris deux choses importantes dans leur formation, il s’agit de l’usage des armes a feu et les demandes de support ou en anglais du back-up.

Néanmoins, il faut savoir également que le policier qui intervient auprès d’un individu en crise ou sur le cas d’un criminel présumé innocent ou non le fait avec le pouvoir d’arrestation ainsi que le pouvoir de vie et de mort sur l’individu en question. Des lors qu’il dispose de ce pouvoir, il va l’exercer dans un premier temps pour se protéger car selon qu’on lui a enseigne, il a d’abord pour mission de se protéger et se faisant, il considère son sujet comme celui qui peut ou vouloir attenter a sa propre vie.

Le philosophe éveillé

Or, c’est la aussi que son jugement va être faussé en le mettant beaucoup plus sur la défensive que sur un mode de résolution du problème pour lequel il a été appelé d’intervenir. À noter entre autre que la formation du policier en ce qui concerne l’usage de son arme à feu a été faite dans l’intention de tuer et non dans le but de maîtriser parce que sa formation qui consiste à l’apprendre à tirer implique qu’il sache tirer en visant la tête ou le cœur, deux endroits du corps humain qui peut lui enlever la vie.

De même, et dans les cas ou le policier rencontre des obstacles dont des résistances de la part du sujet, d’un cote parce que le sujet n’obéit pas, l’agent va croire qu’il est danger. Et, si la situation ne se dégrade pas trop rapidement, en tant le premier agent qui intervient et s’il a la lucidité nécessaire, il va appeler le service central de lui envoyer d’autres agents de renfort et de support d’une part pour mieux se protéger et d’autre part, pour maîtriser le dangereux, selon sa perception alors même que ce sujet en question peut ne pas l’être véritablement.  Lorsque les autres agents de renfort vont arriver, leurs premiers objectifs seront de protéger leur confrère, leur frère d’âme comme ils aiment le dire, avec l’idée que le sujet en question est un ennemi commun.

C’est la que rentre en ligne de compte la brutalité policière du fait même que les policiers s’impliqueront dans l’intervention avec pour objectif de défendre leur confrère en péril et que le sujet est déjà considéré comme l’ennemi du policier quand bien même qu’il n’a offert que de la résistance au premier policier intervenant. Avec donc deux, trois, quatre ou plus de policier en renfort, les policiers sont vraiment en position de force et puisqu’il est considéré comme violent et ennemi du premier intervenant, il y a lieu d’aboutir a un déploiement de forces plus que nécessaire.

Voila en quelque sorte les causes fondamentales de la brutalité policière, une force excessive et supérieure par rapport a la résistance rencontrée alors que dans une situation normale, un policier ou un groupe de policiers qui intervient sur n’importe quel dossier impliquant des citoyens doit se faire avec une force plus une, une force légèrement supérieure par rapport a la force de résistance déployée par le sujet en question.

Malheureusement, a cause de ces habitudes et de cette identité que partagent les policiers entre eux, on aboutit a la brutalité policière. Une telle brutalité se fera contre des manifestants qui protestent dans les rues et ce contre n’importe qui et dans n’importe quel pays donc dans tous les pays du monde.

Néanmoins, il faudra reconnaitre tout aussi que dans les pays occidentaux par exemple, la ou il y a des groupes ethniques qui vivent aux cotes des blancs qui sont originaires de ces pays, il y a des histoires de racisme et de supériorité raciale qui maintiennent des préjugés plaçant les groupes ethniques dans des situations de précarités.

Le philosophe éveillé

Pour ce qui concerne les préjugés, celles-ci sont intégrés dans les systèmes de représentation sociales et culturelles ou les blancs, en nombre restreint peut-être mais significatif, considèrent les groupes ethniques, avoué ou non, comme étant fondamentalement violents. Or, cette façon de voir l’autre comme diffèrent alors qu’elle est plutôt la partie obscure de soi, les groupes ethniques, a des conséquences profondes et négatives dans les rapports entre les policiers et ces groupes ethniques.

Cela etant, il conviendra d’admettre que plusieurs cas de brutalites policiere dans les pays occidentaux seront considerees comme etant des cas de racisme lorsque des policiers blancs auraient utiliser leurs forces excessives sur les groupes ethniques tandis qu’il y a lieu de considérer ces situations de pures brutalités policières. Plus évident encore, lorsque la justice se prononce pour déterminer les responsabilités des uns et des autres, cette justice en tant que principal centre nerveux ou les préjugés peuvent se cristalliser, où les injustices deviennent fréquentes jusqu’à exaspérer les citoyens confondant ainsi les actes de brutalités avec le racisme qui se développe dans les foyers des systèmes de justice.

