Le Vrai Discours Actuel de Hermann Cebert

J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti J'aime Haïti


À la recherche de la troisième voie idéologique haïtienne: le chemin vers la véritable stabilité d’Haïti


Le philosophe éveillé

J’exprime
Dieu

Tous ceux qui me suivent depuis ces cinq dernières années en particulier, ceux qui lisent régulièrement mes publications sur mon Blogue: Le Vrai Discours Actuel de Hermann Cebert, sont en mesure de comprendre certains objectifs que je m’étais fixés à travers cette production riche et abondante sur les actualités et la réalités politiques, économiques et sociales, ou du moins c’est ce que j’espère.

C’est ainsi, durant cette très courte période de mes publications régulières, j’ai procédé à la critique de tous les groupes dans le pays comme les plus opulents et les plus faibles, les groupes au pouvoir et dans les oppositions, la communauté internationale, les organisations internationales, les groupes de défenses des droits humains et de tous ceux qui se disent et qui se réclament de la société civile,  les syndicats et les associations d’étudiants, les journalistes et les corporations de la presse en général … , etc.

Bien entendu, je ne le fais pas inutilement et en vue  de les détruire en tant que groupes d’individus et d’institutions qu’ils représentent chacun et tous mais, je les critique dans le seul but de les aider à mieux s’organiser, mieux s’ajuster, mieux comprendre l’évolution de la pensée politique et culturelle haïtienne et surtout, je les critique après les avoir bien observé  en vue de les aider à mieux jouer leurs rôles dans le développement, le progrès et la démocratisation du pays dans son ensemble.

Néanmoins compte tenu des tendances de polarisation idéologiques et partisanes qui caractérisent le citoyen haïtien, certains observateurs, voire des acteurs de la chose politique haïtienne qui se privent de leur objectivité naturelle, peuvent avoir assez de mal à saisir mon apport en réflexion et en pensée à la démocratisation, au développement et au progrès d’Haïti tout en étant à l’extérieur des rouages de la politique haïtienne, ce qui constitue une très grande marge de liberté de penser que je jouis dans la formulation de mes réflexions, de mes analyses et de l’ensemble de mes propositions.

Peu importe s’il s’avère véritable que les deux groupes idéologiques qui existent actuellement dans le pays ne me comprennent  pas ou qu’ils estiment que mes pensées et mes réflexions vont dans un seul sens.

Je ne cherche guère à les faire plaisir et ce n’est pas non plus les principaux objectifs que je me suis donnés en me dévouant à la chose intellectuelle de la politique haïtienne.

D’ailleurs, à travers mes contributions intellectuelles, je les ai beaucoup plus poussé à se grouper et à se regrouper en vue de parvenir à se constituer en deux groupes idéologiques. Cependant, je savais très bien que nous ne sommes pas encore prêts pour atteindre la stabilité par le campement de seulement deux grands groupes idéologiques dans le pays.

Ce qui aurait été l’idéal mais on ne peut pas atteindre ce niveau en si peu de temps malgré que nous ayons réalisé le campement actuel en moins de six ans grâce à Joseph Michel Martelly et de Jocelerme Privert.

L’histoire devra retenir ces deux polarisations, encore fragile certes, comme un véritable pas de géant dans l’unité nationale par deux grands courants idéologiques. À présent, il nous faut aller plus loin dans la recherche de cette stabilité par les campements idéologiques du pays.

Avec une troisième voie, ce que je veux actuellement appeler le neutralisme idéologique ce par rapport aux deux idéologies existantes dans le pays, c’est-à-dire, une troisième idéologie capable de mobiliser les personnes neutres qui n’adhèrent ni au Duvaliérisme de Joseph Michel Martelly ni non plus, au Lavalas de Jean-Bertrand Aristide.

La démocratie haïtienne a besoin de cette troisième voie idéologique pour forcer les extrêmes droites duvaliéristes et les extrêmes gauches populistes pseudo socialiste et ou communistes.

Actuellement, devant cette montée orchestrée par les deux extrêmes et du mauvais larron banditisé de la communauté internationale, nous comprenons assez bien cette nécessité de l’émergence d’un troisième groupe politique très organisé qui devra arbitrer les deux extrêmes dans le pays en constituant une idéologie et une véritable classe moyenne dans le pays.

Nous avions compris, bien que cela ne soit pas fidèle avec la réalité politique et sociale du pays que l’extrême droite défendait les classes dominantes et les oligarchies du pays ainsi que les intérêts étrangers dans le pays, de même nous avions compris que l’extrême gauche pseudo socialiste et ou communiste défendait les masses populaires.

 Alors, il nous semble revenir à la normale que les classes moyennes haïtiennes, disons de préférence, l’idée d’une classe moyenne haïtienne, se décide enfin de libérer le pays des deux extrêmes qui le tiennent en otage depuis plus de soixante ans. Je parle de l’idée d’une véritable classe moyenne haïtienne pour la seule et bonne raison que l’actuelle classe moyenne haïtienne se trouve à l’étranger et que celle-ci est également sa diaspora.

Voilà pourquoi je ne me permets pas de parler de la classe moyenne haïtienne mais de l’idée d’une classe moyenne haïtienne. Toutefois qu’on le veuille ou non, un jours, il nous faudra reconstruire notre classe moyenne haïtienne d’autant que nous avons actuellement de l’inventer de fond en comble. Que ceux qui ont la gouverne du pays travaillent dans le même sens que nous et qu’ils posent les bases de sa refondation. La fondation d’une vivifiante classe moyenne haïtienne capable de gouverner le pays.

Connaissant assez bien le haut niveau de l’opportunisme qui anime plusieurs politiciens haïtiens, nombreux parmi eux vont tenter de se redéfinir dès la lecture de cet article en vue d’aller de caser avec nouvelle frange idéologique que je suis en train de faire naître dans le but de pacifier et de stabiliser le pays.

Mais, je le sais mieux que ces opportunistes, l’histoire finira toujours par les rattraper tout comme elle en a déjà rattrapé plusieurs qui se vantait d’être des communistes des socialistes et des démocrates.

