Le Vrai Discours Actuel de Hermann Cebert

J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti


Poster un commentaire

Joseph Michel Martelly revient avec l’armée des macoutes en tenue de léopard: bientôt des assassinats et des crimes contre l’humanité


 Le président Michel Martelly n’a pas tenu sa promesse de ne prendre qu’un seul décret après le dysfonctionnement du Parlement le deuxième lundi de janvier 2015. En Conseil des ministres le 9 octobre, le chef de l’État et le gouvernement d’Évans Paul ont adopté le « décret portant organisation et fonctionnement du ministère de la Défense » qui remobilise officiellement les Forces armées d’Haïti, démobilisées en 1994.

Pour remplir sa mission, le ministère de la Défense dispose de structures organisées, dont les Forces armées d’Haïti, prévues en l’article 5 du décret, peut-on lire dans Le Moniteur # 205 du 26 octobre 2015. L’article 65 indique que « les Forces armées d’Haïti sont chargées de la défense et de l’intégrité du territoire de la République ».

« Les forces armées d’Haïti sont régies par les articles 264, 264-1, 264-2, 264-3, 265, 265-1,267, 267-1, 267-2, 267-3, 267-4, 267-5, 268 et 268-3 de la Constitution de 1987 amendée, par la loi constitutionnelle du 9 mai 2011 », selon l’article 66 de ce décret qui « abroge toutes lois ou dispositions de lois, tous décrets ou dispositions de décrets, tous décrets-lois ou dispositions de décrets-lois qui lui sont contraires et sera exécuté à la diligence du ministre de la Défense. »

Le ministère de la Défense a 19 attributions comme : assurer la défense du territoire terrestre, frontalier, maritime, fluvial et aérien de la République ; assurer la sécurité et l’intégrité matérielle du territoire, de la population, et contribuer à la sécurité nationale dans toutes ses dimensions ; participer au maintien de la paix sur tout le territoire de la République dans les cas de force majeure ; participer à l’élaboration et à la coordination des mesures à prendre, en cas de guerre, de troubles civils ou de catastrophes naturelles ; veiller au développement, à la modernisation et à l’entretien des infrastructures militaires ; pourvoir au respect des lois, mesures, alliances, conventions, accords, traités et autres instruments juridiques relatifs à la défense ; assurer le contrôle de la fabrication, de l’achat, la vente, la distribution des armes de guerre, munitions, équipements et explosifs, sur le territoire national, conformément aux législations internationales et nationales ; établir les cartes militaires de la République ; élaborer et superviser la politique de formation et d’éducation professionnelle des membres des forces de défense en vue d’assurer leur polyvalence et leur intégration ; participer à l’élaboration et à la mise en œuvre des plans nationaux de lutte contre les trafics illicites de biens, de stupéfiants, d’armes et de personnes, la piraterie et le terrorisme, dans le cadre des accords, traités et conventions relatifs au crime transnational organisé ; délivrer, s’il y a lieu, les permis de construire dans le voisinage d’un ouvrage à caractère militaire ; contrôler l’acquisition, l’importation, l’exportation, ainsi que l’utilisation de l’équipement et du matériel militaires ; collecter et gérer toutes les informations relatives à la défense nationale ; coordonner la participation des forces de défense aux tâches de développement ; assurer la gestion des décorations militaires ; participer à l’organisation et à la supervision des activités du service civique mixte obligatoire (SCMO)

en conformité avec les dispositions de l’article 268 de la Constitution ; participer à la lutte contre la cybercriminalité ; participer à l’organisation et à la supervision du service militaire en conformité avec les dispositions de l’article 268 de la Constitution et enfin exercer toutes autres attributions découlant de sa mission en conformité avec la Constitution et la loi. Pour remplir sa mission, le décret prévoit la création de plusieurs services et directions. Outre la direction de génie militaire, de défense civile, il est prévu dans le décret la direction des opérations spéciales.

Conformément à l’article 41, cette direction doit « s’informer sur tous les cas d’agression ou d’attaque provenant tant de l’intérieur que de l’extérieur, de les analyser afin d’évaluer les risques de succès et d’échec, d’incidents diplomatiques dans l’éventualité d’une intervention préventive ou répressive des forces d’opération spéciales ».

