Comment comprendre les apparentes intolérances des Haïtiens vis-à-vis des homosexuels et au delà des intérêts économiques derrières les MassiMardi


Les homosexuels tendent à devenir de plus en plus le groupe le plus influent du monde en établissant leurs pouvoirs et leurs contrôles sur presque tous les gouvernements du monde.

Ce pouvoir supranational qu’ils tendent à se donner a été fait à partir d’un ensemble de mouvements dont la lutte des femmes pour leurs droits à l’égalité avec les hommes puis également, à partir des luttes pour les droits civiques des noirs aux États-Unis.

Néanmoins, c’est surtout avec leurs poids économiques et financiers dans les sociétés occidentales qu’ils se sont faits valoir leurs véritables pouvoirs sur et dans ces sociétés non seulement en réclamant leurs droits au mariage, leurs droits à pouvoir se constituer en famille dont leur homoparentalité avec toutes les possibilités d’adopter des enfants ainsi que de pouvoir recourir à des mères porteuses.

Évidemment là où les homosexuels sont parvenus à s’imposer en tant que groupe dominant dans les sociétés occidentales c’est sans nul doute leurs pouvoirs économiques et financiers avec un pouvoir d’achat assez enviable par n’importe quel autre groupe.

Ainsi, avec leur pouvoir économique, les homosexuels représentent actuellement la principale cible de tous les grands opérateurs du tourisme mondial et, c’est principalement sur cette base qu’ils ont pu obtenir tous les supports nécessaires pour organiser leurs défilés d’affirmation et de fierté en tant qu’homosexuels un peu partout dans les grandes villes occidentales.

Malgré tout, et malgré surtout les différents privilèges qu’ils ne cessent d’avoir en Occident, ce groupe rencontre encore certaines résistances par des groupes religieux et conservateurs en Occident même où on leur à déjà concédé leurs principaux droits dont j’ai mentionné quelques uns plus haut.

Autrement dit, même si les homosexuels remporté certaines grandes victoires en terme de reconnaissance de plusieurs de leurs droits à la différence à l’égalité, aujourd’hui encore, ce dans la grande majorité des pays occidentaux où ils ont acquis ces droits, nombreux sont des groupes conservateurs qui continuent de les contester parce que jugés non conformes aux traditions judéo-chrétiennes de ces sociétés occidentales.

À titre d’exemple, on peut citer la société Israélienne où l’on a vu des juifs s’opposer aux défilés des homosexuels juifs, c’est le cas pour la France où des milliers de manifestants sont descendus dans les rues pour s’opposer à certains droits de ces homosexuels et, que dire pour les États-Unis dont plusieurs États ne reconnaissent pas encore leurs droits au mariage.

Dans les pays arabes et maghrébins ainsi que dans la grande majorité des pays africains où les traditions, les coutumes et les us sont complètement à l’opposé de ceux des pays occidentaux, les droits des homosexuels sont pratiquement ignorés par les populations de ces sociétés et cela va prendre plusieurs décennies encore avant ces derniers puissent arriver à se faire valoir des droits.

Toutefois, comme je l’ai ci-haut mentionné, en tant que groupe qui tend à s’imposer sur l’ensemble des pays occidentaux avec des embranchements dans tous les pays compte tenu également parce que de plus en plus d’homosexuels s’affirment dans tous les pays du monde, on peut déjà imaginer comment ils finiront par imposer leur présence sur le système politique, économique et social mondial en travestissant les règles et les relations économiques et politiques entre les nations du monde.

En attendant cet état de fait, c’est surtout en Occident que ces derniers arrivent à s’imposer véritablement, après avoir été discriminés et marginalisés par les peuples occidentaux qui semblent pourtant leur reconnaitre tous les droits que l’on pouvait dire inimaginables il n’y a même pas une vingtaine d’années.

Cependant, c’est au delà des frontières occidentales, plus particulièrement à travers les coopérations internationales, compte tenu de leurs grandes influences, que les homosexuels arrivent à exporter leurs luttes et leurs mouvements vers des pays où la sexualité et l’homosexualité sont encore considérés moins comme des tabous mais plus précisément  comme du domaine privé, intime et personnel.