En ce sens , compte tenu de la dynamique infaillible de l’histoire, seuls les vrais démocrates arriveront à prendre le contrôle de cette mouvance d’une idéologie des centres gauches et droit dans le pays. Il est vrai qu’il y a un certain embryon

Au cours de ces trente dernières années qui viennent de s’écouler, le système politique de Haïti a connu deux grands courants idéologiques que l’on peut facilement identifier comme les deux extrêmes idéologiques: l’extrême droite et l’extrême gauche. Il s’agit du duvaliérisme et du Lavalas même si ni l’un ni l’autre n’a jamais été défini académiquement et intellectuellement en tant qu’idéologie proprement parlé.

D’ailleurs, même François Duvalier n’avait jamais compris la nécessité de donner une portée intellectuelle au régime qu’il a su mettre en place dans le pays puisqu’il l’a transféré à son Fils Jean-Claude Duvalier qui, de sont côté aussi, n’a pas pu faire mieux que son père.

Il en est de même également pour Jean-Bertrand Aristide qui a identifié son régime comme Lavalas sans vision, sans valeurs et dépourvu de tout contenu social, politique, économique et culturel. Selon tout ce qui se dit du mouvement Lavalas et du régime qu’il semble porter, le Lavalas se présente surtout comme un slogan de campagne politique qui n’a jamais rien amené de concret en terme de vision du monde ni non plus d’instrument de transformation sociale en Haïti.

Devant ce vide de théorisation sur les deux pseudos idéologies qui semblent avoir dominé le système politique haïtien au cours de ces soixante dernières années force est de reconnaître cependant que c’est dans l’exercice du pouvoir que l’on peut véritablement bien identifier ces deux faux courants idéologiques que sont le Duvaliérisme et le Lavalas.

En effet,  de façon sommaire, puisque les tenants de ces deux courants ont pu s’approprier du pouvoir en Haïti et qu’il y a des adeptes à ces deux courants idéologiques, c’est donc à travers l’exercice du pouvoir qu’il nous faut retrouver la vision et les promesses de ces deux courants et en ce sens, les régimes Duvaliériste et Lavassien deviennent pour nous les expressions idéologiques de ce que ces deux courants auraient pu nous offrir comme point de repères dans une vision théorique et conceptuelle de ce que les tenants de ces deux visions à la fois de la gestion du pouvoir en Haïti et de leurs conceptions du développement et du progrès du pays.

Autrement dit, seul le régime instauré par ces deux courants permettent saisir ce que sont ces deux courants idéologiques qui continuent d’avoir des emprises dans le pays. Évidemment, sachant que le régime ou tout régime c’est l’application systématique de ce que les porteurs d’une vision appliquent dans l’exercice de leurs fonctions et de leurs pouvoirs.

Les régimes duvaliéristes et lavalassiens en tant l’application effective des deux idéologies Duvaliérisme et Lavalas, traduisent de façon nette et claire ce que les idéologues et les penseurs de ces deux mouvements avaient conçu que celles-ci devaient être dans la réalité.

Ainsi, quelqu’un qui se dit macoute se comportera comme un macoute dans n’importe quelle fonction qu’on lui attribue; un duvaliériste gèrera comme un  duvaliériste et il en est de même pour un lavalassien compte tenu que chacun d’eux est supposé rationnel et assez imbu de leurs convictions qu’ils ne peuvent se comporter différemment de ce qu’ils se disent être profondément.

Par conséquent, il devient très évident dans les faits que Le Duvaliérisme et le Lavalas deviennent des idéologies des deux régimes politiques qu’ils ont incarné et imposé dans le système politique haïtien.

De telle sorte que c’est à travers ces deux régimes politiques qu’il nous faut saisir leurs portées idéologiques et qu’en ce sens, nous devrions même prétendre que ces idéologies Duvaliérisme et Lavalas avaient été postérieures aux régimes politiques qui les définissent et les caractérisent.

Entre autre, il faut bien admettre que ces deux régimes que nous allons tenter de caractériser ne sont différents en rien l’un de l’autre par rapport aux exercices du pouvoir en Haïti.

En effet, l’exercice du pouvoir en Haïti par tous les politiciens qui se réclament de ces deux courants idéologiques montre clairement que les régimes issus de ces deux idéologies ont été fondamentalement autoritaires, populistes, démagogiques, pseudo nationalistes, népotistes sans programmes économique, social, politiques, scientifique et culturel.

Tandis que, les menaces, la violence, le vol ont toujours été instrumentalisés pour affaiblir et éliminer les oppositions et les adversaires  sans oublier des actions systématiques pour affaiblir les institutions qui fondent l’État même du pays.

Du point de vue pratique, ces deux extrêmes idéologiques se sont cristallisés dans deux courants politiques

D’abord, il y a le duvaliérisme et ou le jeanclaudisme, selon les moments et les actualités des forces en présence, c’est l’extrême droite féodale haïtienne.

C’est la vieille idéologie traditionnelle qui correspond à la dictature des Duvalier qui s’est étalée sur les soixante dernières années avec une première période de 1957 à 1971 ( le règne de François Duvalier); la deuxième période va de 1971 à 1986 ( le règne de Jean-Claude Duvalier) elle est coupée cependant en deux moments forts soit de 1971 à 1980 (c’est le jeanclaudisme noiriste militaro-macoute) et de 1980 à 1986 (c’est le jeanclaudisme militaro-mulâtre-macoute.

Cette période correspond avec le mariage de Jean-Claude Duvalier avec Michèle Bennett qui a marqué le retour en force des mulâtres au pouvoir dans le pays).

Néanmoins, il faut bien reconnaitre qu’il n’y a pas véritablement une cloison étanche entre les différentes périodes ci-dessus mentionnées et qu’il existe entre ces périodes des moments de domination et d’influence d’un aspect de ces courants idéologiques duvaliéristes, jeanclaudistes et militaro macoute.