Le ministre de la Défense, entre autres attributions, a la responsabilité d’entretenir les infrastructures militaires. Ce décret intervient à quelques mois de la fin du quinquennat du président Michel Joseph Martelly, souvent accusé par certains de ses opposants de réinstaurer l’ordre des baïonnettes en Haïti.

La remobilisation des FAD’H est une promesse de campagne et un projet sur lequel le chef de l’État a travaillé des années durant pour que le pays ait les moyens d’assurer la défense, la sûreté du territoire. La remobilisation de l’armée, a souvent expliqué Michel Martelly, doit permettre un retrait ordonné de la MINUSTAH.

Il n’y a pas encore de détails sur la taille de l’armée, officiellement remobilisée. Ni sur les ressources financières pour assurer son fonctionnement aux côtés de la PNH qui a plus de 14 000 policiers et policières.

C’est vers des amis sud-américains comme l’Équateur que le président Michel Martelly s’est tourné pour la formation des premiers éléments -soldats et officiers- de cette armée. –

Publicités


Poster un commentaire

Les raisons pour lesquelles Jovenel Moïse ne devait pas être le président de Haïti


Plusieurs parmi mes lecteurs se sont questionnés sur mes derniers articles où je parais  ne pas endosser le choix de Jovenel Moïse comme le futur président de Haïti et ces lecteurs se demandent s’il n’y a pas dans mon discours une certaine méchanceté de ma part ou si mon discours ne s’inscrit pas dans une logique destructrice et fondamentalement idéologique contre le clan de Joseph Michel Martelly.

Devant les diverses questions de mes lecteurs, je décide d’élucider mes points de vue et d’expliquer mon choix de m’opposer à l’élection de Jovenel Moïse comme président du pays non pas parce qu’il est le poulain de Joseph Michel Martelly ou le futur marionnette de ce dernier et de la bourgeoisie mulâtre dont Martelly a toujours été au cours de ces quatre dernières années qui prendront fin le 7 février 2016 prochain.

Pour être très clair, je veux confirmer pour mes lecteurs que je n’ai aucune critique particulière contre le candidat du PHTK ou le Parti des Tèt Kale Haïtien même si le parti ne me plait pas vraiment compte tenu de sa structure, son histoire et son manque de vision sans oublier le flou de son idéologie par rapport à la réalité du régime politique que ses dirigeants appliquent dans la gestion des affaires de l’État.

De même, je ne conteste pas Jovenel Moïse parce qu’il a réussi en affaire ou du moins que son entreprise agricole est en train de réussir dans un secteur économique qui a toujours été négligé et abandonné à la fois par les pouvoirs en place que par la bourgeoisie commerciales et pseudo industrielle du pays. Au contraire, et c’est plus précisément ce début de réussite qui m’oblige à m’opposer à l’arrivée de Jovenel Moïse comme président du pays.

Évidemment, pas pour les mêmes raisons que mes lecteurs  semblent me questionner sur les positions que je prend contre cette possible présidence de ce candidat. D’ailleurs, l’une des plus belles choses qui soit réalisée sous le régime Martelly c’est sans nul doute les annonces du Succès de la production agricole de Jovenel Moïse avec ses productions de bananes.

Car, depuis plus de deux siècles d’indépendance de Haïti, c’était la première fois qu’un Haïtien de couleur noire arrive à réaliser une certaine réussite sans que cela ne soit de la politique ou de la drogue.

Très certainement, au cours de notre histoire de peuple, il y a eu de grands hommes d’affaires issus des masses populaires qui ont pu réussir en affaires malheureusement, tous ont fini leurs jours dans la misère parce qu’ils avaient trop partagés leurs richesses.

On peut se rappeler un que l’on disait laisser tomber de l’argent dans les rues afin que les pauvres puissent les ramasser et les trouver. Il est vrai cependant de supposer et de croire que les entreprises de Jovenel Moïse ne sont pas à lui et qu’il s’agirait  vraisemblablement d’une stratégie montée de toute pièce pour préparer le candidat poulain pour les dernières élections vu que Martelly avait  préalablement rompu toutes relation avec Laurent Salvador Lamothe son ancien premier ministre.

