Galerie

Le cri du peuple haïtien: La responsabilité criminelle de Jovenel Moïse dans la mort des jeunes Haïtiens et le pillage des commerces en Haïti


Il n’y a pas dix moyens pour interpréter et comprendre le mouvement insurrectionnel que le peuple haïtien livre actuellement contre le régime de Jovenel Moïse car il s’agit du Cri d’un peuple qui en a assez de la misère, de l’injustice, du vol, du gaspillage dont il est victime de ses élites politiques et économiques.

En ce sens, il devait être évident pour n’importe quel dirigeant des pays qui se disent et qui croient qu’ils peuvent être encore amis d’Haïti et surtout, amis du peuple haïtien de comprendre les souffrances de ce peuple où moins de 1% de la population haïtienne est d’origine étrangère mais possédant plus de 98% des richesses du pays sans partages et sans aucunes mesures pour répartir la richesse dans le pays.

Le peuple haïtien est donc étranger dans son propre pays sans oublier qu’il est rejeté par tous ses voisins et lorsque ceux qui arrivent à se soustraire de cette misère parce que forcés de prendre la fuite en terre étrangère, on le refoule chez lui mettant en danger sa propre vie.

En d’autres termes, le peuple haïtien se révolte parce qu’il veut rester chez lui pour développer son pays afin d’arrêter d’avoir faim et d’avoir soif. Il se révolte pour dire non à la corruption de tous les dirigeants et de toutes les familles riches du pays. Il se révolte pour changer un système qui l’isole à l’intérieur de chez lui mais surtout qui lui prive d’un environnement sain et paisible.

Le peuple se révolte aujourd’hui également contre la dépendance du pays de l’aide internationale et à la mafia des ONG qui utilisent toute  sa misère pour l’exploiter aux côtés de ses propres dirigeants. Néanmoins, force est de constater, étant donné que le pays est considéré comme acquis par les grandes et moyennes puissances internationales, alors, plus personne et aucun soi-disant ami du pays ne lève le petit doigt pour soutenir le mouvement populaire des haïtiens contre un président qui est incapable de résoudre les problèmes du pays d’autant qu’il semble vivre sur une planète qui n’est même pas Haïti.

Évidemment, tout le monde s’attendait à ce que la communauté internationale se mette aux côtés du peuple haïtien pour l’aider à renverser le président Jovenel Moïse mais hélas c’est peine perdue.

Ce qui se passe actuellement en Haïti où le président ne cesse de donner des ordres à la police pour tirer à balles réelles sur la population ce sont des crimes contre l’humanité et de ce fait nous portons ces crimes devant la Cour Internationale (bien que nous soyons contre les structures de cette Cour) contre Moïse Jovenel afin que l’on procède à l’arrestation de ce criminel de droits communs international.

Entre temps j’invite les avocats haïtiens en Haïti à porter plainte auprès du tribunal de Port-au-Prince contre Jovenel Moïse pour toutes les pertes et les assassinats enregistrés dans le pays sous le règne de Jovenel Moïse et tout au long de ce vaste mouvement populaire et insurrectionnel.

Par ailleurs, j’invite tous les jeunes manifestants qui savent qu’ils sont en train de mener un mouvement juste contre le régime de Jovenel Moïse et contre la misère, la pauvreté, le sous-développement, et l’absence de progrès de noter tous les crimes, tous les assassinats, pour lesquels Jovenel Moïse est Responsable afin que la justice dans un système de justice efficace puisse utiliser pour juger Jovenel Moïse. Ce sont là des preuves qui serviront à le condamner pour crimes contre l’humanité.

Toujours dans un autre ordre d’idées nombreux sont ceux qui soulignent l’absence de sens de l’histoire chez Jovenel Moïse étant donné qu’il a oublier l’histoire de ce grand peuple haïtien surtout en ce qui concerne certains anciens président et comment le peuple s’en était débarrassé d’eux.