Ces moments je les associe à ce que je devrais ou pourrais appeler des tendances à l’intérieur d’une même idéologie qu’il s’agisse du duvaliérisme et du Lavalas.

C’est ainsi, que j’arrive à identifier les périodes militaires qui part de 1971 avec les académiciens militaires, le corps des léopards dont on va retrouver au contrôle du pays durant la période jeanclaudiste de 1980, en 1986 jusqu’à 1990 plus précisément, après le 30 septembre 1991, puis de 1991 à 1994 et, de 2004 ( à partir du 29 février marqué par le coup d’état de Guy Philippe et de l’exil de Jean-Bertrand Aristide et celui des gouvernements provisoires militaro-civils).

Par opposition à cette extrême droite féodale, il y a également l’autre extrême qui se cristallise dans le populisme lavalassien associé à un pseudo socialisme et ou communisme théologiques-religieux, c’est l’extrême gauche anarchiste-populiste.

Cette extrême gauche domine la scène politique du pays depuis 1986 date qui a marqué la fin de Jean-Claude Duvalier et non la fin du duvaliérisme comme veulent le prétendre certains nostalgique duvaliéristes.

Néanmoins, il bien reconnaitre que depuis 1991, c’est le grand courant Lavalas qui a dominé la scène politique aux côtés des duvaliéristes macoutes et jeanclaudistes.

C’est ainsi que nous avons la première période de 7 février 1991 au 30 septembre 1991 puis, du 15 octobre 1994 au 29 février 2004.

Cependant si nous nous voulons compter toutes les périodes Lavalassiennes, nous devons considérer tout le long règne de René Garcia Préval   19 février 1991 au 11 octobre, 7 février 1996 au 7 février 2001 et 14 mai 2006 au 14 février 2011.

à suivre …

Hermann Cebert

Publicités


LETTRE-HOMMAGE DE MICHELE B.DUVALIER A MICHEL STEPHANE BRUNO


Photo de Michele Bennett Duvalier.
Photo de Michele Bennett Duvalier.

LETTRE-HOMMAGE DE MICHELE B.DUVALIER A MICHEL STEPHANE BRUNO
————————————–
Cher Stephane,

Je ne te connaissais pas. J’ai appris ta mort brutale par les reseaux sociaux en fin d’apres-midi. Et je me suis dit encore un assassinat en Haiti. Mais en regardant ton profile sur facebook, j’ai realise que je t’ avais fait la demande d’ etre ton « amie » il y a tout juste 2 jours car on a 16 « amis » en commun et tu n’as pas eu le temps de me repondre.

Comment pourrais-je rester indifferente a ton deces, Stephane, toi qui a failli etre mon ami?

Quand je regarde de plus pres ton profile, tu viens d’avoir 42 ans,tu es marie a Mica et vous avez deux enfants en bas age.
En lisant plus loin, j’ai ete impressionnee par ton curriculum vitae. Des etudes scolaires et universitaires brillantes. Tu t’es specialise dans les hautes technologies particulierement le secteur des mobiles. D’ailleurs tu etais jusqu’a hier soir le Directeur Executif du Departement Digital de la Sogebank, apres avoir aide le Gouvernement de Madagascar a mettre sur pied le paiement par mobile. Tu as occupe des postes tres importants a l’UNDP (ONU) et a l’USAID.
Je prefere m’arreter la, car tu pourrais faire des jaloux dans le milieu professionel.

Mon cher Stephane, mon ami, ne m’en veux pas de te feliciter que maintenant pour ton parcours professionnel, car on s’est rate de 2 petits jours pour que tu m’acceptes comme « amie ».

Stephane, je te demande pardon. Pardon pour ceux qui t’ont lachement assassine! Je te demande pardon, car tu ne pourras pas voir grandir tes enfants, Elo et Loic. Pardon car tu ne pourras plus serrer ta femme, Mica, dans tes bras. Pardon, car tu as ete enleve a ta mere, Anne-Marie, qui comme toutes les meres, etait ton recours, ton abri, ta consolation.
Et enfin, Stephane, Haiti, ton pays que tu aimais tant, puisque tu y es revenu pour y travailler et y faire ta vie, Haiti te demande pardon, car ils sont devenu fous! Combien
d’hommes, de femmes, d’enfants, anonymes ou connus sont assassines chaque jour dans notre beau pays ou il faisait si bon de vivre? Oui, Haiti vous demande a tous ceux la, pardon aussi.

Mon ami, je te dis adieu. Adieu sans meme t’avoir connu, car je suis persuadee qu’on aurait ete les meilleurs amis sur facebook. J’aurais vu grandir tes enfants, regarder tes photos de famille et celles de tes voyages, car comme tu le dis sur ta page tu aimais voyager et visiter le monde. J’aurais pu te mettre des « like » sur toutes tes photos. Je vais te faire sourire de la-haut, mais j’adore mettre des « like », car cela fait toujours plaisir a nos amis de facebook, et bien sur a moi aussi.

Stephane, ne m’en veut pas d’etre si bavarde et permets moi de presenter toutes mes condoleances emues a ta famille.

Bon voyage Stephane.

Ton amie,
Michele

Michele B. Duvalier
Paris, France

Le 16 Juin 2016


Pourquoi Moïse n’était-il pas entré à Jérusalem? Comment comprendre l’ultime geste patriotique de Moïse?


Le philosophe éveillé

J’exprime
Dieu

La bible a été le premier livre fantastique qui m’a permis de voir le monde différent de ce que je vivais quotidiennement durant mon enfance. Et, je ne sais pas vraiment combien de fois je l’ai lu et relu ce jusqu’à aujourd’hui encore. C’est le seul livre que tu trouveras dans toutes les familles haïtiennes pour ne pas dire comment il est accessible à tous. Dans certaines églises d’Haïti, on la donne et on la distribue habituellement gratuitement dans toutes les sortes de version.  Certaines confessions religieuses la publient souvent en deux versions soit l’ancien testament et soit le nouveau testament.