Dans le cas des MassiMardi qui semble diviser actuellement Haïti et, compte tenu des diverses prises de position de certaines ambassades, de certains hommes politiques, des autorités des diverses églises du pays, des responsables de la justice et des groupes de défenses des droits humains, tout semble indiquer que la société haïtienne se retrouve devant l’un des principaux démons qui l’empêche de se développer, l’influence de l’impérialisme Occidental.

À entendre tous les principaux acteurs dans ce dossier, incluant les leaders des MassiMardi, on pourrait tenter de dire que Haïti est devenu le pays le plus homophobe du monde ce, comme si en Haïti tous les homosexuels étaient tués à chaque jour parce que le peuple haïtien serait intolérant vis-à-vis de cette communauté des gais et des lesbiennes.

On a qu’à se rendre dans les marchés publics en Haïti pour se rendre compte du nombre de gais et de lesbiennes qui pratiquent le commerce du détail et qui semblent même contrôler une bonne part du commerce du pays.

Évidemment, je veux surtout parler de ceux-là qui se sont affichés mais il n’y a aucune statistique qui dénombre le nombre de ces gais et lesbiennes dans le pays. Cela devrait pouvoir signifier que ce groupe est toléré un peu partout dans le pays contrairement à autrefois où ils étaient battus, harcelés ou encore rejetés.

Ce n’était ni par la loi, ni par des défilés que la société haïtienne est parvenue à les tolérer mais par la proximité et le respect. D’ailleurs, depuis l’arrivée des casques bleus dans le pays et compte tenu de la grande pauvreté qui ravage le pays, on peut constater qu’il y a de plus en plus de prostitution masculine et féminine homosexuelle qui se développe dans le pays.

Ce qui se traduit par une nette augmentation du nombre de gais et de lesbiennes dans le pays et fort probablement, on ne pas affirmer avec certitude qu’il s’agit des personnes qui sont naturellement homosexuelles mais plutôt des homosexuels de circonstance voire même des homosexuels économiques.

Voilà en quelque sorte ce qui semble dégagé comme un peu irritant dans la société haïtienne. Cela étant, ce qui semble paraitre comme une certaine intolérance ce ne sont pas les homosexuels dont toutes les familles haïtiennes ont dans leurs seins de près ou de loin, mais le risque de la pédophilie qui fait peur partout dans le monde y compris les sociétés occidentales qui ont serré très fortement la vis sur ceux qui s’adonnent à la pédophilie.

Malheureusement d’un côté ou d’un autre ce qui semble se dégager ressemble beaucoup plus à une très grande incompréhension des uns et des autres. D’une part, ceux se disent lésés dans leurs droits n’ont pas choisi la bonne bataille et d’autre part également, ceux qui se disent s’opposer aux droits des gais et lesbiennes n’ont pas choisi la bonne bataille.

En effet,  du côté des  gais est lesbiennes, si ces derniers avaient compris leurs véritables enjeux dans la société haïtienne, ils se seraient adaptés à la culture haïtienne, aux réalités haïtiennes mais surtout, ils auraient pu choisir le bon moment et la bonne période pour s’affirmer contrairement à cette dernière fin de semaine du mois de septembre.

Non pas qu’ils ne pouvaient pas choisir cette période, mais que cette période ne correspond pas aux traditions haïtiennes. Ce sont des gens qui n’ont aucune notion de l’histoire de ce pays. Tout ce qu’ils font c’est de copier ce qui se fait à l’étranger sans tenir compte de l’histoire, des traditions, des coutumes et des habitudes de ce grand pays.

Puisque c’est à la mode dans les grandes ambassades, ils vont chercher du financement qu’ils obtiennent sans difficulté et là, ils arrivent avec des projets qui ne correspondent pas aux divers attentes de la grande majorité du peuple haïtien. Évidemment, que voulez-vous, ils sont toujours déconnectés avec l’ensemble des réalités du pays.

