Comment faire de la politique en Haïti: Avoir des valeurs et tenir à ses valeurs


Changer les mentalités d’un peuple n’est jamais une chose facile et lorsqu’on se dit militant pour le changement c’est encore une grande responsabilité personnelle. En effet, si un seul individu pouvait tout seul faire de la politique et militer tout seul sans avoir à établir le contact avec personne ou aucun autre groupe que lui-même, vu qu’il se serait déjà considéré comme un groupe à lui seul, il aurait été plus facile de changer les mentalité de cette même personne ou de tous les groupes que l’individu ou le leader en question voudrait changer les mentalités puisque, par cette abstraction de l’idée du groupe de personnes qui serait de simples individus et une simple personne.

En ce qui concerne le leadership, l’histoire regorge de leaders qui sont parvenus à diriger des peuples sans avoir fait partie préalablement à des groupes organisés dont, certains plus ou moins organisés à leur tour et, opérant plus ou moins des changements dans la mentalités de leurs peuples. Mais dans l’ensemble, un grand nombre de leaders et donc de chefs solitaires sont plutôt reconnus comme des opportunistes, des magouilleurs alors qu’en revanche, seule une minorité d’entre eux peuvent être qualifiés de véritables et de grands leaders et ce sont ceux de cette minorité qui ont véritablement opéré des changement dans la mentalité des peuples voilà pourquoi, ils sont vraiment rares les leaders authentiques.

Lorsqu’on décide de faire de la politique, c’est-à-dire choisir une cause à défendre, s’identifier à un groupe social déterminé et s’impliquer dans une organisation dont l’idéologie, les principes et l’organisation correspondent à nos valeurs ce n’est pas toujours une chose facile car, cela demande de la patience, du courage, de la détermination, de la volonté et plus particulièrement des sacrifices personnels pour soi-même et pour ses proches, parents et amis. De même lorsqu’on est dirigeant d’une organisation politique, on a énormément de responsabilité. D’abord vis-à-vis du groupe social économique et culturel que le Parti représente c’est-à-dire, de la population en générale que l’on est appelé à influencer la vie soit comme groupe d’opposition que comme groupe au pouvoir ainsi que vis-à-vis des membres du Parti politique ou du groupe politique qui vous confient la lourde charge de les diriger.

Cependant, en Haïti plus particulièrement ou l’amateurisme et l’opportunisme sont les fondements des engagement des politiciens haïtiens, aucune de ces valeurs ne sert à reconnaitre les politiciens haïtiens puisqu’ils se transforment en caméléons comme les serpents qui changent de peaux également.

Une fois qu’ils ont un petit peu de pouvoir, ils exagèrent les limites de leurs fonctions et ils supposent que même leurs meilleurs amis sont devenus pour eux des ennemis. De plus, si hier ils étaient convaincus d’une certaine idée de changement et de transformations structurelles sur le plan sociale, économique et politique, une fois qu’ils sont au pouvoir, ils défendent des intérêts contraires à leurs propres idéaux. En fait, ils n’avaient aucune valeur, et qu’ils étaient ce qu’ils avaient toujours été au plus profond de leur être, des opportunistes, sans caractère et dépourvus de tout sens des biens communs.

Et malheureusement, comme l’histoire et le temps n’épargnent  jamais les pseudos patriotes, les pouvoirs qu’ils ont finit également par les manger et par les détruire jusqu’au plus profond de leurs âmes.

Par ailleurs, durant ces derniers jours, j’ai pu observer certaines personnes concernant deux grands enjeux ce qui m’a permis d’une part de confirmer la puissance de mes ancêtres lorsqu’ils ont pris la grande décision de se libérer de l’esclavagisme et le mépris qu’ils avaient été victimes de ceux qui s’opposaient à leurs luttes parce qu’ils avaient chez eux le même système colonial et esclavagiste dont mes ancêtres combattaient plus particulièrement en comparaison avec la lutte pour l’indépendance de la Catalogne.

En fait la grande leçon en est que les peuples n’évoluent pas beaucoup et même lorsque l’histoire nous redonne la chance de revivre certains événements, même en tant que dominés que certains parmi nous sont, ils n’ont toujours aucune capacité pour bien les comprendre. C’est ainsi que plusieurs prennent position ouvertement pour condamner les Catalans de vouloir leur liberté tout en se déclarant démocrates.

Comment peut-on être démocrates en étant pour la soumission des autres peuples. Je croyais que la mort d’un homme était la mort de tout homme et de tous les hommes. Et également que la vie d’un homme était la vie de tout homme et de tous les hommes. Malheureusement, très peu parmi nous peuvent ressentir la douleur, les souffrances et les humiliations des autres. Certains parmi nous demeureront des soumis toute leur vie durant et il ne faut surtout pas essayer des les sortir de leur prison intellectuelle et morale plus particulièrement lorsqu’ils se croient posséder les habilités intellectuelles ou de savoir et de connaissance.

Moi je suis pour la liberté de tous les peuples. tant pis si plusieurs ont leurs intérêts mesquins comme principal leitmotive de leur vie.

Le deuxième exemple concerne la moralité et l’éthique intellectuelle dont plusieurs n’ont pas pu recevoir peut-être à leur naissance. En effet, pour plusieurs haïtiens, lorsqu’un autre haïtien dit ou affirme quelque chose, ils ont tendance à ne pas accorder à ces idées-là leur juste valeur pour cela ils attendent que ce soit un étranger qui le lui rapporte même si dans la grande majorité des cas ces étrangers avaient copié ou ont copié la même idée venu de ce même haïtien.

Pourtant dans les faits, lorsque les étrangers disent que quelques chose va bien en Haïti c’est parce que ça va mal et lorsqu’ils disent que ça va mal c’est parce qu’ils ont peur de leurs propres intérêts. Par conséquent, nous devions nous méfier de toutes les affirmations des étrangers sur tout les politiciens qui gèrent les grandes organisations internationales comme le FMI, La Banque Mondiale ou la BID la banque Interaméricaine de Développement.

À titre d’exemple, le Moreno de la BID qui nous dit ça va bien pour Haïti non seule c’est une ingérence de ce directeur dans les affaires internes du pays mais également c’est  en quelque sorte la confirmation que le président Jovenel Moïse n’est pas dans l’intérêt du pays puisque ça lui prend un étranger qui travaille pour la République Dominicaine plus particulièrement pour le Sénateur Bautismo celui-là que la journaliste dominicaine Muria avaient trouvé coupable dans plusieurs fraudes et de pot-de-vin avec l’ex président Joseph Michel Martelly dans les contrat de construction des routes. Par ailleurs, dire que Haïti a d’abord besoin des routes c’est de l’idiosyncrasie à son maximum.

Ce que Haïti a d’abord besoin ce sont des emplois pour tous car l’emploi c’est la liberté et la véritable liberté capable d’engendrer de nouveaux changements. Évidemment également des routes, des moyens de communications, des énergies et de l’électricité. Le peuple haïtien ne veut un gouvernement qui n’est pas capable d’agir sur ses besoins réels.

à suivre

Hermann Cebert

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s