En plus de son accessibilité à tous, qui m’a permise de la lire régulièrement et souvent, j’aimais surtout les personnages comme Moïse, Aaron, Jésus, Abraham, Noé, Judas, Paul , Mathieu, Adam, Ève, Caïn, Abel, Jean Le Baptiste, Marie, Marie-Madeleine, David, Salomon pour ne citer que quelques uns d’entre eux.

À vrai dire, étant donné qu’il s’agissait du premier livre en français que j’avais accès et que je pouvais trouver n’importe où pour terminer une lecture et une histoire en particulier, j’apprenais en même temps aussi mon français. D’autant plus, je lisais souvent la bible à haute voix car, ma mère aimait m’entendre la lire parce que disait-elle, celui ou celle qui l’écoute lire la lit également sans oublier, ajoutait-elle aussi, en lisant pour les autres la bible on se bénit personnellement.

Il est vrai que cette bible était mon principal professeur de français, mais je ne comprenais pas toujours les diverses tournures de styles avec lesquels la bible est écrite que je trouvais un peu trop savant pour mes niveaux de compréhension du français. Cependant, étant donné que je suis curieux depuis toujours et que déjà pour mes jeunes âges, j’avais souvent des questions sur des sujets et des récits que je trouvais soit impossibles à réaliser ou soit que je ne pouvais pas accepter comme véridiques.

Voilà pourquoi, c’était donc très jeune que je commençais à aller fréquenter personnellement toutes les églises de Port-au-Prince, allant de l’Église Saint-Antoine de l’avenue jules Poupelard, en passant par l’Église Protestante les Méthodistes Libres, La Salle du Royaume des Témoins de Jéhovah sans oublier l’Auditorium Adventiste de la rue Capois au Champs de Mars ainsi que les Églises Mormons de l’avenue Henri Christophe juste à côté de la rue Magny.

Évidemment, il est inutile de mentionner qu’avec ma mère j’ai visité toutes les églises de Port-au-Prince ainsi que tous les grands lieux de pèlerinage comme Calvaire miracle, Saint-Antoine de Godé, Vierge Alta Grâce de Delmas, Mont-Carmel, Croix de pré etc…

Partout j’y allais, je profitais pour questionner les prêtres, les sœurs, les diacres et les adultes sur les histoires bibliques que j’avais lues et sur les personnages de ces histoires. Devant mes insatisfactions des réponses reçues des adultes qui ne savaient souvent pas grand chose de ce je voulais savoir mais aussi des religieux qui en se souciant de me simplifier tellement leurs explications je commençais à me construire moi-même des réponses lorsque cela me paraissait plus ou moins évident et,  à en douter de certaines histoires et de certains héros.

Plus tard j’avais surtout pris l’habitude de m’adresser directement à Dieu en lui disant de me faire comprendre certaines choses et de me manifester sa présence en me faisant savoir s’il était là à mes côtés et dans tout ce que j’entreprenais.  J’avais développé des liens étroits avec Dieu et je gardais pour moi seul toutes les solutions et les réponses qu’il me donnait et pour lesquelles je croyais avoir  cessé d’avoir des doutes. C’était notre secret intime et personne d’autre que moi ne pouvait y pénétrer.

De plus en plus je les interprétais comme une sorte d’intuition, une idée nouvelle mais c’est surtout en dormant, disons plutôt, juste avant de m’en dormir, je prenais l’habitude de poser une ou plusieurs questions à Dieu. Et, sans demander à personne de me croire, presque à tous les soirs je me retrouvais en séance de formation. Il y avait toujours un professeur, une sorte de savant tantôt homme et tantôt femme qui m’enseignais quelque chose de différent. D’ailleurs, jusqu’à aujourd’hui encore je fais ce genre de rêve où je me vois en train de suivre un enseignement sur toutes les questions qui me préoccupent et pour lesquelles je n’ai pas de réponses personnellement.

De plus en plus je croyais en moi et lorsque je disais quelque chose dans la grande majorité des cas non seulement que j’étais très convaincu de ce que je disais mais mieux encore, on ne pouvait pas me faire changer d’avis parce que c’était des sujets que j’avais souvent entendus au cours de mes sommeils. Cependant, cela causait souvent des animosités avec certains amis voir des oppositions frontales par le fait que nombre d’entre eux n’étaient pas très souvent convaincus de ce qu’ils disaient et moins encore d’en avoir une certaine certitude de ce qu’ils disaient.

Revenons à la Bible et surtout aux personnages bibliques car c’est le sujet que je veux traiter dans le cadre de cet article plus particulièrement le dernier geste de Moïse, sa décision de contempler au loin Jérusalem mais de ne pas y pénétrer alors qu’il était l’architecte et le leader naturel de cette nouvelle terre.

Pourquoi Moïse avait-il préféré choisir Aaron et Josué pour conduire le Peuple Juif vers cette terre promise et ne pas s’y rendre lui aussi. Il est vrai que cette histoire a été enjolivée avec toutes les ornements dont les juifs sont capables surtout lorsqu’ils disent que Moïse a été élevé vers le Ciel de la même façon pour Abraham, Élie, Marie et Jésus.

Évidemment, plusieurs hypothèses s’offrent à nous pour comprendre ce geste mais une chose nous parait plous certaine comme explication probable à ce geste Hautement politique, fondamentalement stratégique et patriotique et ultimement divin de la part de cet enfant que la mère juive avait abandonné dans un corbeille sur le Nil, puis récupéré par une reine d’Égypte  qui allait le grandir, l’éduquer de façon royale.

Toute l’histoire de vie de ce Géant de l’histoire est fantastique et même romanesque d’autant en plus, il a fait des choix déchirants dans sa quête identitaire jusqu’à se découvrir Juif et non Égyptien pour plus tard endosser sur ses épaules toute la cause de la libération du peuple juif qui, à cause de la misère, s’était fait esclave en Égypte.

