Le Vrai Discours Actuel de Hermann Cebert

J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti


Poster un commentaire

Le Réseau Civique pour la Promotion du Citoyen (RECIPROC): dénonciation de l’extrême pauvreté en Haïti, ils vont passer à l’action contre ceux qui causent cette misère et cette famine en Haïti


Le Réseau Civique pour la Promotion du Citoyen (RECIPROC): dénonce l’extrême pauvreté en Haïti, ils vont passer à l’action contre ceux qui causent cette misère et cette famine en Haïti

Note de presse

 Le Réseau Civique pour la Promotion du Citoyen (RECIPROC), un regroupement d’organisations de la société Civile qui se bat pour le respect de la démocratie et le droit de l’Homme en Haïti, reste perplexe face à la situation sociopolitique du pays qui se détériore chaque jour surtout dans les quartiers les plus vulnérables.

RECIPROC réaffirme sa détermination à défendre les plus démunis dans sa lutte de revendiquer le droit a la sécurité publique, aux logements sociaux, et au travail.

Une situation qui prend de l’ampleur dans le pays, ce qui fait qu’une grande partie de la population vit dans des situations infrahumaines, sans assistance sociale ni accompagnement de l’État.

Ce que le RECIPROC, organe de défense des droits de l’homme, condamne énergiquement.

A cet effet, nous portons notre solidarité aux cinq (5) grévistes en l’occurrence :

Martial Harry, Lapin Juana, Exterminé Jean Robert, René James Harold, Frantz Marieur ; qui ont récemment réalisé une grève de faim par devant la primature.

Une façon particulière et extrême pour rouspéter contre la misère qui sévit dans les quartiers populaires et pour en témoigner leur aversion. C’est également une façon de forcer l’État à faire bon usage des ressources, des richesses et des biens publiques et les redistribuer de manière équitable a toutes les couches de la société notamment la masse populaire qui est la couche la plus vulnérable.

C’est enfin une façon pour prouver qu’ils sont a bout de souffle et que des mesures adéquates doivent être prises pour apaiser la misère dans les quartiers populaires et dans toutes les sections rurales le plus rapidement que possible.
RECIPROC condamne les partis politiques, certains protagonistes de n’avoir pas porter main forte a ces jeunes militants et dirigeants d’organisation quand leur lutte durant ces 5 jours devant la primature.

RECIPROC condamne l’ingérence de la communauté internationale dans les affaires courantes du pays et surtout face a l’organisation des élections .encore une fois, RECIPROC prend acte de l’ensemble des revendications populaires et réaffirmé sa position de mettre sur pied une commission de vérification pour faire la lumière sur les actes frauduleux poses par le Conseil Electoral Provisoire de Pierre Louis Opont.

RECIPROC dans cette même lance condamne l’administration provisoire, Privert-Jean Charles, de ne pas su prendre en considération les revendications des masses populaires pour une nette amélioration de la situation chaotique qui prend son envol dans les quartiers populaire et les sections rurales.

Nous observons avec beaucoup d’attentions les actes poses par le pouvoir qui devraient soulages les conditions socio économique et politique dans le pays au lieu de se laisser guider par un groupe de parlementaire affairistes sans le moindre souci de permettre un éventuel soulagement pour la population et les militants politiques.

RECIPROC reste fidèle a ses engagements face a ses allie et sympathisant de tout mettre en œuvre pour la non violation de la constitution et permettre que la démocratie active devienne une réalité pour la bonne marche du pays.

Pour cela, l’organisation demande a ses allies et sympathisant de prendre note de la manière dont les revendications des masses sont bafoués et marginalises par des ennemis farouches qui n’encouragent pas la bonne marche du pays.

L’organisation ne cache pas son engouement de passer a l’acte si le pouvoir reste aussi statique et prend en compte uniquement les revendications des parlementaires.

Le Réseau Civique pour la Promotion du Citoyen (RECIPROC)

Publicités


Poster un commentaire

Risque de guerre civile en Haïti: le positionnement des planètes semble confirmer cette éventualité


Selon le positionnement actuel des planètes dans le ciel politique haïtien, tout semble se converger vers une véritable guerre civile en Haïti ce, à cause des ambitions effrénées des un et des autres et plus particulièrement à cause de l’absence de nationalisme des diverses catégories de politiques haïtiens.

J’ai toujours redouté cette éventualité puisque je sais que la peur imposée par les groupes dominants dans le pays ainsi que la complicité des diverses élites du pays ont toujours empêché aux masses populaires d’Haïti de se révolter contre la misère et la crasse dans lesquelles elles se retrouvent coincer depuis toujours.

Cependant, selon ce qui se déroule actuellement dans le pays, tout semble indiquer qu’une grande révolte se prépare actuellement dans le pays. Évidemment, je ne peux pas affirmer avec exactitude le jour et la date précise de ce soulèvement néanmoins, les choses se mettent présentement en place de façon plus formelle en termes de rapports de classes et de moyens d’anéantissement réel et véritable.