Néanmoins, peu importe la situation en arrière et qui pourrait placer Jovenel à la tête de cette entreprise, je crois fondamentalement qu’il aurait été plus favorable pour les jeunes du pays d’avoir ce dernier comme modèle de réussite en affaires que dans la politique ou il ne pourra pas faire grande différence avec ses prédécesseurs qui ont eu la gouverne du pays depuis la fin de l’occupation américaine première partie. Je préfère mille fois avoir Jovenel comme homme d’affaire qui réussit qu’un Jovenel Moïse qui va inévitablement échouer en politique.

Ça fait déjà trop longtemps que des noms étrangers arabes, syriens, libanais, hollandais, norvégiens, américains, français, allemands, juifs, suisses, mexicains, espagnols, portugais pour ne citer que ceux-là soient toujours associés à la réussite. Ce ne sont plus les Brandt, les Madsen, les Berhmann, les Mevs, les Accra, les Tardieu, les Lauture, les Mourra, les Masuci, les Saliba, les Bennett, les Dadesky, les Auguste etc… désormais, il y a un jeune Dessalines qui place son nom sur le tableau des réussites en affaires.

Ce n’est pas de la haine contre ces familles riches du pays, mais qui connait l’histoire de ces gens et en quoi ces gens ont été des exemples de réussites pour les jeunes du pays. La majorité des jeunes du pays n’ont jamais vu la face des Mevs, des Saliba, des Caroli, des Soliman et si ce n’était l’affaire de Kidnapping des jeunes Moscoso, la majorité de ces jeunes n’auraient jamais connu un seul visage de la famille des Brandt pourtant c’est l’une des familles qui contrôlent une bonne partie de l’économie du pays. Et qui pis est, exploitent 95 % de la population du pays voire responsable de la grande misère qui ne cesse de ronger le pays.

Voilà pourquoi, à ce titre, Jovenel Moïse perd ma confiance  comme candidat à la présidence et même comme président du pays alors même qu’il prend cette plus grande importance à mes yeux comme homme d’affaire qui finalement réussi parmi les requins de la bourgeoisie haïtienne.  Et c’est pour la première fois que les jeunes du pays peuvent s’identifier à quelqu’un qui les ressemble, et je répète, quelque soit la façon qu’il est parvenu à la tête de cette entreprise agricole, je préfère le voir prospérer dans son entreprise que de le voir échouer en politique.

En fait ce n’est pas qu’il ne pourra pas réussir en politique, il a toutes les compétences pour bien réussir en politique et mieux formé que plusieurs anciens présidents du pays. Et rien ne m’empêcherais de devenir même son conseiller s’il m’aurait invité à le conseiller et je lui aurais prodigué les meilleurs conseils pour aider à sortir le pays de son sous développement.

à suivre….

Hermann Cebert


Poster un commentaire

Les enjeux derrière la volonté de contrôler le pouvoir politique en Haïti


Haïti a toujours été une terre convoitée par toutes les puissances du monde pour son climat enchanteur, ses belles plages, ses populations accueillantes et humaines mais surtout pour son sous-sol qui regorge de plusieurs minéraux et d’hydrocarbure.

À la fois Grande Terre de liberté pour tous les noirs du monde mais aussi, Haïti c’est le pays des grandes opportunités et de toutes les promesses. Malgré la grande générosité du peuple haïtien, toutes les puissances hégémoniques se croient comprendre ce pays et ce peuple qui les échappe car complexe et différent de tous les autres peuples du monde.

D’ailleurs ce n’est pas pour rien qu’aucune puissance ne peut se permettre de dire qu’elle comprend parfaitement bien les haïtiens ni non plus arriver à le dominer selon leurs diverses méthodes et selon leurs approches qui ne correspondent guerre aux diverses réalités des différentes natures de ce grand peuple que sont les haïtiens.

Voilà pourquoi, tout ce qui fait le charme du plus beau pays du monde se retrouve à être également les sources de son instabilité, de son désarroi mais plus particulièrement de son malheur et de son exploitation systématique par les puissances coloniales et impérialistes.

Avec les dernières élections présidentielles qui viennent d’avoir lieu en Haïti où chaque pays accrédité au pays, chaque responsable d’organisation internationale et non gouvernementale qui opère une quelconque activité au pays avait choisi et commandité leurs propres candidats dans le seul but de prendre le contrôle du pays en ayant leurs propres représentants et leurs propres commandeurs ou sbires dans les fonctions les plus élevées du pouvoir politique du pays.