De plus, malgré tous les privilèges qu’il avait à la Cour du Pharaon, il avait préféré se rebeller contre le Pharaon pour épouser de tout son cœur et de toute son âme cette cause de la libération sur la seule base de sa Grande Foi que Dieu lui aurait choisi pour mener cette lutte. Mais ses racines identitaires étaient beaucoup plus importantes à ses yeux qu’il avait accepté de tout perdre car, la libération du peuple juif devenait le premier de tous ses choix.

En fait, je devais dire son unique choix puisqu’il était devenu par ses engagements, le peuple juif lui-même. Même s’il s’était souvent trompé de la meilleure stratégie à adopter comme  l’utilisation de son bâton pour prouver au Grand Pharaon le pouvoir de son Dieu, il a dû tout apprendre sur l’état et plus particulièrement la maîtrise de son pouvoir Divin.

D’ailleurs, pour reprendre la partie fantastique qui a caractérisée sa maîtrise des forces qu’il se croyait en avoir, c’est l’idée qu’il aurait fendu la mer avec son bâton pour se frayer un passage à travers les eaux avec le seul pouvoir de son bâton en vue de permettre au peuple de traverser de l’autre côté de la rive et éviter du coup de se faire attraper par la grande armée du Pharaon qui était partie à sa reconquête.

Pour revenir à l’idée des hypothèses sur le choix ultime de Moïse de ne pas entrer à Jérusalem, j’aimerais supposer que Moïse était en âge très avancé et de ce fait, il se savait incapable physiquement de se rendre jusqu’à la nouvelle terre. Par conséquent, il savait reconnaitre ses propres faiblesses de telle sorte qu’il pouvait se dire qu’il fallait mieux confier la conduite du peuple par des jeunes leaders qui s’étaient montrés capables et ayant assez de vigueur pour gouverner le peuple compte tenu également qu’il avait déjà les lois qu’il avait été cherchées sur la montagne comme principe et lois devant aider les jeunes leaders à gouverner le peuple.

La deuxième hypothèse selon laquelle Moïse ne s’est pas rendu à la terre promise serait qu’il avait sa famille en Égypte, et qu’il était trop amoureux de sa femme, par conséquent il aurait promis de retourner vers elle une fois qu’il aurait été sûr que le peuple juif était hors de tous les dangers que l’armée égyptienne aurait pu représenter pour eux étant donné que ce peuple n’était pas vraiment armé. Si tel était donc le cas, on pourrait dire que Moïse aurait préalablement négocié le départ du peuple juif puisque ce peuple représentait un véritable danger pour la stabilité et l’économie de l’Égypte des Pharaons.

En d’autres termes, sur le plan politique, Moïse aurait joué un double rôle dans la libération du peuple Juif celui d’être le libérateur du peuple juif et également, celui qui aurait débarrasser l’Égypte de ses ennemis de l’intérieur. Pour cette dernière, on pourrait citer l’ensemble des phénomènes surnaturels qui se produisait dans le pays et qui étaient considérés par les juifs comme des signes de la vengeance du dieu juif contre le peuple égyptien. à titre d’exemple, on pourrait citer la mort des premiers nés égyptiens, la pollution des eaux par les sauterelles et le changement de couleur des eaux égyptiennes. De ce point de vue, il serait fort probable que Moïse aurait démontré au Pharaon que seul le départ de ces juifs permettrait la continuité du régime et la stabilité du pays dans son ensemble.

La dernière thèse que j’accepte de reconnaitre bien qu’elle soit également utopique dans son ensemble, c’est l’élévation de Moïse que je pourrais également associer à sa mort tout simplement en chemin vers la nouvelle terre promise.

En effet, bien que je sois vraiment pas d’accord avec elle, en se rendant sur la montagne où Moïse semblait avoir entendu la voix de Dieu lui dictant les dix commandements qu’il avait sur les tables et dont il a voulu partager avec le peuple mais compte tenu le temps qu’il a passé dans cette montagne, à son retour parmi le peuple qu’il avait trouvé toutes les sortes d’adoration du taureau et qui était contraire à ces dix commandements.

Devant ce qu’il appellera la perversion du peuple contre le Dieu unique à qui il vient de s’adresser et qui lui avait confié ces lois, dans sa grande colère habituelle Moïse avait décider de lancer ces tablettes contre le peuple ce qui, selon les récits, aurait déchiré la terre pour engloutir Nathan et tous ceux qui s’adonnaient à ces rituels anciens des juifs. De ce point de vue, avec crises de colères répétées de Moïse, on pourrait supposer que ce dernier avait perdu la confiance du peuple étant donné la dureté avec laquelle il entendait s’imposer sur le reste du peuple.

Par conséquent, et si tel fut le cas, il semblerait plus évident que les Jeunes Josué et Aaron jouissaient d’une bien plus grande autorité et de compréhension de le Vieux Moïse qui était peut-être dépassé par la dynamique de compréhension que lui imposait la réalité de son propre mouvement.

En effet, c’est une réalité de tous les grands leaders historique qui ont initié de grands mouvements de changements et de libération des peuples. Certains individus des masses ont tendance à devenir impatients alors que d’autres sont souvent trop en avance sur le mouvement lui-même.

Ainsi, les peuples à libérer tendent souvent à s’opposer à la légitimité de leurs chefs en les poussant souvent à céder leurs places à d’autres qui jouissent d’une certaine sympathie des grandes foules.

De ce fait, s’il s’avérait que ce soit ça le problème qui avait été imposé à Moïse, on pourrait croire que Moïse aurait opté pour céder sa place aux Jeunes qui avaient été plus appréciés par la population et dans ce cas, il se serait remonté sur la montagne pour aller réfléchir de la meilleur stratégie à adopter et les meilleurs décisions prendre en vue de faire respecter son autorité par le peuple. Or, sachant très bien que Moïse était en âge déjà très avancé, on pourrait croire, qu’il serait effondré en faisant une chute dans les falaises pour s’écraser au pied de ces falaises et, compte tenu de la discipline qu’il avait imposée en ce qui concerne son lieu de retraite, personne n’a pu le revoir donnant ainsi naissance au mythe de son élévation vers les Cieux. Franchement, cette hypothèse est probable voire très probable pour cette époque.