Compte tenu de ma présentation, il faudra reconnaître que les services de police de tous les pays du monde et de toutes les villes du monde commettent tous des brutalités policières parce que la formation du policier lui a appris à tuer; lui a fait savoir et comprendre qu’il est différent des individus civils, ceux qui n’ont pas suivi comme lui la formation policière et militaire; que les forces de renfort et de support qu’il reçoit par ses frères d’âme vise à le protéger tout en considérant que l’individu-sujet est perçu comme leur ennemi; que toute résistance à une intervention policière est considérée comme mettant en danger la vie des policiers qui interviennent incluant les forces de renfort; que les policiers ont tendance voire des habitudes a utiliser plus de forces que nécessaires; que le passé colonial et l’esclave à cause des perceptions, des représentations sociales et culturelles qu’ils incarnent et construisent dans la réalité quotidienne des gens ont tendance à créer des perceptions fausses telles des confusions entre ce qui est du domaine de la brutalité policière que du racisme en tant que tel.

De ce fait, contrairement a ce que la majorité des journalistes, des analystes et des politiciens relèvent comme du racisme dans plusieurs cas actuels impliquant des policiers blancs dans la mort de plusieurs noirs aux États-Unis me paraissent davantage de la brutalité policière que du racisme. Par contre, puisque ce sont les systèmes de justice qui rendent justice et dans presque tous les cas, il devient plus évident qu’il y a un système de justice qui perpétue un racisme systémique, a cause de sa composition majoritairement de blancs.

De la à dire qu’il y a lieu de considerer le systeme judiciaire americain et de presque tous les autres systemes de justice des autres pays occidentaux comme systematiquement raciste et non les services de polices. Il s’agit d’une confusion qui se repand au sein de plusieurs communautés confondant pour ainsi ce qui est du domaine de la brutalité policière avec du racisme.

Le philosophe éveillé

En vue de contrer ces perceptions fausses et les confusions qui se rattachent a la brutalité policière et au racisme qui a à lui seul, charrié au cours de l’histoire des cicatrices, des traces, des mentalités et des comportements qu’on a tendance à considérer comme étant incrustés à tous les niveaux et au sein de toutes les institutions des pays occidentaux plus particulièrement aux États-Unis et en France.

Afin de corriger ces situations, j’entrevois déjà des pacifistes qui suggérons l’introduction des civils formés en sociologie, en travail social, en science politique au sein des forces polices voire également la sous-traitance des services de polices aux agences de sécurité afin de modérer les interventions policières et changer les modèles de formation des policiers.

Je veux croire également que les prochains policiers qui sortiront gradués des écoles de police seront surtout ceux qui auront tous échoués leur cours de tirs parce qu’ils auront appris a bien tirer parce qu’ils avaient tous touché leurs cibles à la jambe et non à la tète ou au cœur comme cela se fait présentement dans les école policières partout dans le monde.

De même, je veux croire que les meilleurs policiers gradués seront ceux qui interviendront pour résoudre les problèmes pour lesquels ils auront été appelés et non comme des gens en danger parce qu’ils auront rencontré des résistances et qu’ils recevront des collègues quand ils voudront de l’aide parce que leurs approches ne leur auront pas été efficaces pour résoudre les problèmes pour lesquels ils avaient été dépêchés.

Ce qui se passe aux États-Unis présentement  est à la fois de la brutalité policière en ce qui concerne les

Le philosophe éveillé

morts qui sont enregistrés et il est du racisme seulement en ce qui concerne les délibérations de non culpabilités des policiers que tout montre qui sont coupables parce que utilisant des forces excessives dans leurs interventions. Pour le reste, si les noirs américains et les intellectuels noirs américains dont les leaders communautaires noirs utilisent et considèrent les derniers évènements de Ferguson, de Cleveland et de New-York comme des cas de racistes, d’ailleurs on peut remarquer que beaucoup de jeunes blancs s’impliquent dans ces manifestations de protestation, ils risquent de rater leur seule occasion de rendre les différents systèmes qui constituent le système américain un système totalement inclusif sans de grandes barrières pour eux et toutes les groupes non blancs qui vivent aux États-Unis.

Par ailleurs, d’un tout autre ordre d’idées, lorsque j’avais mentionné que ce qui se passe présentement actuellement aux États-Unis constitue un moment d’un vaste mouvement de Révolution Essentielle, ce que j’ai en tête c’est de me demander comment les leaders noirs américains pourraient exploiter ce mouvement et cette crise pour faire d’autres bonds en avant sur le plan social, sur le plan économique et principalement sur le plan politique.