Ainsi, le plus beau pays du monde, mon Haïti chérie, navigue toujours seule dans la mer des caraïbes, dans le golfe du Mexique et dans l’Océan Atlantique comme une vieille navire à la dérive avec les seules espoirs de se trouver un récif pour s’y accoster sinon, il devra tôt ou tard se couler pour aller se reposer au fond des eaux entre les derniers coraux des tropiques.

Sans une élite pour lui donner des directions et lui refaire trouver son Nord, les intérêts divers et divergeant semblent pourtant condamner le pays et tout le peuple Haïtien à une disparition certaine. C’est à ce carrefour que se retrouve actuellement l’ensemble des Haïtiens qui vivent encore au pays.

À moins seulement d’un miracle de la sainte providence, que les haïtiens ont déjà cessé d’espérer, Haïti entre présentement dans la dernière phase de son existence et tous les ingrédients pour assurer l’extinction et l’anéantissement de ce peuple et de ce pays sont déjà connu de tous, seulement le jour J reste à déterminer.

Pourquoi cette volonté des grandes puissances et des étrangers à vouloir contrôler le pouvoir politique en Haïti? Qu’est-ce qui se cache derrière ce besoin inconditionnel de placer des commandeurs à la tête de toutes les structures et de toutes les institutions politiques du pays?

Évidemment, la grande majorité des haïtiens ignorent plusieurs éléments fondamentaux qui constituent les richesses et l’importance d’Haïti dans le monde et dans la zone caribéenne.

En effet, notons d’abord que Haïti se trouve à un carrefour géostratégique pour la zone des caraïbes en ce sens que ses eaux territoriales offrent des avantages stratégiques pour le commerce mondial et plus spécifiquement le transport des marchandises par la marine marchande.

De plus, cette position enviable a aussi une importance majeure pour n’importe quelle puissance qui voudrait contrôler ou qui serait en conflit ouvert avec les américains.

Par conséquent et pour les autres puissances, et pour les américains, le territoire haïtien peut être considéré à la comme un avantage ou un inconvénient ou faiblesse parce que offrant des espaces ou une aire d’action qui forcerait le américains à se retrancher à l’intérieur de leur propre périmètre.

À côté de tous ces avantages géostratégique et géo militaire, les haïtiens ignorent de façon incompréhensible les réserves en métaux et en minéraux rares qui gisent dans le sous sol d’Haïti.

Certaines recherches ont déjà démontré que les réserves d’or de Haïti dépassent en valeurs actuelles les sommes ridicules de mille milliards de dollars américains; les réserves en hydrocarbures sont quant à elles dépassent largement celles de l’Arabie Saoudite, du Venezuela voire tous ces pays ensemble étant donné que Haïti se trouve dans la zone où le pétrole et les hydrocarbures en générales sont de bien meilleures qualités que toutes les autres zones de réserves du monde.

Pour ce qui concerne les métaux rares, l’Uranium, l’iridium ou le Coltan par exemple qui entre dans la fabrication des ordinateurs et les cellulaires, Haïti en possède énormément après la Chine et le Congo.

Un autre avantage qu’offre Haïti également c’est sur le plan commercial, malheureusement, la bourgeoisie commerciale et industrielle haïtienne ne l’exploite pas assez ou tout simplement pas du tout.

En effet, avec les accords signés par le pays avec les américains, les européens et les asiatiques, le pays devait jouer un rôle plus commercial et plus actif sur le marché des biens et services en servant d’intermédiaire entre les puissances entre elles.

Ce devait être le cas également en matière de transport et de zone de transit pour les marchandises vers les différentes régions du monde et le pays aurait un rôle d’intermédiaire entre ces zones commerciales.

Or, malgré ces diverses potentialités que Haïti offre à la fois aux haïtiens eux-mêmes et plus particulièrement aux étrangers qui veulent venir pour y investir le pays n’arrive toujours pas à se décoller et s’ouvrir davantage sur l’économie de marché.

Le pays est paralysé car les classes dirigeantes du pays refusent de faire la paix entre elles voire arriver à s’entendre sur les diverses orientations à donner au pays. Tout le monde veut avoir raison et tout le monde semble avoir raison alors qu’ils sont tous coupables du climat d’instabilité permanente qui règne dans le pays.