Malgré tout peu importe ce qui s’est réellement passé, je ne peux ni être très certain ni être trop incertain en ce qui concerne la Mort ou l’Élévation de Moïse. Toutefois, une chose est certaine en ce qui concerne Moïse et c’est la grande Leçon que tenais à mettre au clair dans le rôle que Moïse avait joué dans l’histoire de la libération du peuple juif, il n’est pas entré à Jérusalem, il a contemplé au loin la terre promise et il n’est pas rendu.

Par conséquent, ce que nos leaders politiques haïtiens devaient tirer comme leçon de ce grand Leader Plus Grand que nature qui a initié le vaste mouvement de libération de tout un peuple c’est que parfois, même si on est les initiateurs d’un mouvement, on peut ne pas voir la fin de notre œuvre.

L’histoire est ainsi faite, parfois nous devons céder nos places et nos rôles de premier plans aux plus jeunes car nous devenons usés et nous devenons trop conservateurs de nos propres idées de changement que les événements rendent caduques et dépassées compte tenu de la dynamique de l’histoire elle-même.

En Haïti, j’en ai vu plusieurs leaders qui étaient de vrais révolutionnaires qui, à force de vouloir tout contrôler et tout profiter des mouvements qu’ils ont eux-mêmes initié, devenir de vrais réactionnaires retardant ainsi les luttes de libération des peuples qu’ils se disent pourtant aimer. Passer le flambeau aux autres, aux plus jeunes parce peuvent voir nos propres erreurs, nos propres échecs et qu’ils sont mieux préparés par nos enseignements à faire avancer nos causes et nos luttes.

à suivre…

Hermann Cebert


Le Parlement d’Haïti peut-il développer son contrôle de l’Exécutif en ratant cette occasion de remplacer le président provisoire Jocelerme Privert?


Le philosophe éveillé

J’exprime
Dieu

En Haïti, le Pouvoir Exécutif a toujours été fort, au moins depuis François Duvalier. Au commencement, c’était un Exécutif uni-céphalée  avec la toute puissance du Président de la République et depuis la Constitution de 1987, nous commençons à avoir un Exécutif bicéphale où le Président partage le pouvoir avec son Premier Ministre qui est le principal chef du gouvernement.

Malheureusement, depuis l’empire de la constitution de 1987, tous les présidents qui se sont succédés ont toujours contrôlé à la fois le Pouvoir exécutif que les autres pouvoirs. Les président ont toujours choisi et imposé leurs propres premiers Ministres au parlement et aucun premier ministre n’a déjà été défait par le parlement parce que selon certains, les parlementaires haïtiens sont des corrompus, ils acceptent toujours de l’argent pour leurs votes et qu’ils sont surtout des individus sans caractère et dépourvue de conscience morale et politique.

L’accord du 6 février 2016 entre le Parlement  Haïtien et le Président Joseph Michel Martelly qui était arrivé au terme de son mandat de cinq ans, qui a permis aux parlementaires haïtiens de jouer leur principal rôle de contrôle sur l’Exécutif Haïtien en évitant le chaos et le vide institutionnel en permettant à Jocelerme Privert de devenir Président provisoire de Haïti.

Or, malgré le côté provisoire et éphémère de la présidence dont Jocelerme Privert a la charge actuelle compte tenu de la durée même de son mandat, encore une fois, avec le résultat de sa propre commission d’évaluation des élections de 2015, le choix et l’annonce de la date de la reprise des dernières élections par Jocelerme Privert montre très clairement que la toute puissance du Président du pays même en situation de régime provisoire n’est pas prête à disparaitre dans le pays.

Pourtant, même avec la résistance du despotisme de Privert Jocelerme en terme du contrôle de tous les pouvoirs dans le pays par un seul homme, le parlement haïtien s’est montré dernièrement lorsque l’argent ne dominent par les stratégies des députés et les sénateurs formant l’assemblée nationale et le parlement haïtien, que ce dernier peut choisir de lever sa tête et empêcher la volonté du président de dominer sur tous.

C’était le cas pour le rejet du choix de Fritz Jean comme premier ministre que Jocelerme Priver6t avait de facto choisi et désigné pour être le premier ministre de son gouvernement. Ce rejet nous avait montré que des changements son possibles dans ce pays, mais pou les opérer, il faut à nos législateurs du courage, de la volonté et surtout du caractère qui fait cruellement défaut aux politiciens haïtiens.

Cela étant dit, et l’histoire est bien là pour le témoigner, peut-on croire pour cela, que ce même parlement qui avait fait preuve de caractère par le rejet de Fritz Jean qu’il avait infligé à Jocelerme Privert,  pour pouvoir faire encore l’histoire en décidant de renverser le président provisoire Jocelerme Privert dont le mandat arrive à terme le 14 juin 2016 compte tenu que celui-ci n’a pas livré les élections dont il avait la responsabilité d’organiser pour le déblocage du pays?

Des députés avec la stature de Sylvio Claude qui était seul et le seul à pouvoir se tenir debout contre le duvaliérisme et le jean-claudisme les plus abjectes comme régimes autoritaires ne peuvent pas actuellement exister au sein de l’actuel parlement d’Haïti parce qu’ils vont tous s’incliner devant Jocelerme Privert.

Je peux même imaginer comment le Saint-Martyre Sylvio Claude doit être en train de se moquer de moi là où il est finalement en paix avec lui-même en me voyant espérer des miracles au sein de ce parlement corrompu dont les députés et les sénateurs vont pouvoir se partager les 100 millions dollars que Jocelerme Privert semble avoir reçu de Nicolas Maduro et de Castro lors de la visite de ce dernier à Cuba dans le cadre de la rencontre des pays de la Caraïbe.

