la nouvelle armée de Joseph Michel Martelly et Le mouvement des Morenos et des Indios dominicains


Le philosophe éveillé

Je suis
Invisible
parmi vous

L’une des lois universelles de l’univers c’est que tout est en mouvement et qu’il n’y a rien qui soit stationnaire et figé dans un lieu fixe. Il en est de même pour toutes les idées, toutes les organisations, toutes les choses et tous les êtres.

Or le mouvement en tant que tel peut être une sorte d’évolution, une sorte d’adaptation, une sorte de transformation, une sorte de croissance, une sorte de destruction, une sorte de naissance, une sorte d’incarnation et de réincarnation.

Bref, la notion de mouvement s’adapte à la réalité de chaque chose, de chaque être, de chaque organisation et de chaque institution et tout ce qui ne suit pas cette loi du mouvement n’existe pas, est lui-même et en lui-même le mouvement même.

C’est à partir de cette réalité que je vais tenter de suivre l’évolution d’un mouvement qui est en train de prendre forme en République Dominicaine actuellement, c’est le mouvement des Morenos et des Indios de jeunes dominicains noirs et mulâtres.

Toutefois, je me demande si les jeunes Morenos et les jeunes Indios dominicains sont assez matures pour entreprendre une telle initiative et quels sont les risques qu’ils courent avec la progression d’un tel mouvement.

Qui les conseille, et qui peuvent véritablement les guider?

Je sais que Haïti n’a pas vraiment un service secret efficace et de contre espionnage qui aurait pu informer le peuple haïtien sur les initiatives de ces jeunes et de bien comprendre l’évolution que pourrait connaître un tel mouvement puisque les dirigeants haïtiens ne se sont jamais préoccupés à comprendre la république dominicaine et les divers mouvements politiques et militaires qui s’organisent dans ce pays.

Certainement, tout pays qui a des intérêts dans un autre cherche toujours à mettre le chaos dans un autre comme nous autres les haïtiens auraient pu le faire chez nos voisins qui ne cessent de créer des problèmes chez nous.

Voilà pourquoi, nous ne disposons rien comme information pour pouvoir suivre ces jeunes et leurs actions contre les expulsions et les déportations qu’ils disent et que nous reconnaissons qu’ils subissent présentement en république dominicaine.

Selon ce que j’ai recueilli jusqu’à présent, ce mouvement est un peu marginal mais tout semble indiquer qu’il pourra prendre un essor fulgurant dans les prochains jours et les prochains mois jusqu’à devenir un véritable mouvement révolutionnaire en république dominicaine.

D’ailleurs, plusieurs disent que ce mouvement serait financé par le président Joseph Michel Martelly lui-même qui serait très mécontent  de la façon que les dominicains le traitent dans les différents pourparlers sur le dossier des personnes noires que les autorités dominicaines sont en train d’expulser vers Haïti.

À vrai dire je veux même pas croire à ce revirement de Martelly qui serait devenu nationaliste alors que tout le monde sait que Martelly est un vrai affairiste et qu’il s’intéresse uniquement à ses propres profits.

Cependant, nous devons comprendre et penser que Martelly qui avait choisi de se calmer et de devenir plus un Homme d’État après le choix de Evans Paul comme premier ministre retrouve son naturel qui est d’être ridicule, grossier, pervers et irrespectueux peut se découvrir tortionnaire et criminel par conséquent, il peut nous emmener n’importe où il suffit que cela lui plaise et qu’il se sente heureux. C’est le malheur du pays.

Par conséquent, et si c’est vrai que martelly financerait le mouvement les morenos et les indios dominicains , ce que nous voulons douter avec force, la véritable intention de Martelly de revenir avec l’armée serait née de cette volonté  de placer sur le long de la frontière des militaires armés jusqu’aux dents soit pour contrer les forces armées dominicaines soit peut-être aussi  pour pouvoir venir en aide à ces jeunes dominicains.

Tout le monde sait que ce n’est pas dans la rage et dans la colère qu’un dirigeant doit se décider car il n’a pas de distance par rapport à ses propres décisions.

Pour ceux qui connaissent très bien martelly, un accident de l’histoire politique de Haïti mais également ils savent qu’il est incapable de penser par lui-même et pour lui-même mais pourtant, un vrai bouffon et un vrai comique qui joue magistralement bien son rôle d’amuseur public.

Par conséquent, ce n’est vraiment pas le moment pour Haïti de s’embarquer dans une logique de militarisation et donc pour créer sa nouvelle force armée. Évidemment le président martelly semble vouloir remettre sur pied son armée d’Haïti lorsqu’il a dit lors de sa visite électorale à Léogâne que bientôt en Octobre 2015 prochain il va lancer le recrutement des jeunes qui vont faire partie de cette armée.

Nous devons nous questionner sur les véritables intentions de martelly à vouloir reconstituer cette armée maintenant juste avant de laisser le pouvoir ou plutôt, juste au monment qu,il ne voudra plus laisser le pouvoir étant qu’il mène présentement tambour battant une grosse campagne partout dans le pays.

Est-ce pour supporter sa nouvelle campagne militaire dans l’Est contre ses amis dominicains ou pour appuyer les jeunes révoltés dominicains ou encore pour s’assurer de garder définitivement le pouvoir par le fait qu’il ne cédera pas vraiment le pouvoir le 7 février 2016 et en ce sens qu’il n’y aura pas vraiment des élections présidentielles?

Les paris sont donc ouverts en ce qui concerne l’issue définitive des diverses stratégies du régime des martelly et de Évans paul. Personne ne peut plus affirmer avec certitude si oui ou non le régime va céder le pouvoir tel que promis.