Pourtant, si les organisateurs des Massimardi avaient juste pris le temps de faire un peu de recherche sur l’histoire de la tolérance du peuple haïtien, sans heurter personne puisque depuis toujours les gais et les lesbiennes mais beaucoup plus les gais que les lesbiennes avaient des traditions d’organiser leurs parades chaque année dans le pays bien avant que les Occidentaux aient accordé, chez eux, des droits à leurs homosexuels.

D’ailleurs, je me souviens lorsque j’étais jeune, qu’il y avait un groupe de gais et de lesbiennes qui avait leur propre groupe de bande à pieds qui prenait part chaque année aux activités carnavalesques du pays. C’était un groupe qui venait du Bel-air et il parait même qu’ils existaient depuis très longtemps déjà dans le pays.

Il est vrai qu’ils étaient des objets de curiosité pour plus d’uns ou encore, qu’ils étaient très banalisés voir même sujets de certaines moqueries cependant, ils étaient tolérés puisque les Mairies leur accordaient des financements comme n’importe quel autre groupe à pieds qui participaient aux défilés du carnaval.

Autrement dit, s’il n’y avait pas d’autres intérêts économiques, d’autres intérêts de pouvoir et d’influence en arrière du mouvement des MassiMardi, les leaders de ce mouvement auraient pu faire coïncider leurs défilés avec la grande période carnavalesque dont ils ont toujours l’habitude de participer.

Mais non, les sommes d’argents que le groupe Focal a reçu ont été budgétisées par conséquent, il faut tout dépenser avant la fin de l’année budgétaire. Voilà pourquoi, ils se sont réveillés un bon matin qu’ils décident finalement de financer cette activité n’importe quand, n’importe où sans aucune recherche sur l’histoire des gais et des lesbiennes dans le pays.

Par ailleurs,  l’une des premières questions qui semblent  se poser aux groupes antagoniques c’est la suivante:

Est-ce que c’est d’une très grande urgence de poser les  problèmes des droits des gais et lesbiennes en Haïti actuellement par rapport aux autres problèmes qui semblent être d’extrêmes urgences comme la pauvreté, la salubrité du pays, l’électrification du pays, la création d’emplois pour les jeunes et les femmes etc.?

 La deuxième question qui semble se poser également aux groupes opposés est la suivante: Est-ce qu’on a peur des homosexuels ou plus particulièrement les pédophiles compte tenu que tout le monde semble surtout poser les enfants au cœur de leurs interrogations?

Sans prétendre avoir la réponse à ces deux questions essentielles dans cette tempête dans un verre d’eau, je veux croire qu’il y a plus un problème avec les uns et les autres sur les thèmes en discussion et qui les opposent. Partout dans le monde les parents peuvent s’inquiéter sur l’environnement dans lequel doivent grandir leurs enfants.

En Haït, compte tenu de la grande misère qui fait rage dans le pays, et également compte tenu du développement de la prostitution homosexuelle et la pédophilie qui se développe dans le pays, ce n’est pas exagéré de regarder les divers défis auxquels les jeunes du pays peuvent être exposés.

Ce n’est ni par des manifestations d’affirmation, ni par des restrictions que l’on pourra arriver à enrayer les risques d’abus auxquels les jeunes qui vivent dans la pauvreté un peu partout dans le pays. C’est à travers des politiques d’emplois, de promotion des droits de tous que l’on pourra arriver à certaines solutions.

Ce qui semble cacher derrière la volonté d’organiser des parades des gais et des lesbiennes parait beaucoup plus à des intérêts économiques et financiers dont les secteurs hôteliers et touristiques seront ou sont déjà les premiers bénéficiaires.

Loin de tous les droits des homosexuels dans cette affaire des MassiMardi, c’est l’argent des touristes homosexuels que les industries hôteliers et touristiques veulent gagner dans cette affaire. Chaque année, c’est des millions de dollars que ces gens dépensent lorsqu’ils viennent participer ou assister à la fierté des gais à Montréal, au Gay Pride de Toronto. C’est ce intérêt inavoué qui est incrusté dans le mouvement des MassiMardi.

Hermann Cebert

Publicités