Évidemment, plusieurs sont ceux qui semblent également rapporter que le régime provisoire de Privert est en train de se baigner dans le trafic de la drogue et que ce gouvernement profite largement pour faire entrer aux États-Unis des centaines de tonnes de cocaïne en vue de financer leur maintien au pouvoir dans le pays. D’ailleurs, cela ne fait trop longtemps que les autorités américaines de Miami avaient même procédé à la saisi de plusieurs tonnes de cette même drogue dans les parties cachées d’un bateau.

Devant donc cet état de fait, où le régime provisoire de Jocelerme Privert cherche à tout prix à se maintenir au pouvoir en Haïti et où également c’est l’argent de la drogue qui financerait l’achat des votes favorables des parlementaires haïtiens en vue de prolonger le mandat de Privert jusqu’à février 2017, Haïti se balance entre un pouvoir d’extrême gauche illégal et illégitime et un pouvoir légal et légitime que les parlementaires seront obligés d’offrir en remplaçant ou en maintenant Privert au pouvoir.

Je veux croire que le parlement haïtien comprendra son rôle historique d’une part de se renforcer politiquement et institutionnellement face une la volonté délibérée de Jocelerme Privert de se garder continuellement au pouvoir. Toutefois tout en voulant croire à un tel miracle de ces parlementaires sans convictions et sans caractère, je dois quand bien même douter de mon propre souhait puisque personne dans ce parlement saisi assez bien la portée des objectifs de Jocelerme Privert.

D’ailleurs, selon certains proches du pouvoir en place, Privert et l’extrême gauche plurielle dont il fait partie et qui de fait également le supporte au pouvoir, vise à rendre ce parlement caduque comme l’avait conditionné Joseph Michel Martelly. Et, une fois rendu caduque en janvier prochain, il organisera encore et encore des consultations dans le but de procéder à des élections générales en collaboration et avec la complicité de tous les membres de ce conseil électoral.

Déjà, certains disent qu’il s’agit de passer le pouvoir à Maryse Narcisse faisant en sorte que ce soit Jean-Bertrand Aristide qui contrôle dans les faits le pouvoir qui sera confié à la candidate du Parti Fanmi Lavalas.

D’autres sont aussi convaincus que l’objectif suprême de Jocelerme Privert serait également de revenir au sénat toujours comme président de l’assemblée nationale et que les raisons pour lesquelles il n’y a toujours pas de président de la chambre du sénat seraient qu’il y aurait des ententes entre les autres parlementaires avec Privert lui-même par l’échange des faveurs et des postes clés dans l’administration publique haïtienne.

Quoiqu’il en soit, avec ou sans un vote de l’assemblée nationale d’Haïti en session extraordinaire, au soir du 14 juin 2016 le pouvoir de Jocelerme Priver devient illégitime et illégal.

Par conséquent, il lui faudra de toute façon une base légale pour poursuivre et cela doit obligatoirement passer par l’assemblée nationale. De plus, les anciens candidats à la présidence qui font partie de ce gouvernement provisoire devront se prononcer s’ils maintiennent leurs candidatures ou non et par conséquent également, en cette soirée du 14 juin 2016, c’est tout le régime provisoire qui devient inconstitutionnel.

En définitif, non seulement c’est le président provisoire qui perdra sa base légale, mais également automatiquement, tout le gouvernement tombe aussi. Sauf le premier Ministre Enex Jean-Charles qui remplace le président à cause du vide et de la vacance présidentielle qui sera créée au cas ce, dans les deux sens bien entendu, qu’il y ai vote ou non de l’assemblée nationale et ceci, réunie ou non en assemblée. Tandis, si Privert et son extrême droite plurielle décideraient de se maintenir au pouvoir, l’international ne maquera pas de le leur rappeler ce manquement d’autant que l’exemple de Martelly est encore vivant dans leurs esprit avec l’accord du 5 et 6 février 2016 qui avait accouché Jocelerme privert comme président provisoire pour 120 jours.

On est pas encore sortie de L’auberge!!!

à suivre…

Hermann Cebert


Les limites du nationalisme de pacotille de Jocelerme Privert: une histoire qui se répète


Au début du règne de Adolf Hitler, le peuple Allemand dans une grande majorité appuyait le fureur. Et, lorsqu’il dénonçait les juifs allemands comme responsable du mal et du malheur allemand, le peuple allemand était d’accord également avec Hitler car, les peuples sont souvent aveuglés par des discours populistes et démagogiques.

Il en était de même avec François Duvalier qui prônait le noirisme comme alternative au contrôle du pouvoir en Haïti par les mulâtres. Et comme Adolf Hitler, François Duvalier était très aimé par la grande majorité des haïtiens jusqu’à ce que Duvalier arrive à se proclamer président à vie en imposant sa dictature féroce dans le pays.

Par rapport à la situation actuelle dans laquelle se trouve le pays, Jocelerme Privert semble prendre les mêmes directions que tous les autres dictateurs ont pris avant lui, un consensus généralisé de tous les politiciens pacotilles du pays dans le seul but d’imposer son régime autoritaire.

Avec Hitler, on peut se rappeler d’un nationalisme économique et avec François Duvalier, on peut se rappeler d’un nationalisme ethnique fondé sur la couleur de la peau, soit le noir de la grande majorité des haïtiens.

De nos jours, on peut décoder le nationalisme de Privert sous trois angles distincts dont un nationalisme souverainiste qu’il cristallise par le financement des prochaines élections du deuxième tour des présidentielles; un nationalisme noiriste compte tenu qu’il a récupéré celui de François Duvalier en la personne de Rony Gillot et de Anthony Barbier; et enfin un nationalisme de pacotille qui trouve sa source dans une suite d’opposition stérile avec les idées de progrès de l’Occident que déjà Jean-Bertrand Aristide prônait avant et depuis 1991.

Dans les faits, nous savons tous que loin d’avoir un véritable nationalisme utilitariste et utilitaire pour la stabilité et le développement intégral du pays, le pseudo-nationalisme de Privert  n’a pour principal objectif dans un premier temps, du prolongement de son mandat jusqu’à Février 2017 et, dans un moyen et long terme, la prise et le contrôle définitif du pouvoir en créant des conditions mécaniques d’instabilité permanente du pays.

