Pour rendre justice aux travailleurs et aux ouvriers haïtiens


Le philosophe éveilléJe remercie tous mes fidèles lecteurs qui me suggèrent de supporter un peu plus les travailleurs haïtiens qui réclament de façon juste et honnête leurs augmentations à 800.00 gourdes (la gourde est la monnaie haïtienne qui est égale à 14 gourdes pour  un dollar américain) en lançant une véritable campagne médiatique sur les réseaux sociaux contre les produits que ces ouvriers fabriquent actuellement en Haïti.

De même je remercie tous qui ont commencé à m’envoyer la liste de tous les produits que ces travailleurs haïtiens fabriquent en Haïti et j’attends tous les autres produits afin de les mettre sur mon blogue et sur les réseaux sociaux pour que tous amis et tous les amis des ouvriers haïtiens puissent reconnaitre et identifier ces produits que les pays occidentaux consomment chez eux.

Néanmoins, je n’aurais pas aimé procéder ainsi pour encourager le boycotte des produits qui sont fabriqués en Haïti étant donné qu’il n’y a pas beaucoup d’emploi en Haïti.

Cependant, en faisant l’effort de vous comprendre, lorsque vous m’expliquez que c’est le meilleur moyen pour forcer les entreprises qui donnent la fabrication de leurs produits aux patrons des manufactures d’Haïti à pousser les patrons des usines haïtiennes à accorder de bien meilleurs salaires aux travailleurs haïtiens, j’ai compris que votre idée de boycotter les produits que les ouvriers haïtiens fabriquent aura plus d’impacts et d’effets saur les patrons des usines de la Sonapi.

Il est donc évident que tous les haïtiens doivent cesser d’accepter le strict minimum que le patronat haïtien continue de lui offrir et comme on l’a vu avec le président Jovenel Moïse qui prônait la résignation et le moins que rien comme solution aux demandes des ouvriers lorsqu’il disait aux travailleurs de faire attention pour ne pas perdre leurs emplois.

C’est ça que l’on appelle le climat de la peur que le patronat haïtien a toujours prôné pour ne pas accorder des augmentations de salaires dans le pays. Mais qu’on le veille ou non, si ces manufactures doivent fermer leurs portes elles vont le faire sans avertir personne.

Ce fut le cas lorsqu’ils avaient fermé le GTE sur la route de l’aéroport et de la grande période de la sous-traitance en Haïti. Le patronat haïtien ne comprend jamais la nécessité de gagner moins en accordant un peu plus aux travailleurs haïtiens. Ils s’enrichissent facilement et rapidement tout en maintenant les ouvriers dans la misère.

Pour toutes ces raisons, je crois qu’il est important que tous les haïtiens vivant à l’intérieur et à l’extérieur du pays participent à notre campagne de boycottage contre le patronat haïtien plus particulièrement contre tous les produits et contre toutes les entreprises qui refusent d’offrir des salaires décents aux ouvriers haïtiens.

C’est donc la meilleure façon pour faire pression sur le patronat des entreprises manufacturières et de sous-traitance en Haïti. En agissant ainsi, le pays pourra arrêter le flot des haïtiens qui quittent régulièrement et chaque jour le pays pour aller souffrir un peu partout dans les pays étrangers.

Avec tous les haïtiens formés et éduqués qui laissent le pays c’est tout le pays qui perd ses propres ressources humaines. D’ailleurs même les pays qui accueillent les migrants et les clandestins haïtiens chez eux dépensent énormément d’argent pour surveiller, contrôler et retourner ces haïtiens chez eux en Haïti.

Autrement dit, en aidant les haïtiens à avoir des salaires et des revenus décents dans leurs propres pays, ces haïtiens vont pouvoir rester chez eux dans leur pays. Ce faisant Haïti sortira grandie et gagnante puisque plus de monde qui travaille égale plus de revenus pour l’État et donc, plus de services aux haïtiens dans leurs propres pays. De même, la haïtiens qui vivent dans la diaspora à l’étranger sortiront gagnant en participant à cette campagne de boycottage des produits qui sont fabriqués par les entreprises qui refusent de payer de bons salaires aux travailleurs haïtiens car ce sont eux qui ne seront plus sollicités par leurs parents en Haïti si dans le pays les haïtiens sont capables de gagner bien leurs vies.

Par ailleurs, lorsque je considère le nombre d’Haïtiens et de personnes d’origine haïtiennes que plusieurs gouvernements de plusieurs pays attendent présentement pour retourner en Haïti je dois admettre avec tous ceux qui ont pris le temps pour m’écrire et m’inviter à utiliser mon blogue pour boycotter les produits qui sont fabriqués dans les usines en Haïti et pour lesquels les travailleurs haïtiens reçoivent des salaires de misères alors les patrons haïtiens ne cessent de s’enrichir sur le dos de ces travailleurs, alors je comprends qu’il est temps que je prenne plus de risque pour contribuer à améliorer le sort de tous les travailleurs haïtiens.

Oui, bientôt, lorsque j’aurai la liste de toutes les compagnies du parc industriel de la Sonapi ainsi que tous les produits qui sont fabriqués dans ces usines de sous-traitance, je publierai cette liste en invitant tous les haïtiens qui ont accès à internet et aux réseaux sociaux de prendre part à cette campagne de boycottage toutes les entreprises qui refusent de payer des salaires raisonnables aux travailleurs et aux ouvrier haïtiens.

Ce n’est pas normal que les haïtiens continuent de travailler pour seulement 20.00$ américains pour des journées de travail de 10 à 12 heures de travail. Entre temps, les patrons haïtiens continuent de s’enrichir au dépens de ces pauvres et misérables travailleurs. Il doit y avoir de la justice et cette justice c’est en accordant des salaires dignes à ces travailleurs.

Tous ceux qui utilisent la force et la violence pour empêcher les travailleurs haïtiens de vivre comme de vraies personnes humaines doivent être considérés comme des traites au pays d’Haïti et principalement aux héros de l’indépendance de cet beau et fier pays.

En attendant, et je souhaite pour ce weekend ou au début de la semaine prochaine de lancer notre campagne de boycottage de tous les produits qui sont fabriqués dans les usines et dont, les patrons refusent d’accorder des salaires raisonnables aux travailleurs et aux ouvriers haïtiens de ces usines.

Non seulement nous allons réclamer le salaire de 800.00 gourdes mais également nous allons réclamer que ces augmentations soient rétroactives également ce depuis le temps où ces salaires auraient dû être accordés

Car, la justice aurait également dû être mise en mouvement empêcher le patronat haïtien de trainer les pattes quand  vient le temps et surtout à chaque que ce patronat doit accorder des augmentations de salaires dans le pays. C’est trop facile pour des petits voleurs de corrompre les membres du conseil national des salaires que de respecter leurs engagements en matière du respect de leurs obligations légales.

Ensemble, défendons nos frères travailleurs et ouvriers haïtiens en Haïti contre les patrons des usines qui refusent de les payer convenablement!!! publier et publier encore ce message sur vos pages!

Merci au nom des travailleurs et ouvriers haïtiens.

à suivre…

Hermann Cebert

Publicités