En observant attentivement la déchéance généralisée qui est en train de ronger toutes les composantes du vivre ensemble haïtien, il y a lieu de croire et d’admettre que quelque chose de gros et de très gros se met en branle dans les temps à venir.

En effet, du haut de la stratification sociale et économique du pays, il y a les gens riches et fortunés qui refusent de créer des emplois pour le peuple.  Des politiciens extrêmement corrompus qui pillent à fonds les caisses de l’État. Des politiciens qui se protègent les uns les autres et s’alliant avec des puissances étrangères pour continuer et maintenir l’exploitation des gens les plus pauvres du pays.

Dans plusieurs régions de Haïti c’est la grande désolation avec des problèmes de sécheresse, de famine à cause des pertes énormes de leurs productions agricoles, des commerçants malveillants et criminels qui vendent du poison au peuple pour les décimer dont le fameux alcool frelaté.

Certains rapportent que des enquêtes menées auprès de plusieurs milliers de familles dans les quartiers comme Fort national, Cité Soleil, Carrefour feuilles, Fontamara, Delmas, petite place Cazeau n’arrivent pas manger 3 jours sur 7 par semaine alors que, les bourgeois, les politiciens haïtiens gaspillent de la nourriture chez eux à tous les jours. Selon cette même source, on prétend que la quantité de nourriture jetée par la bourgeoisie haïtienne chaque jour, on aurait pu nourrir tout le reste du peuple haïtien.

Une façon pour dire dans quelle condition les gens aisés et très riches du pays vivent dans une extrême opulence et d’une très grande abondance. D’un autre côté, on a constaté que depuis les 15 dernières années, de très grande augmentation du nombre de voitures sport et luxueuses qui sont importés en Haïti alors que ces belles voitures blindées pour la grande majorité continuent de circuler dans le pays en envoyant de la poussières, de la boue salle aux divers piétons qui eux sont obligés de faire de longs parcours à pied tous les jours.

à suivre

Hermann Cebert


Michèle Bennett Duvalier dénonce les arrogances américaines: Cela fait presque 30 ans qu’ on est sous coupe réglée des USA!!!!!


Cela fait presque 30 ans qu’ on est sous coupe rêglée des USA!!!!!

Nous sommes en 1963, l’Ambassadeur américain demande au président d’alors, le Dr Francois Duvalier, de quitter le pouvoir dans moins de 24 heures en précisant que la 6ème flotte des USA se trouve dans la rade de Port-au-Prince, prête à débarquer et occuper le pays! Il précise également, qu’un avion l’attend pour l’emmener en exil avec sa famille!
La répartie du Dr Francois Duvalier fuse vers l’Ambassadeur : « Moi, je vous donne 2 heures pour quitter mon pays sinon je ne réponds plus de moi!!! ».

L’Ambassadeur quitta précipitamment le Palais mais sans le fanion de sa voiture qu’un soldat de la Garde Presidentielle pris et brûla!

L’Ambassadeur embarqua lui-même dans l’avion qui était destiné au départ en exil de papa Doc, après avoir poirauté pendant deux heures sur le tarmac de l’aéroport sous un soleil brûlant.

Le pays était fermé! Toutes les aides internationales coupées!

Le peuple haitien s’est serré la ceinture, et, avec des fonds locaux, le gouvernement de Francois Duvalier construisit le barrage hydroélectrique de Péligre et édifia bien d’autres réalisations! Mais, au moins, nous avons su garder notre dignité de peuple souverain et faire honneur au Général Toussaint Louverture.

Et son fils, Jean Claude Duvalier, a continué à garder la tête haute et préserver la dignité de son peuple.

Que reste t-il de notre Dignité ? Haiti est devenue un enième département américain, incapable de vivre sans l’aide étrangere! Sommes-nous devenu un sous-peuple? On vit sous les dicktats des grandes puissances qui nous ordonnent d’accepter des élections frauduleuses et qui veulent nous imposer leur candidat à la présidence!!! Nous sommes devenu les poubelles des USA! Réveillons-nous! N’oublions jamais que nous avons été la première nation noire à lutter contre l’armée napoléonienne et obtenir son indépendance!

Vive Haiti !

Michèle B. Duvalier
Paris, France

Le Christianisme et la pauvreté en Haïti: le protestantisme est un frein au développement de Haïti


Le philosophe éveillé

J’exprime
Dieu

Il n’est un secret pour personne que le Christianisme a été tout au long de notre histoire de peuple et d’Indigène d’Hayti un véritable instrument de manipulation et de domination que les Espagnols, les Français et de nos jours, les américains ont toujours utilisé pour nous empêcher de nous affirmer comme peuple, comme nation , comme État et comme culture voire également comme Civilisation Indigène des Amériques.