Cependant avec cette initiative de remettre sur pied l’armée tout semble indiquer un stratagème de la présidence haïtienne avec les dominicains pour créer une fausse crise militaire qui permettrait à martelly de garder le pouvoir en attendant la fin de la crise militaire.

Là encore de quelle crise qu’il s’agira lorsque nous pouvons clairement comprendre que ce sont les deux régimes qui l’auront créé et mise en scène.

Ainsi, cette stratégie et cette manipulation donnerait comme résultat deux situations: une première qui donnerait une certaine interprétation de la part des dominicains comme de la provocation et des menaces d’agressions de la part du régime de port-au-prince et une deuxième, celui de faire croire aux dominicains que le régime est en train de supporter la révolte à l’intérieur de la république dominicaine ce, si c’est vrai que des industriels et des commerçants haïtiens en république dominicaine sont véritablement en train de financer les jeunes morenos et les jeunes indios à l’intérieur de la république dominicaine.

De toute évidence, nous devons admettre que Haïti ne peut pas et ne doit pas présentement envisager de remettre sur pied son armée parce qu’il n’y a pas d’argent dans le pays pour financer cette grosse institution que l’on savait grugeait et absorbait plus de 60% du budget de l’État de Haïti.

D’un côté, le pays ne peut pas se permettre d’avoir une force armée de cinq à cinquante milles hommes et femmes parce que il n’y a pas l’argent nécessaire pour financer de telles dépenses;

Deuxièmement, dans le cadre du conflit diplomatique et administratif qu’il y a présentement entre Haïti et la république dominicaine cela serait mal vu et mal interprété par les puissances de la région qui verrait la mise en place d’un potentiel conflit armé pour toute la région caribéenne et latino-américaine;

troisièmement , en créant une nouvelle armée dans le pays, le Président Martelly  pencherai pour la réduction substantielle des effectifs de la police nationale de Haïti PNH ce qui aboutirait à la fâcheuse conclusion qu’il révoquera plusieurs policiers qui sont en train de faire carrière actuellement et par conséquent il pourrait créer toutes les conditions pour que ces anciens policiers se transforment en groupes de guérillas contre l’équipe de Martelly et plus particulièrement les bourgeois dans le pays.

Selon les nouvelles locales qui semblent nous parvenir concernant les personnes qui sont menacées par les dominicains et qui se réclament les Morenos et les Indios, plusieurs de ces jeunes décident de s’organiser à l’intérieur même de la République Dominicaine en vue de réclamer et de défendre leurs droits de sol à la naissance dans ce pays.

Il s’agit pour ces jeunes morenos et Indios de la Republique dominicaine le véritable moyen d’empêcher les abus et les violences qu’ils sont victimes par l’élite blanche et suprémaciste des autorités dominicaines.

Leur démarche semble répondre à une nécessité de lutter contre leurs expulsions vers Haïti, pays qu’ils disent ne pas connaître et n’avoir jamais visité depuis leur naissance.

Selon plusieurs d’entre eux, cette initiative serait encouragée par quelques industriels haïtiens, quelques commerçants haïtiens ainsi que d’autres personnes riches de santo domingo.

Et la manière qu’ils semblent s’organiser est de former des comités de cinq personnes afin de ne pas se faire identifier ou reconnaitre par des miliciens de l’armée dominicaine et, chaque membre d’un comité peut créer à son tour plusieurs autres comités de cinq membres.

Cependant, chaque comité décide lui-même quelle action mener à l’intérieur de la république dominicaine de façon indépendante les uns par rapport à l’autre.

Jusqu’à présent nous n’entendons parler d’aucune action menée par ces cellules de lutte par les morenos et les indios dominicains à l’intérieur de la république dominicaine.

Toutefois, il se pourrait que très bientôt, nous entendrons parler de ces groupes qui veulent mener des luttes et des combats à l’intérieur même de la république dominicaine en vue de défendre leurs droits qui sont bafoués et violés à l’intérieur de leur pays République Dominicaine.

Évidemment, en tant qu’analyste, nous savons que de tels mouvements d’insurection à l’intérieur de saint Domingue pourrait se déboucher sur la lutte armée avec des guérillas de Morenos et des Indios dominicains qui pourront s’attaquer aux divers intérêts de ce pays et peut-être même provoquer une certaine guerre civile à l’intérieur de la république dominicaine.

Je n’encourage aucun haïtien à aller s’impliquer dans ces luttes armées contre le racisme dominicain, ni les anciens militaires haïtiens, ni les anciens policiers ni les bandits et les jeunes qui veulent aller mettre le chaos à saint Domingue pour ne pas envenimer davantage les relations entre les deux pays dont les autorités dominicaines et haïtiennes refusent de régler en urgence le conflit qui existe actuellement.

Il est vrai que les jeunes du Movimiento de los Morenos y de los Indios dominicanos est un mouvement qui agit pour qui semble vouloir agir à l’intérieur de la république dominicaine néanmoins, l’État d’Haïti et les groupes de la société civile haïtienne doivent être beaucoup plus vigilants encore afin de mieux identifier ces jeunes révolutionnaires dominicains qui décident de faire respecter leurs droits à l’intérieur de la république dominicaine.

En fait, ce que les haïtiens doivent savoir et reconnaître c’est que tout mouvement à l’intérieur de la république dominicaine peut avoir des impacts sur Haïti et qu’il faut surveiller les différents points de passage au niveau de la frontière qui sépare les deux pays.

à suivre…

Hermann Cebert

Publicités