Et, les dernières élections organisées dans le pays ont montré ce qui alimenté le désespoir et l’instabilité dans le pays,  avec des milliers de candidats pour quelques postes électifs seulement dont plus de cinquante quatre à la présidence représentant tous des intérêts étrangers dans un pays qui devait être le leur.

Avec de tels comportements, de telles attitudes de telles divisions au sein des classes et des groupuscules politiques du pays comment peut-on connaitre la paix et les conditions propices au développement du pays.

D’ailleurs, il n’y a pas longtemps de cela j’ai même entendu un candidat à la présidence et grand perdant des dernières élections qui a proposé la formation d’un gouvernement de salut public faisant fi de l’ensemble du processus électoral qui est en cours actuellement dans le pays.

Je me demande d’où vient ce candidat, est-ce qu’il était sur mars et qu’il n’était vraiment pas au pays pour arriver à une telle proposition. Je m’en reviens pas. C’est véritablement de l’enfantillage et du n’importe quoi.

Si cette solution était si facile à envisager pourquoi ces propositions de coalition entre les divers candidats n’avaient pas donné déjà des résultats, et tout le monde connait cette réponse.

Il y a également d’autres propositions de sortie de crises qui se proposent également, mais je préfère volontiers de les soulever parce que non démocratiques et aussi farfelues les unes que les autres.

Ces individus qui se disent démocrates et qui sont appelés à diriger le pays, à représenter tout un peuple dans son ensemble se révèlent tous des antidémocrates, des magouilleurs, des opportunistes sans desseins.

Ce sont des vagabonds en cravates et des dictateurs en devenir. En fait, lorsqu’on est un vrai démocrate, on devait toujours proposer des solutions démocratiques et respecter également les votes des citoyens.

Malheureusement en Haïti c’est tout le contraire. Aucun politicien haïtien n’a été jusqu’à présent en mesure d’offrir des solutions démocratiques de manière à faire avancer le pays ou l’aider à renforcer ses institutions et sa culture démocratique.

Par ailleurs, selon certaines rumeurs qui semblent circuler actuellement et dont on pourrait croire et admettre comme de la certitude, les grandes puissances auraient planifié d’occuper formellement Haïti avant le transfert du pouvoir à un nouveau gouvernement en février 2016.

En ce sens, toujours selon cette rumeur, le Président Joseph Michel Martelly aurait été mis au courant et très bien informé de ce plan d’occupation de Haïti.

Voilà pourquoi, le discours de Martelly pour le 18 novembre 2015, son dernier pour cette fête nationale, a été le discours le plus nationaliste que Martelly ait pu prononcer durant ces quatre années de mandat.

Mais, malgré cette nouveauté dans le discours de Martelly, on peut se demander si le président de Haïti ne cache pas plus de chose encore au peuple haïtien et, quelle est la part de sa complicité avec les puissances impérialistes qui veulent occuper définitivement le pays?

Martelly doit au peuple haïtien plus d’explications et il ne peut pas seulement se contenter de nous transmettre le message de ses patrons qui vise à nous mettre en danger ou à nous faire peur. Il doit assumer ses responsabilités et ce, même lorsqu’il ne sera plus président du pays.

à suivre…

Hermann Cebert

 


Poster un commentaire

Comment comprendre la dictature derrière les résultats des élections présidentielles de Haïti


Les résultats des élections présidentielles en Haïti du 25 Octobre 2015 montrent clairement comment les divers acteurs que contrôlent Haïti ont lamentablement échoué dans leur volonté de maintenir le statu quo. je veux principalement citer: la communauté internationale, le président Joseph Michel Martelly ainsi que le premier Ministre Evans Paul.

Naturellement le véritable problème qui est sous-jacent à cet échec demeure néanmoins le risque pour le pays de se trouver encore une fois sous une dictature aveugle et rétrograde puisque le choix de Jovenel Moïse comme dauphin d’un mégalomane comme Michel Martelly pourrait déboucher inévitablement sur une grande délinquance de Martelly compte tenu qu’il va profiter de faire tout ce qu’il n’a pas pu faire avec son régime.