De nos jours, ce, depuis plus d’une cinquantaine d’années déjà, lorsque je constate le nombre croissant de petites églises protestantes qui se propagent un peu partout dans le pays exploitant la misère et la vulnérabilité des gens les plus démunis du pays, je me demande si les leaders charismatiques protestants comprennent assez bien le tort qu’ils causent au pays en aliénant ces gens avec et au non de l’Évangile du Christ américain et Européen qu’ils lavent le cerveau de leurs compatriotes haïtiens.

Évidemment, je sais que je  fais une trop grande généralisation en disant que ce sont les masses populaires qui se laissent convaincre par les leaders chrétiens et protestants, puisque dans les faits, même ceux qui sont allés à l’université, qui ont fait de grandes études philosophiques et de religion se mettent également à genoux devant les quelques illuminés chrétiens et protestants pour recevoir leurs baptêmes en vue d’obtenir un passeport pour la vie éternelle dans les cieux.

Comment se fait-il que des gens  qui se disent appelés par Dieu, arrivent à prendre le contrôle intellectuel et spirituel d’une grande majorité de gens qui devaient supposément avoir assez de lucidité pour faire la distinction entre ce qui est vrai et ce qui est clairement faux?

Comment l’État haïtien arrive-t-il à laisser aller des groupes religieux comme ces soi-disant pasteurs qui se proclament pasteurs en montant facilement leurs tentes pour qu’en très peu de temps arrivent à s’enrichir avec les contributions de ces croyants?

Je ne néglige pas l’idée qu’il puisse exister des individus ingénieux qui possèdent les grandes qualités et de grandes capacités pour convaincre par la parole ou par l’écriture mais que l’on ne vienne pas me dire que tous les pasteurs qui montent leurs petites tentes avaient été tous investis d’un don divin jusqu’à se multiplier comme des microbes et des champignons un peu partout dans le pays.

Cependant, dans le cas de Haïti, j’aurais vraiment tendance à associer cette domination des pasteurs disparates à une vision plus globale qui s’inscrit dans un projet impérialiste plus large qui vise à non seulement, renforcer les divisions internes que nous les haïtiens sommes incapables de résoudre mais également à un contrôle systématique de notre pays par les puissances impérialistes.

J’ai déjà été aux États-Unis, dans les États comme New-York, New Jersey et Illinois où j’ai  assisté aux services protestantes qui m’ont permis de constater deux types de messages complètement opposés que les pasteurs protestants livrent à leurs fidèles. Les pasteurs américains livrent des messages de progrès, de réussites, de succès alors que ceux d’Haïti prêchent plutôt des messages de servitude, de résignation et d’un paradis hors de la portée des gens.

Pourquoi de telles différences dans les messages du même protestantisme où les américains continuent de travailler pour s’enrichir alors qu’en Haïti, les gens deviennent de moins en moins créatifs, refusent d’aller travailler même s’il n’y a pas vraiment beaucoup de boulots dans le pays, mais de voir les gens se lever très tôt le matin pour aller faire des sentinelles en empêchant les bons citoyens de profiter de leurs sommeils.

Je vois également des frères et sœurs haïtiens qui vont passer des journées entières à l’église ce, sept jours sur sept et douze mois par année sans oublier ceux et celles qui vont même passer des nuits entières à prier alors que leurs conditions de vie matérielles continuent à se détériorer.

Parallèlement à ces fidèles des églises et des tonnelles protestantes, je constate également de simples pasteurs qui s’enrichissent rapidement puisqu’ils passent de très grande pauvreté à l’extrême aisance et de luxure. Il y a donc quelque chose qui ne fonctionne pas dans le protestantisme haïtien si je peux me permettre de l’appeler ainsi.

Je ne comprend pas pourquoi les églises protestantes ne s’impliquent pas activement dans les activités économiques et sociales quitte à se créer des emplois pour eux-mêmes ou pour les principaux fidèles qui composent leurs communautés.

Pourtant, de telles implications auraient pu avoir des impacts direct sur l’ensemble de la société. Cela aurait un plus pour les communautés protestantes haïtiennes si les pasteurs, les diacres, les comités de jeunesse de ces églises avaient pris la peine de fonder des coopératives de crédit, des coopératives de productions agricoles, des coopératives d’achats et de ventes de produits manufacturier.

Puisque le leadership et les embryons de grandes organisations sont déjà là, qu’est-ce qui empêche à ces églises protestantes d’investir dans le social et le communautaire pour créer de nouveaux emplois pour leurs fidèles, rien apparemment.

Les pasteurs haïtiens sont tous attachés à des missions étrangères qui quêtent à l’étranger pour eux et tous les dons qu’ils reçoivent retournent à l’étranger pour acheter de belles maisons pour ces pasteurs sans oublier les belles voitures que ces pasteurs offrent couramment à leurs concubines partout dans le pays et partout dans les pays étrangers.