On a donc entendu plusieurs sénateurs et députés qui font référence à des tranches de l’Histoire d’Haïti et tout cela devait instruire Jovenel Moïse sur les bonnes décisions à prendre avant qu’il lui soit trop tard pour lui et pour sa famille.

Et, les conseillers et les proches de Jovenel Moïse devaient lui faire mention car il risque de laisser sa peau ainsi que cette de toute sa famille. Bien entendu, il veut avoir le temps de ramasser le maximum d’argent des fonds publics disponibles avant de choisir de laisser le pouvoir compte tenu depuis plus de six mois il ne contrôle plus rien dans le pays.

Et à ce propos, c’est lui même qui le dit et le reconnaît lorsqu’il affirme dans son message à la nation qu’il y a des bandits et des dealers de drogues qui sont recherchés mais qui se trouvaient par les manifestants. Il y a quelque chose qui semble lui échapper puis qu’il a oublié que C’est bien lui qui est le ou plus précisément qui dirigeait le pays.

Par conséquent il aurait dû ordonner ou inviter sa justice à mettre ces délinquants sous verrous. Et puisqu’il n’est plus en mesure de passer des ordres et surtout puisqu’il ne contrôle plus rien dans le pays, il est donc obligé de remettre sa démission le plus vite possible sinon il s’inscrit comme le premier responsable de tout ce qui arrivera dans le pays.

La communauté internationale le rejette parce que cette communauté reconnaisse la légitimité du peuple haïtien à se prendre en main devant un président et d’une administration qui ne peut rien faire pour améliorer le sort et la misère qui ronge ce grand peuple Haïtien. Et, lorsque nous avions vu le président en compagnie du chef de la police nationale d’Haïti habillé en treillis militaire, on avait pensé qu’il s’agissait d’un autre coup d’État de Jovenel Moïse contre Jovenel Moïse autant que la composition de ceux qui ont accompagné le président défroqué ressemblaient à la junte militaire de Henri Namphy après le départ de Jean-Claude Duvalier en 1986.

En disant dans son allocution qu’il n’allait pas laisser le pouvoir, il répétait l’histoire en parodiant ou copiant presque mots pour mots Jean-Claude Duvalier le vendredi 31 Janvier 1986. Il semblait avoir retenu seulement ce qui l’intéresse de l’histoire d’Haïti oubliant la mort de Sylvain Salnave qui s’accrochait comme lui au pouvoir. Comme je le dis souvent, le peuple haïtien, surtout ce peuple qui n’a rien a mangé et qui décide de faire son grand sacrifice pour changer sa condition humaine n’arrêtera pas son mouvement tant que Jovenel Reste et demeure au pouvoir. Si par un malheureux hasard, le président Jovenel refuse d’entre les cris du peuple, comme le prophétisent déjà plusieurs politiciens haïtiens il pourra quitter le palais les deux pieds devant même si cela serait très malheureux pour lui et pour toute sa famille.

J’espère simplement qu’il n’ira pas jusques là et qu’il comprendra qu’il n’arrêtera pas l’histoire et que d’autres plus puissants que lui s’étaient rendus à l’évidence qu’ils ne pouvaient tromper la vigilance et la détermination du peuple haïtien.

En fin de compte, peut-être que le peuple exigera du chef de la police nationale de procéder à l’arrestation du président, même si nous sommes contre l’ingérence de toute force militaire ou armée dans les affaires politiques du pays, afin de jouer dignement son plus grand rôle historique, c’est-à-dire, celui de s’inscrire sur le tableau d’honneur de ceux qui comme les masses populaires sont en train de se battre pour refonder leur pays sur de nouvelles bases.

Ces nouveaux pères refondateurs d’Haïti entreront avec gloire et honneur  dans la nouvelle histoire d’Haïti tout comme les premiers pères de la grande nation haïtienne l’ont fait plus de deux cents ans avant eux. De Toute évidence l’histoire moderne d’Haïti est en marche et rien ne saurait l’arrêter. À bon entendeur, Salut!!!

à suivre…

Hermann Cebert

Publicités