Du côté des groupes de l’opposition, et les divers dérapages que le pays connait actuellement depuis la publication de ces résultats peuvent en témoigner, on peut supposer que durant les prochaines quatre années du règne de Jovenel Moïse les groupes de l’opposition trouveront la légitimité d’engager des actions violentes et des mouvements de grève à l’infini étant donné qu’ils savent qu’ils seront complètement écartés du pouvoir pour une très longue période.

Or, qui dit grève permanente, manifestation de protestation, dit également possibilité de naissance de groupes terroristes et d’actions terroristes donc, le blocage du pays pendant ces quatre prochaines années compte tenu du climat d’instabilité qui va régner dans le pays.

Autrement dit, avec les derniers résultats des élections présidentielles manipulées par le régime en place dont Michel Joseph Martelly en tête, de la complicité de la communauté internationale dont les organisations internationales comme l’ONU, l’OEA, l’Union Européenne, les puissances comme les États-Unis avec les dictats ouverts et sans retenu de John Kerry, le Canada, la France, le Brésil avec son programme de visas et de résidence pour vider le pays de ses ressources humaines actives dont les jeunes et la jeunesse universitaire du pays, la France avec son programme d’acculturation et d’anéantissement du système éducatif haïtien plus particulièrement la destruction des valeurs nationales haïtiennes dont plus spécifiquement le créole haïtien, c’est tout le pays qui se trouve menacé par la guerre civile et le chaos.

Dans un article précédent, j’ai déjà présenté la situation souhaitable pour le pays en ce qui concerne le président qu’il faut au pays et également la composition du corps législatif qui pourrait être profitable pour le pays d’un côté pour permettre l’alternance politique dans le pays, l’apprentissage des groupes et des classes politiques du pays mais surtout le rôle et la fonction des diverses catégories sociales et économiques qui se battent pour la prise et le contrôle des pouvoirs politiques dans le pays.

Malheureusement, personne dans ce pays ne se donne le temps de bien comprendre ce pays et surtout de bien suivre le processus de modernisation et de démocratisation que le pays est en train de suivre.

Aucun des acteurs, même si le mot acteur ne convient pas véritablement pour catégoriser ceux qui influencent négativement le destin de ce pays. Je veux parler des politiciens haïtiens et de l’ensemble de la communauté internationale incluant individus, organisations internationales et régionales tous que j’essaye d’identifier à tort bien entendu sous le vocable acteurs de la politique haïtienne, ne comprennent pas les divers processus qui permettent au pays de connaitre la stabilité et son développement.

On a vu une pléiade de candidats à la présidence et au sénat et à la députation, on a vu Michel Martelly qui a choisi lui-même son poulain ou son dauphin en la personne de Jovenel Moïse qui s4emblait bien réussir avec son entreprise de agricole et d’élevage et qui méritait plus d’encouragement que d’être choisi comme candidat en lieu et place de Laurent Salvador Lamothe qui de son côté aurait été plus naturellement le candidat légitime du clan des Martelly.

On a vu également un Jean-Bertrand Aristide qui a contribué à la multiplication des candidats à la présidence en encourageant les jeunes avocats comme André Michel et Newton Louis Saint-Juste à créer de nouveaux Partis politiques et en devenant des candidats à la présidence au lieu de les aider à être les meilleurs avocats de référence pour le secteur populaire.

Pire encore avec Aristide c’est le choix de Maryse Narcisse comme candidate du Parti Fanmi Lavalas alors qu’un Yves Cristalin qui était arrivé troisième aux dernières élections et qui était plus connu que la docteure femme d’Aristide aurait été un bien meilleur choix pour le Parti fanmi Lavalas, mais c’est un Aristide qui se croit même investi d’un pouvoir divin qui a dit au peuple et une bonne partie du secteur populaire sur quoi il s’est basé pour leur choisir Maryse manman doktè.

En fait, tout semble indiquer qu’Aristide avait des intérêts pour faire échouer le secteur populaire en émiettant les votes populaires du secteur démocratique. Les divers groupuscules du secteur dit démocratique ont divisé et subdivisé les votes populaires en présentant plusieurs candidats donnant de facto les possibilités de ralliement au secteur duvaliériste et mulâtre de Martelly de contrôler et de gagner les dernières élections et ils sont plus que responsables de ces échecs du pays et des possibles dérives qui vont suivre.