C’est cet esprit de pauvreté et de la mendicité qui anime ces pasteurs et qui les empêchent de transformer leurs églises en outils économiques et instruments de progrès social et économique pour leurs fidèles. Et, si c’est cela qui est le message du christianisme haïtien, il mérite de se transformer, de s’adapter aux besoin et à la réalité sociale et économique de Haïti.

Évidemment, lorsque je jette le même regard sur les pratiques de l’église catholique haïtienne, je dois admettre que le constat est pareil puisque les prêtes également maintiennent le peuple haïtien dans cette même misère et dans cette même ignorance puisque, les fidèles catholiques vivent dans les mêmes conditions de pauvretés et de misère qui ronge l’ensemble du peuple haïtien.

Malgré ce vieux modèle des églises haïtiennes qui perpétuent les conditions misérables dans le pays, je veux croire que les pasteurs, les prêtres haïtiens vont enfin décider de se redéfinir des rôles plus social et plus économique qui visent à l’enrichissement de leurs propres fidèles au lieu de les maintenir dans la crasse, dans l’ignorance, dans la servitude dans la dépendance des missions et des congrégations étrangères.

Je veux croire également que des pasteurs haïtiens, des prêtres haïtiens vont comprendre qu’il doivent prendre le contrôle des organismes comme le FAES, le fond d’assistance économique et social afin de pouvoir financer des projets pour les chrétiens haïtiens que je constate qui vivent dans l’extrême pauvreté dans le pays.

Je préfère voir les groupes protestants, catholiques profitent de tous les financements du FAES que de constater les employés de cette institution qui s’enrichissent sur le dos du peuple haïtien.

Le FAES a un capital disponible, mais ce sont des amitiés qui profitent de tous les financements, tout est secret dans cette institution et ils ne mettent aucun modèle de projet type pour les groupes communautaires de savoir comment écrire leurs projets qui sont mal écrits parce que pas de modèles à leurs disposition.

J’aurais aimé savoir les richesses des employés de cette institution, les directeurs, les chefs de service de cette institution pour pouvoir faire une évaluation exhaustive des différentes actions menées par cette institution et de leurs impacts réels sur les populations haïtiennes de Haïti.

à suivre…

Hermann Cebert

This gallery contains 0 photos

Comment comprendre la situation actuelle d’Haïti: les enjeux et la reconfiguration de la scène politique haïtienne


Je veux me permettre de remonter avec vous à 25 ans en arrière pour me trouver une explication à la situation actuelle de la reconfiguration de la scène politique haïtienne. Pas parce que je ne peux pas m’en trouver une qui serait plus actuelle, mais parce que dans ma mémoire il en reste ce que je peux toujours appeler mes premières expériences d’activiste politique en Haïti.

En effet, entre 1990 et 1995 voire jusqu’à 1998, j’ai donné un grand nombre d’interviews dans les radios, à la télévision et un journal écrit cependant, parmi ces interviews incluant mes participations à des émissions de radios et de télévisions, mon interview, ma toute première à la télévision, a été avec Pitit Fèy alias fritz Valesco.

Au cours de cette interview que j’avais donnée en compagnie de trois de mes amis, je me souviens , si bien entendu ma mémoire de ne me fait surtout pas défaut, je décrivais le mouvement lavalas comme étant une grosse averse qui, malgré toutes les eaux qui tombent du ciel, étant donné les conditions d’insalubrité qui règnent dans le pays, cette grosse averse aura toujours à laisser un tas d’immondices sur son passage et, ce sera à nous de les pelleter plus tard: il y aura des morceaux de verres, des pelures de banane, des pelures de mangues, des clous, des morceaux de métaux, des grains de sables etc. qui vont constituer de véritables dangers pour les différents piétons du changement en profondeur dans cette société que nous sommes.

En tenant compte de ce que je disais dans mon intervention à télé Haïti en 1991, ce qui s’est passé par la suite, l’incapacité des acteurs politiques haïtiens à voir au delà de leurs intérêts personnels et à concevoir la politique haïtienne dans sa dynamique globale par rapport à des catégories sociales, politiques et économiques fondamentalement conservatrices, je crois que l’équipe lavalas – macoute qui est au pouvoir actuellement dans le pays montre clairement la grande quantité de déchets qui continuent de joncher les artères des différentes voies de la démocratie haïtienne.

On dirait que tout le secteur des masses populaires et des classes moyennes  ne sont pas capables de comprendre les principaux enjeux politiques, économiques et sociaux dans le pays. Ils ne comprennent pas que les puissances étrangères veulent contrôler le pays, l’économie du pays, posséder les richesses et les ressources du pays, contenir le pays à l’intérieur d’une dépendance institutionnelle tout en essayant d’accepter un certaine amélioration des conditions des masses.

