l’Américain Richard H. Thaler:


Prodigieusement récompensé pour ses travaux sur la finance comportementale, l’Américain Richard H. Thaler, s’est vu décerné ce jour, lundi 09 Octobre 2017, le Prix Nobel de l’Économie.

En effet, ce qui a valu ce prix au Roi de l’économie comportementale est notamment le fait d’avoir expliqué via ses travaux, comment certaines caractéristiques humaines telles que les limites de la rationalité et les préférences sociales, “affectent systématiquement les décisions individuelles et les orientations des marchés”.

C’est du moins ce qu’a laissé entendre le Secrétaire Général de l’Académie royale des sciences de Suède, en lui remettant ledit Prix. En recevant des mains de ce dernier, ce prix de la Banque de Suède en sciences économiques attribué en mémoire d’Alfred Nobel, dit Prix Nobel et décerné pour la première fois en 1969, l’heureux récipiendaire a promis s’évertuer à dépenser la somme de 9 millions de couronnes suédoises, soit 944 000 euros dont il bénéficie, de ‘’la façon la plus irrationnelle possible’’.

Ceci, dans la mesure où ce théoricien de la finance, qui étudie l’Homme avec tous ses défauts, a pour matière principale d’analyse, la Rationalité.

Il est important de préciser que Richard H. Thaler a en l’occurrence théorisé le concept de «comptabilité mentale» via lequel il met en lumière le phénomène par lequel les individus simplifient la prise de décision en se focalisant sur l’impact des décisions à l’échelle individuelle au détriment de l’effet de ladite décision à l’échelle globale.

Un autre phénomène que ce Diplômé de l’Université de Rochester (Etats-Unis) a démontré, est «l’aversion à la dépossession». Il y explique que la phobie de perdre quelque chose amène les individus à accorder une plus grande valeur à une chose s’ils la possèdent que s’ils ne la possèdent pas».

Signalons que selon des indiscrétions, certains travaux du Prix Nobel d’Économie 2017 ont eu à inspirer le Président Français, Emmanuel MACRON et son équipe. Aussi, Richard H. Thaler est-il le co-auteur du best-seller mondial «Nudge», paru en 2008 et jugé comme étant un «coup de pouce» favorisant l’orientation positive du comportement d’un acteur économique. Autant de prouesses scientifiques qui l’ont propulsé en tant que Prix Nobel d’Économie.

L’Américain Richard H.Taler a été récompensé ce lundi du prix Nobel d’économie 2017 “pour sa contribution à l’économie comportementale” ou la compréhension du comportement humain dans le domaine économique.

C’est la discipline de l’économie comportementale qui se voit cette année récompensée par le prix Nobel d’Economie 2017, alias “Prix Riksbank d’économie”. Ce champ de la science économique étudie en fait le comportement humain dans des situations économiques, comme l’avait fait l’ouvrage à succès “Freakonomics”.

“Les contributions de Richard Thaler ont jeté un pont entre les analyses économiques et psychologiques dans la prise de décision individuelle”, a déclaré l’Académie royale des sciences de Suède.

“Ses découvertes empiriques et ses visions théoriques ont grandement contribué à la création du nouveau champ de l’économie comportementale, qui a eu un impact profond sur de nombreux domaines de la recherche économique et de la politique économique”, a-t-elle ajouté.

Professeur à l’Université de Chigaco, l’Américain Richard H.Thaler a ainsi été récompensé du prix Nobel d’économie 2017. En 2014, il avait déjà fait partie du trio honoré d’un Global Economy prize.

né le 12 septembre 1945, Richard H.Thaler est un économiste connu surtout comme théoricien de la finance comportementale. Il a collaboré notamment avec Daniel Kahneman et Robert Shiller. Ses propres recherches et publications concernent divers biais cognitifs et leurs effets économiques sous forme d’anomalies de marché.

Il est professeur à l’University of Chicago Graduate School of Business, et membre du National Bureau of Economic Research américain. Il a aussi enseigné à la MIT Sloan School of Management et à l’Université de Santa Clara (dans la Silicon Valley), et a organisé une série de séminaires de finance comportementale à l’Université Yale.

Il remporte le prix Nobel d’économie en 2017 pour sa « compréhension de la psychologie de l’économie ».

Publicités