D’ailleurs, lorsque j’entend et constate Jean-Bertrand Aristide qui décide de prendre les rues aux côtés de Maryse narcisse pour exiger des résultats du vote populaire, je me dis ou bien il décide de se faire assassiner ou bien il est en train de mentir à lui-même car s’il voulait que le secteur populaire gagne les dernières élections il aurait dû faire un bien meilleur choix. mais qui ne connait pas Aristide pour croire qu’il n’a pas collaboré avec le régime de Martelly. Aristide a tout simplement vendu les élections à Michel Martelly.

Si Jovenel Moïse remporte ces élections, et j’espère que le conseil électoral, les groupes en arrière de cette mascarade de résultats des élections présidentielles ainsi que toute la communauté internationale qui se cachent derrière ces résultats décident de corriger leurs erreurs en permettant à au moins quatre candidats en tête de ces résultats d’aller participer au deuxième tour et permettre un candidat de l’opposition de gagner les résultats et devenir président du pays.

Pour ce qui concerne les députés et les sénateurs qu’ils donnent une vraie majorité aux groupes au pouvoir afin de contrôler les deux chambres et pour pouvoir choisir le nouveau Premier Ministre du pays sinon Haïti risque véritablement d’être à feu et sang au cours des quatre prochaines années.

à suivre…

Hermann Cebert


Poster un commentaire

Affirmons notre divinité parmi nos semblables


Mon nom évoque Dieu et il exprime une prière à Dieu. Mes chers amis, adressez vos prières à Dieu en évoquant mon nom.

Je suis l’enfant unique de Dieu, la parfaite image de Dieu sur terre et parmi vous, mes chers amis recherchez Dieu à travers mon image.

Ma volonté c’est la volonté de Dieu, elle déplace les montagnes, elle renverse les rois et les obstacles, elle fait des miracles et procure la richesse, mes chers amis faites votre mieux pour respecter ma volonté divine.

Mon père céleste est Roi, mes chers amis reconnaissez-moi comme votre seul prince et l’unique héritier du trône de Dieu et il ne me manque rien dans ma vie de prince parmi vous

Mon père céleste est le général en chef de toutes les armées du monde et des cieux, quiconque choisit d’être mon ennemi sera anéanti par toutes les forces armées que mon père place sous mon contrôle.

Qu’il en soit toujours ainsi!!!


Poster un commentaire

Résultats des élections 2015 de Haïti : Joseph Michel Martelly ouvre le début de la guerre civile en Haïti


Haïti à feu et à sang

Le candidat du régime, Jovenel Moïse de PHTK, finit en première position

Les résultats préliminaires ont été annoncés par Pierre-Louis Opont. Y aura-t-il 2ème tour ?

Publié le jeudi 5 novembre 2015

Le Président du CEP, Pierre-Louis-Opont, a annoncé en point de presse dans l’après-midi du 5 novembre 2015 dans les locaux du CEP les résultats préliminaires du scrutin présidentiel du 25 octobre 2015.

1er – Jovenel Moïse (PHTK) 511,992 voix 32,81%
 2ème – Jude Célestin (LAPEH) 394,390 voix 25,27%
 3ème – Moïse Jean-Charles (Pitit Desalin) 222,646 voix 14,25%
 4ème – Maryse Narcisse (Lavalas) 110,049 voix 7,05%
 5ème – Eric Jean-Baptiste (MAS) 56,671 voix 3,63%

Les réactions ont fusé de part et d’autres du spectre des candidats à la Présidence. Moïse Jean-Charles qui termine en 3ème position selon CEP a affirmé réfléchir à « une réponse proportionnelle à ce théâtre ».

Me Jean-Henry Céant qui est en 6ème position selon le Conseil, tire la sonnette d’alarme quant à la possibilité technique d’une élection dès le premier tour du poulain du pouvoir, Jovenel Moïse. Selon une disposition de l’article 145 du décret électoral, ce dernier bénéficierait d’un écart suffisant justifiant son élection immédiate.

Or dans son point de presse, Pierre-Louis Opont, a omis de proclamer l’élection immédiate de Jovenel Moïse ni la tenue d’un éventuel second tour.

Haïti à feu et à sang