Cependant, ils veulent opérer ces changements et ces améliorations limités en établissant certaines alternances politiques et de classes sociales dont ils veulent avoir toujours le contrôle. Malheureusement, aucun politicien haïtien n’arrive encore à saisir et circonscrire les intérêts étrangers dans les intérêts nationaux voire également les identifier comme les principaux menaces qui pèsent sur la tête du développement de Haïti et de tous les haïtiens en général.

Par ailleurs, durant ces 25 dernières années, nous avons constaté une très grande mobilité de la classe politique haïtienne à tel point que plusieurs opportunistes se sont défilés comme des trainées d’étoiles filantes et heureusement diraient certains que ce soient les plus opportunistes qui se défilent plus vite que les honnêtes citoyens et, ce sont eux qui se font manger par le système conservateur qui paralyse et qui bloque le pays. On est passé par tous les magouilleurs, les macaques, les idiots, les criminels, les assassins sans avoir vu un seul changement et aucune stabilité du pays.

Évidemment je le sais très bien que la politique c’est le métier des opportunistes, par conséquent, rien ne m’étonne de constater le besoin flagrant de certain de se faire voir et de brûler tout leur potentiel par le favoritisme dont ils devaient savoir comme endoctrinement du conservatisme existant dans le pays.

On pourrait me citer Pascal pour se justifier en me disant que la valeur n’attend point le nombre des années. Tout comme on pourrait me rappeler les mots déjà cités et prononcés qui constituent des fondements et des visions du monde tel que l’expérience tue l’action chez l’homme.

Néanmoins, une chose demeure, à force de vouloir tout rapidement, sans effort personnel, sans le travail constant dans une totale liberté, nos ambitions peuvent toujours brûler notre rôle et notre importance dans le cadre d’un changement global et plus vaste parce que nous ne sommes pas capables de patienter.

Nous nous forçons et nous ignorons ce que nous détruisons comme valeurs en nous et puissance en nous parce que nous nous mettons en évidence comme si nos engagements, nos volontés, nos rêves étaient d’être des superstar, des comédiens, des acteurs des mégalomanes inconditionnels qui se foutent de ceux qui nous ont porté sur leurs épaules par leurs engagements antérieurs aux nôtres.

À force dis-je, de nos vedettariats, nous faisons incursion parmi les plus nantis, ceux dont leurs objectifs sont de corrompre, de nous incarcérer à l’intérieur de leurs ghettos, de leurs vies luxuriantes en nous rendant ivres de satisfactions personnelles et familiales alors que au fur et à mesure que nous nous nourrissons de leurs luxures, nous perdons nos âmes et nos dignités aussi.

à suivre…

Hermann Cebert

This gallery contains 0 photos


Lettre de Joseph Michel Martelly à Jocelerme Privert: leçon de démocratie ou l’ironie de l’absurdité


Monsieur le Président Provisoire…

MJM/0416/008

Port-au-Prince, le 15 avril 2016

Son Excellence

Monsieur Jocelerme PRIVERT

Président Provisoire

Palais National

Monsieur le Président Provisoire,

Deux mois après la fin de mon mandat et après avoir négocié et signé avec vous, en votre qualité de Président du Sénat, conjointement avec le Président de la Chambre des Députés, un accord de sortie de crise, le pays est menacé par une crise plus profonde que je voulais éviter.

En effet, en signant cet accord, j’ai voulu éviter au pays une crise politique après le coup du 22 janvier 2016 et contribuer à l’exercice du jeu démocratique; c’est dans cet esprit que j’ai quitté mes fonctions à la date prévue par la Constitution, en m’assurant, comme il a été prévu, que le pouvoir soit transmis, le 14 mai 2016, à un Président légitime, issu d’élections.

Dois-je encore vous rappeler, Monsieur le Président Provisoire, que cet accord a été rédigé par vos soins, suivant vos propres termes et conditions et vous en êtes, par la suite, devenu le principal bénéficiaire, responsable direct de sa mise en œuvre ?

Il est inconcevable qu’après deux présidences à vie consécutives, ayant duré trente ans, le pays ne parvienne, trente ans plus tard, à organiser des élections qui ne fassent l’objet de contestation et qu’il soit toujours utile de se référer à l’arbitrage de la communauté internationale pour trancher. Ce constat choque tant les observateurs nationaux qu’étrangers.

Il est anormal que certains politiciens haïtiens recourent à tous les stratagèmes, du mieux qu’ils peuvent, pour empêcher la tenue d’élections et que l’on offre au monde entier le spectacle navrant qu’eux tous n’étaient motivés que par des intérêts personnels et mesquins. Un grand nombre de ceux qui se sont montrés hostiles à la tenue des élections se sont fait nommer au gouvernement de transition qu’ils veulent convertir en gouvernement définitif, sans recourir à la voie des urnes, en utilisant tous les artifices.