Devant ce plan macabre et les stratégies opportunistes et démagogiques du régime provisoire de Jocelerme Privert défini idéologiquement par le noirisme-duvaliérien et le replis sur soi lavalasso-aristidien nous, haïtiens de partout, devons dénoncer énergiquement ce grand complot de Jocelerme Privert contre les intérêts majeur de notre pays.

Du coup, nous devons empêcher ce retour en force de la dictature à deux têtes que Privert et son régime sont en train d’instaurer actuellement dans le pays. Les vrais amis d’Haïti doivent supporter réellement Haïti en ne se contentant pas seulement de critiquer ou de menacer de couper tous les financements du budget national de Haïti.

Tous ceux qui ne lèveront pas le petit doigt maintenant pour empêcher la naissance de cette dictature en Haïti seront considérés par la grande Histoire Haïtienne de complices et de criminels pour les divers crimes que ce régime s’apprête à orchestré dans le pays.

Selon certaines informations qui semblent circuler actuellement dans le pays, le gouvernement et Jocelerme Privert aurait déjà négocié plusieurs contrats d’exploitation minière dans le pays avec des groupes privés canadiens, avec des groupes privés Sud-coréen et américains et français. Sa visite à Cuba  sera pour lui d’empocher des millions et des millions de dollars en pot de vin pour les biens de l’État vendus.

 à suivre…

Hermann Cebert


L’assemblée nationale de Haïti votera-t-elle contre le prolongement du mandat de Jocelerme Privert?


Avec le résultat de la commission de l’évaluation des élections présidentielles de 2015 que Jocelerme Privert avait mis en place, tout pourrait indiquer la fin du grand rêve de Jocelerme Privert et la fin également de son mandat de président provisoire.

En effet, depuis son arrivée au pouvoir, Privert a tout fait pour se maintenir au pouvoir en se trainant les pattes dans tous les dossiers qu’il aurait réglé très facilement. On peut citer, la mise en place du conseil électoral provisoire; le choix d’un premier ministre et la formation d’un gouvernement représentatif des groupes de l’opposition. Malheureusement il a toujours préféré se faire passer pour le plus malin de tous les malins politiciens haïtiens.

En mettant sur place sa commission d’évaluations des élections dont il a dirigé à distance selon certains proches de son entourage, il vient de se trouver une fois de plus une autre argument pour se faire prolonger son mandat compte tenu de la Solution à la Salomon, c’est-à-dire un résultat sans aucun perdant, pour répéter le directeur de la Radio CPAM lors d’une discussion sur cette station de radio privée dont le directeur est également le propriétaire.

Si du côté de la gauche plurielle qui partage le pouvoir avec Privert on constate une grande satisfaction néanmoins, l’extrême droite pilotée par le PHTK de Joseph Michel Martelly dont leur candidat à la Présidence est Jovenel Moïse ainsi que les ambassades acceptent mal ce résultat compte tenu que le résultat oblige tout le monde à repartir à zéro. On efface tout et on recommence toutes les élections présidentielles.

Or, si pour la gauche plurielle et Privert c’est la meilleure solution pour les circonstances, avec l’absence du corps consulaire au Palais nationale de Haïti ainsi que leur silence qui c’en est suivi, on doit comprendre que les ambassadeurs-Perroquets se concertent présentement pour donner une seule réponse directe et sans appel à Jocelerme Privert.

Quelle sera cette réponse sans appel que les ambassadeurs perroquets vont devoir donner à Jocelerme Privert s’il est vrai qu’ils ne partagent pas les résultats de  la commission de l’évaluation de Privert?

Pour essayer de répondre à cette question, plusieurs scénarios semblent s’offrir à nous et les un les plus cyniques que l’autre.

En effet, le premier scénario serait que les ambassadeurs décident de refaire appel à Guy Philippe comme leur mercenaire habituel en lui demandant de réunir ses troupes et d’aller prendre Privert au Palais National comme ils l’ont déjà en 2002 contre Jean-Bertrand Aristide. Malheureusement, une telle solution n’est pas intéressante et ne convient pas pour le contexte actuel étant donné que le pouvoir en place n’a pas encore lâché ses bandits armés. Guy Philippe n’est pas de grande utilité à ce moment-ci.

Le deuxième scénario serait que les pays et plus particulièrement les présidents des pays qui sont accrédités en Haïti auprès du gouvernement de Privert décident d’appeler directement Jocelerme Privert pour lui demander de laisser le pouvoir sous menace de lui couper tous les financements dont ils sont bailleurs.

Malheureusement, là encore cela ne peut pas avoir de grandes conséquences sur le prolongement du mandat de Privert et qu’il pourrait leur demander pourquoi quitter le pouvoir alors que personnellement il n’est pour rien dans les décisions de la commission d’évaluation.

Étant donné que ces deux scénarios ne semblent pas nous offrir de solution alors, on pourrait supposer que la solution réside dans un vote du parlement puisque l’assemblée nationale a été convoquée pour discuter du prolongement du mandat de Privert, on pourrait s’attendre à ce que cette assemblée prenne la décision de ne pas prolonger le mandat de Privert en le remplaçant par le président de la Cour de Cassation ou tout simplement en laissant le premier Ministre Enex Jean-Charles de liquider les affaires courantes incluant l’organisation des élections.

Ce sera cette dernière option qui semble être plus probable en la circonstance parce que c’est plus facile pour les ambassades de faire pression sur les députés séparément en vue de les obliger un vote défavorable au pouvoir de Jocelerme Privert.

Et, si rien n’est fait en ce sens, il sera fort difficile d’empêcher l’instauration de la dictature de Privert dans le pays.  Au niveau international, on a déjà vue au Salvador le rôle du parlement salvadorien, celui du Brésil, celle du Venezuela et maintenant celle d’Haïti.

C’est en quelque sorte le nouveau visage de l’impérialisme internationale des américain pour renverser les régimes de gauche en Amérique.

 

à suivre…

Hermann Cebert