Les ravages de la tempête Matthew en Haïti


Haïti : le chaos après la tempête

À Haïti, touché mardi matin, les conséquences du passage de l’ouragan ont été dévastatrices. Des milliers de résidents ont dû être évacués et sept décès ont déjà été rapportés. Des vents de 230 km/h ont été enregistrés au passage de l’ouragan. Des arbres et des câbles abattus jonchent les routes et compliquent l’accès et l’intervention des équipes de secours. Les communications ont aussi été coupées avec une partie de l’île suite à l’effondrement d’un pont.

Les élections présidentielles ont même dû être reportées. C’est le plus puissant ouragan (catégorie 4) à toucher Haïti en 52 ans, Cloe étant le dernier en 1954.

En République Dominicaine, ce sont plus de 230 millimètres de pluie qui sont tombés. Les deux pays, qui partagent la même île, déplorent un total provisoire de 17 morts.

Le pire depuis 2007

Matthew est l’ouragan le plus important dans l’Atlantique depuis Felix en 2007. Matthew a atteint le stade le plus élevé sur l’échelle de Saffir-Simpson (catégorie 5) de vendredi à samedi, ce qui en fait également le plus intense depuis le début de la saison.

C’est le quatrième à atteindre ce niveau dans l’Atlantique durant le mois d’octobre depuis 1950, après Haïti en 1961, Mitch en 1988 et Wilma en 2005.

Sa rapidité de développement est également marquante : il est passé de tempête tropicale à ouragan de catégorie 5 en 36 h : la vitesse de ses vents a augmenté de 130 km/h en l’espace d’une journée. Historique

La tempête tropicale Matthew s’est développée le jeudi 29 septembre en milieu de journée, passant d’onde tropicale avec des vents de 65 km/h à tempête tropicale, accompagnée de vents de plus de 100 km/h.

Durant la matinée de vendredi, Matthew a atteint le statut d’ouragan de catégorie 3 avec des vents de plus de 185 km/h puis brièvement la catégorie 5 entre vendredi et samedi avec des vents de 260 km/h.

Avant de devenir un ouragan, Matthew a balayé notamment la Martinique et la Barbade avec des vents violents qui ont parfois atteint 150 km/h, en plus de déverser plus de 200 mm de pluie sur certains secteurs, causant des inondations.

Des vagues de plus de quatre mètres ont été observées, endommageant des bateaux le long des côtes

Ouragan Matthew : la moitié sud d’Haïti coupée du reste du pays

La moitié sud d’Haïti, région la plus affectée par l’ouragan Matthew, était isolée du reste du pays après l’effondrement d’un pont, mardi 4 octobre à midi, ont précisé les autorités.

« La route nationale nº 2 est coupée à hauteur de Petit-Goave après l’effondrement du pont La Digue, a indiqué Edgar Célestin, porte-parole de la protection civile haïtienne. Une réunion de crise est en cours pour rétablir l’accès, mais trouver une déviation ne va pas être aisé. »

Cette route est l’unique axe reliant la capitale Port-au-Prince à la péninsule sud du pays, la plus affectée par le passage de l’ouragan. La hausse du niveau de la mer et les pluies diluviennes avaient causé d’importantes inondations dans la région dès dimanche après-midi.

Dans la moitié sud d’Haïti, les moyens de communication ont été sévèrement endommagés par les rafales de vent soufflant jusqu’à 240 km/h. Totalement interrompu pendant une dizaine d’heures, le réseau téléphonique commence lentement à être rétabli.

« Il est encore pour l’heure impossible de dresser un bilan et de connaître l’étendue des destructions causées dans la zone par le passage du cyclone », a repris Edgar Célestin en début d’après-midi mardi. « Nous ne pouvions plus contacter nos équipes et elles ne pouvaient pas sortir sur le terrain en raison du danger. »

Au moins trois morts

Un premier bilan provisoire faisait état d’au moins trois morts, mardi en milieu de journée. Des dizaines d’habitations ont été endommagées et des milliers de personnes évacuées.

Le Centre national des ouragans (NHC) aux Etats-Unis a précisé dans son dernier bulletin que l’ouragan, le plus menaçant dans la région depuis 2007, avait touché terre vers 7 heures locales près de la commune des Anglais, dans l’ouest d’Haïti.

Au total, 9 280 personnes ont été évacuées dans les écoles, églises et autres centres communautaires, a précisé Guillaume Albert Moléon, porte-parole du ministère de l’intérieur. « C’est la pire tempête qu’Haïti ait connue depuis des décennies et les dégâts seront sans aucun doute significatifs », s’est pour sa part inquiété Marc Vincent, représentant d’Unicef en Haïti. « Plus de quatre millions d’enfants pourraient être exposés aux dégâts de l’ouragan », a également alerté l’organisation dans un communiqué.

De nombreux villages risquent d’être inondés, de même que les bidonvilles de la capitale Port-au-Prince : près d’un mètre d’eau pourrait s’abattre sur les collines dénudées par la déforestation et ainsi vulnérables aux glissements de terrain et aux crues soudaines.

A Tiburon, une commune du secteur, les habitants, qui s’étaient montrés réticents à quitter leur domicile par crainte des pillages, sont partis en courant se mettre à l’abri quand la mer est montée. A Cité Soleil, un bidonville de Port-au-Prince où vivent 150 000 personnes, 130 enfants d’un orphelinat ont été évacués dans un autobus vers un lycée de la capitale.

Cuba et le sud des Etats-Unis se préparent

L’ouragan Matthew frappe Haïti alors que l’île ne s’est pas encore totalement relevée du tremblement de terre de 2010 qui a fait 200 000 morts et laissé des dizaines de milliers d’habitants sous des tentes. La saison des pluies qui va débuter pourrait favoriser une recrudescence de l’épidémie de choléra introduite par les casques bleus de l’ONU.

L’élection présidentielle, qui doit se tenir dimanche, est pour l’instant maintenue, ont fait savoir les services du président par intérim, Jocelerme Privert.

Après Haïti, Matthew devrait atteindre Cuba mardi soir, puis, les Bahamas mercredi, avant de se diriger dans les prochains jours vers le sud-est des Etats-Unis et d’atteindre notamment la Floride, selon les dernières prévisions du NHC. Le président américain Barack Obama a annulé un déplacement dans cet Etat prévu mercredi, a indiqué la Maison Blanche.

La gouverneure de Caroline du Sud, Nikki Haley, a de son côté ordonné l’évacuation des côtes de son Etat à partir de mercredi. « Notre but est que vous vous trouviez à au moins 150 kilomètres des côtes », a déclaré Mme Haley.

Publicités