La nouvelle donne consiste à séparer à l’amiable, copain-copain, le pouvoir exécutif avec les sénateurs, comme une sorte de butin de guerre que l’on repartit entre des officiers vainqueurs. Le Sénat est rendu quasiment dysfonctionnel aujourd’hui parce qu’aux sénateurs sont offertes des fonctions administratives à titre de récompense – les Sénateurs abandonnant le Parlement pour devenir ministres. Cette approche ne va pas tenir la route, Monsieur le Président provisoire.

Le Gouvernement actuel se donne un agenda étendu voire illimité qui ne correspond nullement à son mandat, circonscrit dans l’accord signé entre vous et moi le 5 février 2016. Cette démarche ne va pas permettre de résoudre la crise, elle va plutôt l’aggraver.

Il est urgent d’engager le processus d’organisation du second tour des élections présidentielles et qu’un gouvernement légitime soit mis en place dans les délais prévus. Il serait raisonnable que l’on cesse d’utiliser des subterfuges pour grignoter quelques mois sur les mandats des élus à des fins inavouables.

Le pays ne pourra pas tirer avantage de la répétition de cette situation consistant en cette pratique de vouloir remplacer un gouvernement constitutionnel par un gouvernement provisoire, et le renvoi des élections réglementaires sine die pour laisser un certain temps de gestion à ce gouvernement provisoire.

Je voudrais en connaitre la motivation… Une telle situation va continuer à augmenter la précarité et entacher l’image du pays aux yeux de nos partenaires- bien entendu ceux qui n’ont aucun intérêt dans cette situation… C’est la raison principale qui m’a porté à choisir, parmi toutes les options, de signer l’accord du 5 février et partir le 7 février suivant.

Les stratèges de ce gouvernement, qui se croient seuls sur la planète, instaurent la persécution sous toutes ses formes pour parvenir à leurs fins. Leur programme majeur a pour nom la « demartellisation ». Ce programme consiste à humilier mes anciens collaborateurs et paradoxalement, ceux-là même qui m’ont accompagné jusqu’aux derniers jours de mon mandat.

Cette manière de faire démontre l’incohérence et l’inconsistance de ces persécutions qui fragilisent la démocratie et anéantissent l’esprit démocratique. Une première tactique a consisté à les accuser de choses auxquelles ils sont complètement étrangers, que personne n’a établi.

Quand ils considèrent devoir se défendre, ils sont directement menacés, accusés de contester des déclarations du Président et privés de leur liberté de mouvement. Un Commissaire du Gouvernement, ex-député du peuple, qui n’est pas juge des comptes des fonctionnaires et des Grands commis de l’Etat, commence par établir une liste d’interdiction de départ avant même d’avoir entendu ses victimes ou d’avoir vu les dossiers qui leur seraient imputables.

Je crois en la nécessité de tout administrateur de l’Etat de rendre compte de sa gestion, cependant si la justice est aveugle, elle ne doit pas se laisser aveugler.

Que la nation prenne garde et reste vigilante pour que la nécessaire et indispensable lutte contre la corruption ne fournisse l’occasion de commettre des injustices criardes, même au nom de la raison d’Etat, autrement comme l’avait si bien dit le Président René Préval, dans une situation semblable «peu de citoyens honnêtes, compétents et sérieux accepteront de se mettre au service de leur pays en se persuadant que l’Etat ne peut être habité que par des malveillants et des médiocres» (sic)

Je n’ai pas signé l’accord du 5 février pour encourager la violation des droits individuels. Combien de fois ne vous est-il pas arrivé, Monsieur le Président provisoire, de vous prononcer dans des domaines qui ne sont pas les vôtres, en déni des prérogatives et responsabilités des institutions légalement constituées.

En déclarant par exemple, plus d’une fois, aux membres du PHTK que leur candidat à la Présidence est classé en 5eme position alors que vous n’êtes pas membre du Conseil électoral ! Qui donc comptez-vous classer en première position, Monsieur le Président ?

Je vous invite patriotiquement à vous dépasser et à vous éloigner du chant des sirènes, car les chantres ne connaissent pas la douleur ni les responsabilités d’un président de la République.

Eux croient que tout lui est possible. Malheur à un président qui croit qu’il peut tout faire. Le seul recours d’un chef d’Etat devant ces situations, c’est la loi ; il doit avoir recours en permanence à la loi. Cela m’a évité bien des égarements même s’il m’a laissé des inimitiés au sein de mon propre camp.

De toute manière, il y a un choix à faire. Il y a beaucoup de voies. Moi j’ai choisi de voir les choses avec hauteur, sans roublardise. Nous devons laisser le temps des dictatures et des violences politiques derrière nous et renoncer à vouloir contrôler le pouvoir par tous les moyens, au risque de maintenir le pays dans l’indignité et le dénuement de ses citoyens.