Les noirs ont pu constater que l’arrivée de Barak Obama à la tête des États-Unis n’a pas opéré tous les changements escomptés par rapport aux promesses et aux espérances que ce dernier inspiraient aux diverses communautés noires dans le monde.

Malheureusement, et c’est le rôle et l’importance du temps dans l’histoire des luttes de libérations des peuples, ce rôle c’est de créer des précédents par des tentatives d’émergences de leaders révolutionnaires de grands caractères.

Dans le texte sur le rôle du temps, j’ai posé les bases d’une compréhension sur l’avènement des faux leaders, les traites et les réformistes qui passent souvent pour des révolutionnaires alors que parce qu’ils profitent et bénéficient des avantages personnels du système qu’ils prétendent combattent.

Sur ce point, les noirs américains doivent comprendre que l’actuel Président américain ne rentrera pas dans l’histoire comme un révolutionnaire mais seulement comme le premier mulâtre a avoir été président des États-Unis dixit. Pour le reste, lorsque l’on considère le nombre d’espaces où des noirs américains n’occupent pas encore, on peut se dire que tout reste encore à faire dans ce pays qui prétend être un exemple de démocratie. Comme je me le dis toujours, lorsque vous voyez sur un terrain de basket-ball autant de noirs alors que la communauté noire américaine ne représente que moins de 25% de la population américaine, il y a de véritables problèmes de catégorisation et d’affectation qui s’opposent fondamentalement à la nature même de tout idéal démocratique.

a suivre…. Hermann Cebert

This gallery contains 0 photos

Ce que votre silence fait: vidéo violence de la république dominicaine sur les noirs crimes vol viol militaire dominicain sur les noirs


autorités de la République dominicaine confrontés les droits humains en expulsant de force Haïtiens nacinalesUff… Increible video, Tienes que verlo.!! autorités de la République dominicaine confrontés les droits humains en expulsant de force Haïtiens nacinales
Meanwhile this is what's going on somewhere in the Dominican Republic. .......please do not like this video. ...just Share it and pass it along. ......  JCVAVAL
 https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=AXQ3O1pj8Eo

  1. Extrait « Haïti – Saint-Domingue, le pont sur la rivière …

  2. 12 août 2013 – Ajouté par Jimmy Leipold
  3. Extrait de « HaïtiSaint-Domingue, le pont sur la rivière Massacre » (2002) – France 5 / CNDP – réalisé par …
  4. « Haïti – Saint-Domingue, le pont sur la rivière Massacre …

  5. 5 déc. 2013 – Ajouté par Jimmy Leipold
  6. « HaïtiSaint-Domingue, le pont sur la rivière Massacre » (2002) – France 5 / CNDP – réalisé par Jimmy Leipold …
  1. Haïti – Saint Domingue : le pont sur la rivière Massacre

  2. contact Jimmy Leipold réalisateur. HaïtiSaint Domingue, le pont sur la rivière massacre (série Frontières) –
  3. FOCALE (VWALYE)—FOIRE HAITI-ST DOMINGUE – YouTube

  4. 13 juin 2013 – Ajouté par RADIO TELE SUPERSTAR HAITI
  5. NEWS HAITI – NOUVELLES HAITI. … RADIO TELE SUPERSTAR HAITI … Gade sa yap fe Haitien yo …
  6. Ala mize ayisyen nan saint Domingue – YouTube

    26 nov. 2013 – Ajouté par ericson laguerre

    Ala mize ayisyen nan saint Domingue …. Gade sa yap fe Haitien yo pase nan St Domingue mezanmi …

  7. TCH « Sann kap koule » pwoblem ayisyen nan sendomeng …

  8. 14 déc. 2013 – Ajouté par Romeo JEAN ARNOUX
  9. TCH « Sann kap koule » pwoblem ayisyen nan sendomeng Haiti vs StDomingue. Romeo JEAN ARNOUX …
  1. Un compatriote haitien pendu en République Dominicaine …

  2. 12 févr. 2015 – Ajouté par lucky beliard
  3. Un haitien, ce mercredi matin, a été retrouvé avec des marques de coups … Gade koman SAINT DOMINGUE ap …
  4. Gade sa yap fe Haitien yo pase nan St Domingue mezanmi …

    9 déc. 2013 – Ajouté par Kompa Music

    Haitian being miss treated in the Dominican Republic.

 

This gallery contains 0 photos