Si nous voulons travailler à l’instauration de la démocratie en Haïti, nous devons nous y consacrer de manière déterminée et sérieuse, de toute notre force, de tout notre être et de toute notre pensée, tellement la tentation d’aller dans le sens contraire est grande. Le seul garant, c’est le respect de nos institutions.

C’est dans ce sens que j’avais choisi de rendre visite à tous les anciens Chefs d’Etat vivant dans le pays. Cette décision n’avait pas fait l’unanimité autour de moi. Mais ma volonté de rassembler toutes les élites et toutes les forces du pays pour l’avènement d’une ère de progrès me l’avait dicté. Je l’ai fait pour rassurer. Durant mon administration, les libertés politiques ont atteint leur apogée, la presse, le paroxysme de la liberté.

Mes ministres s’exprimaient librement et je n’ai jamais trouvé aucun mal à l’expression de positions contraires. Je n’étais pas le Chef mais le coordonnateur. Je n’ai jamais considéré que j’étais le juge des actes de mes prédécesseurs ou de leurs ministres. Je n’étais pas obligé de marcher sur leurs voies, je pouvais revenir sur certaines de leurs décisions, sans essayer de les mettre en cause.

Parce que la Constitution, qui doit être notre boussole, a fixé la responsabilité de chacun et de chaque institution. Sur mon bureau et ma table de chevet, il y avait toujours un exemplaire de la Constitution. Un Président de la République ne doit jamais être lassé de lire et de relire la Constitution.

Je sais que vous connaissez ce texte par cœur. On vous attribue, à tort ou à raison, une connaissance approfondie des questions administratives. Je vous encourage à lire et à relire la Constitution, nos lois administratives, les textes de procédure administrative et civile tous les jours et à ne pas vous en écarter, comme je vous supplie, pour le bien du pays, de ne pas vous écarter du texte de l’accord du 5 février que nous avons signé.

La patrie vous sera reconnaissante. Ainsi votre rêve sera comblé, vos vœux exhaussés. Vous aurez acquis estime et respect aux yeux des Haïtiens et des partenaires internationaux engagés à nos côtés dans la rédemption du pays. L’Histoire vous rendra témoignage comme un grand patriote… Avant vous, d’autres ont essayé d’aller dans le sens contraire de l’Histoire, ils l’ont tous regretté.

Les évènements de ces derniers jours m’ont motivé à vous écrire cette lettre. Je le fais en toute humilité et dans un élan patriotique, pendant qu’il est encore temps. Mon patriotisme me commande de vous recommander de ne pas céder à la tentation de ceux qui n’attendront pas le second chant du coq pour vous lâcher.

Veuillez agréer, Monsieur le Président provisoire, les assurances de ma très haute considération.

Michel Joseph MARTELLY

56è Président de la République d’Haïti


Le créole pour francophones et créolophones: Apprendre à lire le créole facilement


les voyelles haïtiennes sont: a,  an,  e, en,  è,  i, o,  ou, on ,  ò, y, w.

les consonnes haïtiennes sont: b, k, d, f, g, ch, j, l, m, n, p, r, s, t, v, w, y, z

les conswayelles sont: y, w.

lisez a dans les mots suivants:

anana =  a na na,   kakawo = ka ka wo,  karako = ka ra ko, pale = pa le,

gade = ga de,  palè = pa lè,  valè = va lè,  kale = ka le,  dyak  = d ya k,

dra = d ra, mari = ma ri,  papa = pa pa,  sakrifis = sa kri fis,  majè = ma jè;

 majiskil = ma jis kil,  kalkil = kal kil, kay = ka y, bay =  ba y , fritay = fri ta y

lisez an dans les mots suivants:

bannann = ban nan n; mango = man go; manje  = man je; pantan = pan tan

manman = man man, grangou = gran gou; grandou = gran dou; lang = lan g;

banbou = ban bou; tankou = tan kou; souflanntyou = sou flan n tyou

manm man m;  fanm = fan m chanpwèl = chan pwèl; filalang = fi la lan g

anndan = an n dan; machann = ma chan n; vann = van n; fann = fan n

Lisez e dans les mots suivants:

begeye = be ge ye; eple = e ple; peye = pe ye; gede = ge de; reve = re ve;

krebete = kre be te; sere = se re; tyeke = tye ke; vide = vi de; manje = man je

sote = so te; mande = man de; devine = de vi ne; grenadye = gre na dye

trese = tre se; verifye = ve ri fye; rapyese =  ra pye se; grese = gre se;

Lisez en dans les mots suivants:

grennen = gren nen;  degrennen = de gren nen; mennen = men nen;

pwomennen = pwo men nen; tounen = tou nen; kalonnen = la lon nen;

trennen = tren nen; degouden = de gou den; bougonnen = bou gon nen;

poulen = pou len; marinen = ma ri nen; sendenden = sen den den;

retounen = re tou nen; boulonnen = bou lon nen; renmen = ren men

Lisez è dans les mots suivants:

sèk = sèk; sekrè = se krè, sèkèy = sè kèy; koulè = kou lè;

palè = pa lè; valè = va lè; vèvè = vè vè; mizè = mi zè; betizè = be ti zè;

baryè = ba ryè; restavèk = re ta vèk;  ravèt = ra vèt; dòktè = dòk tè;

machwè = ma chwè; chanpwèl = chan pwèl; malfèktè = mal fèk tè;

volontè = vo lon tè; jenès = je nès;  revòlvè = re vòl vè; vetivè = ve ti vè;

pwopyetè = pwo pye tè. chimè = chi mè; pastè = pas tè; kòlè = kò lè;

Lisez i dans les mots suivants:

diri = di ri; majigridi = ma ji gri di; pitimi = pi ti mi; grigri = gri gri;

potovi = po to vi; simagri = si ma gri; gidon = gi don; plezi = ple zi;

reyisi = re yi si; sakrifis = sa kri fis; majiskil = ma jis kil; kalkil = kal kil;

mizè = mi zè; betizè = be ti zè; file = fi le; filalang = fi la lang; sikre = si kre

tribilasyon = tri bi la syon;  mari = ma ri; kayimit = ka yi mit; piki = pi ki

 mamit = ma mit; kalamite = ka la mi te; verifye = ve ri fye; malfini = mal fi ni;

Lisez O dans les mots suivants:

Dodo = do do; toto = to to; kote = ko te; kopye = ko pye; bloke =blo ke;

koze = ko ze; volovolo = vo lo vo lo; popilè po pi lè; oblije = o bli je;

gode = go de; chodyè = cho dyè; blofe = blo fe; blofè = blo fè; konplo = kon plo

dlololo = dlo lo lo; poste = pos te;  podyab = po d ya b; kwoke = kwo ke.

Lisez on dans les mots suivants:

boulon = bou lon; bouton = bou ton; bonbon = bon bon; gidon = gi don;

bonm = bon m; koton = ko ton; zonbi = zon bi; koton = ko ton; tonbe = ton be;

bouyon = bou yon; kalonnen = ka lon nen; provokasyon  = pwo vo ka syon;

vakabon = va ka bon; konplotay = kon plo tay; volontè = vo lon tè;

bonte = bon te; pongongon = pon gon gon; konnen = kon nen; konn = kon n

gwonde = gwon de; konsonmen = kon son men; konnen = kon nen;

 

Lisez ou dans les mots suivants:

Ouvè = ou vè; louvri = lou vri; kouvè = kou vè; boulon = bou lon;

bouton = bou ton; doudou = dou dou; joumou = jou mou;

koukou = kou kou; dakoun = da kou n; choukoun = chou kou n; 

timoun = ti mou n; boum = bou m; voum = vou m;

lavoum = la vou m; fou = fou; dou =dou;   kajou = ka jou;

 

lisez ò dans les mots suivants:

lòlòy = lò lòy; kòbòy = kò bòy; lòbèy = lò bèy; kòbèy = kò bèy; bòchòt = bò chòt

zòtèy = zò tèy; bòlèt = bò lèt; bòbèch = bò bèch; bòkò = bò kò; bòkyè = bò kyè;

dyòl = d yò l; dyòk = d yò k; jòf  = jò f; pòv = pò v; chòv = chò v; blòf = blò f;

kòf = kò f; kòlè = kò lè; revòlvè = re vòl vè; kwatyòkò = kwa tyò kò; kò = k ò;

 

Lisez y dans les mots suivants:

yonyon = yon yon; bouyon = bou yon; konplotay = kon plo tay; fritay = fri tay;

ywit = y wi t; panyen = pan yen; way = wa y; yaw = ya w; genyen = gen yen

sitwayen = si twa yen; ywityèm = ywi tyè m; reyisi = re yi si; beny = ben y;

lèzany = lè zan y; jany = jan y; boyo = bo yo; zòtèy = zò tè y; griyen = gri yen.

zagribay =za gri bay; deblozay =de blo zay; piyay =pi ya y;rapyesay = ra pye say

 

Lisez w dans les mots suivants:

tyaw = t ya w; wou = w ou; wanga = wan ga; wondèl = won dèl; bow = bo w;

gwonde = gwon de; woulibè = wou li bè; wete = we te; wilyam = wi lyam;

wozèt = wo zèt; tiwal = ti wal; twaze = twa ze; biskywit = bis kywit;

tywipe = tywi pe; kywit = k ywit; souflantywou = sou flan tywou; sywit = s ywit;

piwouli = pi wou li; siwèl = si wèl; kazwèl = ka zwèl; chwal = ch wal;

à suivre …

Hermann Cebert